Archives par mot-clé : Projet éducatif et pédagogique

Jalons : Orientation et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

L’orientation recouvre deux réalités. D’une part, la répartition des élèves, décision prise par l’Etat, depuis le conseil de classe jusqu’à Parcoursup, dans laquelle la hiérarchisation des voies de formation et la sélection sur la base des résultats scolaires dominent très largement. D’autre part, l’aide apportée aux élèves dans le choix de leur avenir professionnel. De nombreux dispositifs ont été créés à cet égard : discipline dédiée, intégration aux disciplines scolaires, dispositif spécifique liant orientation et culture générale.

Pour répondre à la question : comment peut-on scolariser une visée politique concernant la connaissance des milieux professionnels et économiques en lien avec l’orientation des élèves ?, il est indispensable de bien différencier les procédures qui règlent institutionnellement le fonctionnement de l’orientation, du processus d’élaboration du choix d’orientation inscrit dans un projet éducatif et pédagogique et de faire ainsi le lien avec la question du curriculum.

B.  D’où viennent-ils ?

L’héritage du modèle psychotechnique privilégiait la mesure des aptitudes par l’adéquation entre le profil personnel et les exigences du métier envisagé en particulier. Le débat entre les tenants de la mesure des aptitudes et les représentants du courant éducatif n’a jamais réellement eu lieu. Ce silence a laissé en l’état des questions qui, faute d’avoir été sérieusement traitées, réapparaissent régulièrement dans le champ éducatif.

A partir des années 1960, faute d’une définition claire de ce qui était attendu des services d’orientation, les missions des  Centres d’information et d’orientation (CIO) se sont multipliées, du repérage des  élèves les plus en difficulté à l’aide à l’adaptation et à l’accompagnement des choix d’orientation de tous les  élèves.

Dans ce contexte, les activités des personnels d’orientation devenus conseillers d’orientation-psychologues puis, en 2017, psychologues de l’Éducation nationale, ont été mises en concurrence et le conseil d’orientation est devenu progressivement un produit d’appel pour les professionnels du conseil exerçant en milieu libéral constituant ainsi un marché très concurrentiel.

L’État a alors recherché une mise en complémentarité des acteurs de l’orientation pour renouveler un système jugé trop fragmenté et éloigné des réalités régionales, confiant aux Régions la responsabilité des actions d’information sur les métiers et les formations, l’État assumant la dimension éducative et pédagogique de l’orientation et l’affectation des élèves.

C.  Quelles conséquences ?

Si le parcours « Avenirs », en 2017, représente un effort important pour ancrer la connaissance des milieux économiques et professionnels dans l’enseignement, en liant orientation et culture générale, tronc commun et enseignement de spécialité, il ne lève que partiellement les ambiguïtés concernant les situations d’apprentissages à proposer aux élèves. Les confusions sémantiques autour des mots « information », « connaissance », « savoir », d’un côté, et des mots « métier », « profession », « emploi », « travail », de l’autre, continuent de brouiller leur mise en forme.

Par ailleurs, l’importance prise par le travail dans les différents systèmes d’activité (vie familiale, loisirs…) au sein desquels les jeunes évoluent tend à varier et modifie les représentations qu’ils s’en font. Il est alors nécessaire de s’interroger pour savoir si la compréhension des logiques en œuvre dans l’accompagnement à l’orientation du collège à l’Université peut faire l’économie d’un travail de conceptualisation favorisant le rapprochement avec les contenus disciplinaires.

Le curriculum propre au domaine de l’orientation désigne moins en l’état un parcours effectivement accompli qu’un parcours prescrit par l’institution scolaire, c’est-à-dire un programme ou un ensemble de programmes d’apprentissages organisés en cursus.

L’empilement des dispositifs concernant l’orientation et la connaissance du monde économique et professionnel en milieu scolaire  et leur relative inefficacité conduisent à s’interroger pour mieux saisir la façon dont les élèves peuvent être aidés pour mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, pour s’y situer et y faire des choix raisonnés et, en retour, participer à son évolution.

D. Quelles questions de fond ?

  • Quels sont les savoirs à acquérir pour permettre aux élèves de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent ? Par qui  sont-ils élaborés,  à partir de quelles collaborations  et avec quelle progressivité ?
  • Face au constat récurent d’une information souvent déconnectée d’une connaissance réelle du monde du travail et de l’activité des professionnels, sur quelles approches théoriques et méthodologiques l’élaboration de ces savoirs peut-elle s’appuyer et ainsi favoriser les liens avec les milieux économiques et sociaux et mieux ancrer les établissements dans leur environnement territorial ?
  • Ces savoirs ont-ils une spécificité, peuvent-ils faire partie des enseignements disciplinaires et quel sens peuvent-ils avoir pour les élèves ?
  • Ces savoirs doivent-il être obligatoires ?
  • Ces savoirs doivent-ils être pensés en fonction des paliers d’orientation ?
  • Ces savoirs doivent-ils être évalués, comment ?