Interpellation du curriculum français

Les personnes qui se sont assemblées pour produire ce manifeste ont conscience d’aborder une question qui, dans sa globalité, n’est pas posée dans le débat ordinaire sur l’éducation, ni au plan politique, ni par les praticiens, ni par les citoyens, ni même souvent par les chercheurs : celle des contenus scolaires et de ce que l’école est censée enseigner et faire apprendre.

Conscientes d’être dans un vrai « angle mort » des politiques éducatives, dans un paysage intellectuel, administratif, social fait de beaucoup de chaînons manquants.

Trois convictions les animent :

1 Ce que les écoles, partout dans le monde, enseignent aux élèves est censé faire sens pour eux et pour les sociétés. Or les politiques scolaires s’en sont bien trop souvent désintéressées au profit des questions de structure et du développement quantitatif dû à l’accroissement des effectifs, laissant notamment se creuser des inégalités entre les apprentissages des élèves, en liaison en particulier avec leur origine sociale ;

2 Face à la privatisation des systèmes scolaires et à la fragmentation consumériste des savoirs qui l’accompagne, la définition publique de savoirs communs est un point crucial, pour chaque nation comme pour l’humanité ;

3 Les savoirs proposés par l’école depuis la modernité, empreints d’une croyance naïve et souvent scientiste dans le progrès, de positionnement hiérarchique des cultures, etc., ne répondent pas d’une façon émancipatrice aux questions posées à l’humanité.

Il ne s’agit pas de s’intéresser de façon limitative aux seuls programmes scolaires, mais à tout cet ensemble programmé d’apprentissages et de savoirs (au sens le plus générique du mot) qui sont enseignés et surtout assimilés par des élèves dans le cadre d’un parcours d’études de nombreuses années. Ce que nous appellerons le curriculum des études.

Aborder de façon méthodique la question du curriculum nous semble devoir emprunter le chemin suivant 

1. Mettre à jour la découverte à plusieurs niveaux du « chaos curriculaire » et de l’état de désordre qui règne là ;

2. Se demander si ce désordre ne procède pas d’une assez large incertitude sur les finalités de l’école ;

3. Examiner la question de la légitimité des pouvoirs organisateurs, dont l’État, en matière de programmes et de leurs modes d’action ;

4. Poser la question de ce que sont et doivent être aujourd’hui les savoirs scolaires, confrontés aux savoirs du monde ;

5. Se demander comment donner plus de pertinence de cohérence aux savoirs de l’école devrait faire évoluer en profondeur l’organisation scolaire ainsi que les différents modes d’évaluations, des examens aux modalités d’orientation ;

6. Mesurer les implications qu’une autre vision des savoirs scolaires aurait sur la définition de la profession enseignante et la formation qu’elle requiert.

Approche 1 : LE CHAOS CURRICULAIRE

Étonnamment en un pays où l’éducation est aux mains de l’État et centralisée, les programmes d’enseignement composent un paysage qui ressemble à un chaos :

  • Du point de vue du paysage des « programmes » prescrits eux-mêmes, de leur fracturation, de leur hétérogénéité ; le « socle commun » a été une des tentatives, ayant largement échoué, de remettre de l’ordre dans le chaos… ;
  • Du point de vue de l’organisation des filières d’études, ou « rien n’est en face des trous » : on fait de l’allemand ou du latin non pas pour apprendre l’allemand ou le latin mais, en raison d’effets de stratégie : pour faire des études d’économie, il vaut mieux ne pas choisir les sciences économiques et sociales ; on fait des études de maths au lycée même si on vise des études supérieures de lettres pour être admis en classe préparatoire aux grandes écoles ;
  • Du point de vue des pratiques professionnelles des enseignants, confrontés à des injonctions paradoxales, à des concepts et théories mal définis ;
  • Du point de vue des élèves et de leurs apprentissages, car les programmes supposent, pour être assimilés, bien plus de clarté et de cohérence que ce qui leur est fourni et demandé ;
  • Du point de vue des responsables politiques eux-mêmes qui ne parviennent pas à agir efficacement en matière curriculaire. Le paysage éducatif d’un pays à la tradition scolaire ancienne et complexe est constitué sur l’ensemble des sujets, dont les savoirs qui sont enseignés, de strates d’héritages, de différentes époques, mais aussi de l’influence de nombreux lobbies. Une discipline comme l’éducation physique et sportive, par exemple, qui vise à prendre soin de son corps par une activité physique volontaire, raisonnée et raisonnable, a toujours du mal à se démarquer de la pratique sportive. On entend enseigner l’éducation morale et civique au lieu de la pratiquer…
  • La résultante du point de vue de ce que l’école enseigne est une grande confusion sur les mots qui définissent les divers apprentissages (compétences, savoirs, connaissances, culture, culture générale, « éducations à… », culture commune, disciplines, spécialités, domaines, socle commun, fondamentaux, etc.), de nombreux conflits entre divers objets enseignés, selon les disciplines et les niveaux d’enseignement, de manque de clarté sur les motifs d’enseigner ceci plutôt que cela, et au bout du compte d’un chaos dont les acteurs enseignants mais aussi élèves, en particulier ceux qui possèdent moins les codes de l’école, se cachent plus ou moins la réalité, car ils sont habitués à « faire avec ». Et tandis que certains élèves se retrouvent assez bien dans le chaos car ils sont initiés à partir d’habiletés familiales, beaucoup de références éducatives ne sont pas partagées entre l’école et quantité de familles.

Approche 2 : LA QUESTION DES FINALITES DES ENSEIGNEMENTS

La mise en évidence de ces désordres et de leurs effets délétères conduit en bien des cas à penser qu’un ordre plus efficace garantissant une plus grande pertinence et qualité de ce que l’école enseigne pourrait venir d’une interrogation sur les « finalités » de l’éducation et de ces apprentissages.

La tendance historique pour l’institution, mais aussi pour quantité d’acteurs, est depuis longtemps de ne pas (plus?) s’intéresser à la question de finalités ou du sens général des apprentissages et de la scolarité.

  • Pendant tout le développement de la massification scolaire de la seconde moitié du XXe siècle on a évité de se poser la question des finalités ;
  • Aujourd’hui un certain culte de la pédagogie efficace, avec la recherche de « politiques fondées sur la preuve » (evidence-based) permet à nouveau d’éviter de poser la question du sens des apprentissages.

Si la question des finalités est importante…

  • Pourquoi est-elle rarement posée, alors même que le chaos évoqué précédemment est sensible à tous avec, par exemple,  la récente  réforme du lycée, qui se réfère peu aux finalités alors que la logique du « socle commun » appelait à le faire pour l’ensemble de la scolarité obligatoire » ?  
  • Les disciplines fonctionnent en fait historiquement sans jamais se préoccuper de l’ensemble de l’architecture et ne sont pas orientées vers des « finalités » éducatives générales, ni construites comme complémentaires ;
  • Quelle serait la fonction des « finalités » ? Servir seulement d’exposé des motifs en haut des programmes d’enseignement, servir de guide pour élaborer l’ensemble des programmes disciplinaires ou bien être une référence explicite pour que les élèves puissent en discuter et se les approprier ?

Or, pour nécessaire qu’elle soit, cette question des finalités est délicate : à partir de quoi va-t-on les dégager ? Qu’inscrit-on en haut de page : la liberté de penser ? La culture de la paix et du vivre ensemble à l’échelle locale ou planétaire ? Les compétences de vie ? La connaissance de savoirs spécialisés ou professionnels ? L’accès au beau ? Le repérage dans les complexités du monde ? Le sens même d’aller à l’école, le sens de l’institution scolaire, le sens de la présence de chacun à l’école, le sens de l’apprentissage scolaire et le sens des ces apprentissages pour les élèves ne sont ni distingués ni clarifiés.

Une proposition pourrait être de se fonder sur les finalités de la république et de sa devise pour voir s’il ne serait pas possible de rattacher explicitement les savoirs scolaires :

  • à l’idée de liberté, la finalité générale de cultiver la liberté de pensée, de rechercher la vérité qui constitue une émancipation des esprits, de rechercher des arguments contre les positions potentiellement dominantes et liberticides de certains savoirs (sciences et techniques par exemple) , ou de mettre dans les objectifs des apprentissages la vigilance contre les fake news. Questions posées aussi à l’heure où, dans le monde entier, diverses influences religieuses ou idéologiques viennent contester les programmes scolaires existants (au motif qu’il faudrait laisser aux élèves le choix entre les savoirs fondés en raison et les autres).
  • à l’idée d’égalité, la finalité générale que les apprentissages des élèves ne creusent pas entre eux des écarts incontrôlés et irréversibles assurant le reproduction sociale des classes privilégiées, mais au contraire assurent une juste exposition des élèves à des savoirs de même exigence, apprêtés par les aides les plus appropriées ; mais aussi l’idée d’une égalité entre les différents corps de savoir aujourd’hui en permanence hiérarchisés avec en bas de l’échelle des valeurs les savoirs professionnels, ou pire encore les compétences de vie, et en haut les mathématiques ou la philosophie ;
  • à l’idée de fraternité, la finalité générale de culture de la paix et du dialogue, mais aussi du développement de l’empathie et de l’attention à autrui. Celle d’une éducation évitant les apprentissages qui développent à l’excès l’esprit de concurrence entre les élèves. Qui développe la tolérance dans un contexte où les curriculums existant au monde sont en général nationaux, et instillent souvent des préférences nationales profondément dans le tissu des contenus : programmes de langues, d’histoire, de littérature, de géographie, etc. Par ailleurs, une référence à la diversité identitaire des élèves peut-elle conduire à éclairer de façon nouvelle et apaisée le rapport entre le curriculum et les identités ?

Approche 3 : LES QUESTIONS POSEES AUTOUR DE LA FONCTION DE L’ETAT
ET DES DIVERS POUVOIRS ORGANISATEURS EN MATIERE CURRICULAIRE

La pensée courante est ambiguë : il est admis à la fois que le pouvoir politique ne peut pas décider des savoirs, qui ne sont pas de son ordre, mais aussi que les programmes scolaires sont « politiques », comme par exemple quand il leur fut donné de fabriquer la Nation.

Deux questions sont posées :

  • Quel ou quels pouvoirs organisateurs ont légitimité à décider en matière de savoirs et de contenus d’enseignement ? De l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture ou d’autres injonctions internationales (la Banque mondiale, l’Organisation de coopération et de développement économiques, etc.) jusqu’à l’État, plus ou moins national, protégeant plus ou moins ses décisions sur les savoirs des aléas politiques, jusqu’aux Régions, Départements, Communes ou établissements, quels sont les avantages, risques ou inconvénients des divers niveaux ?
  • Comment les finalités peuvent-elles irriguer véritablement les enseignements et l’évaluation des élèves et ne pas rester lettre morte ? Comment poser la question à la totalité des savoirs de leur participation et de leur contribution à l’atteinte des finalités dont il a été question ? L’idée serait que chaque savoir devrait se voir définir une responsabilité, face aux élèves, aux communautés, à la nation, à l’humanité, voire à la planète.

Approche 4 : LA QUESTION DE LA RELATION ENTRE LES SAVOIRS SCOLAIRES
ET LES SAVOIRS DU MONDE

Il existe un imaginaire spécifique (et sans doute des recherches seraient les bienvenues sur les conceptions éducatives qui traversent nos sociétés du point de vue des savoirs) à la France, complexe, résultant de divers héritages jamais interrogés en fonction de ce que sont les savoirs scolaires.

Il existe aussi une interpellation permanente de ces savoirs par des savoirs qui sont étrangers à l’école et qui sont parfois ceux des élèves. Or ce rapport entre savoirs de l’école, en France, dans leur spécificité et savoirs étrangers à l’école a été conçu à des époques où les rapports entre l’humanité et les savoirs humains étaient très différents de ce qu’ils sont aujourd’hui.

  • Que sont ces savoirs scolaires français? Quels héritages pèsent sur eux : héritages d’abstraction (d’origines religieuse et scientiste) coupées du vécu, héritages de hiérarchie des savoirs débouchant sur une hiérarchie des disciplines, des orientations et des élèves. Dévalorisation des savoirs du corps, de la main, des savoirs professionnels ?
  • Quels liens entre les savoirs et les disciplines, comme artefact dont la construction a obéi à divers facteurs (politiques, didactiques, corporatistes etc.) ? Quelles questions pose la « naturalisation » des disciplines ?
  • Les savoirs scolaires doivent-ils exclure les savoirs du monde, dans toute leur diversité (savoirs de l’opinion, savoirs des parents, des idéologies, des croyances, des métiers, des communautés culturelles, compétences de vie) ou leur imaginer une place, en les intégrant pour les interroger ? En proposant une cartographie ? N’est-ce pas autour de la conscience publique du bien commun à laquelle doit tendre l’éducation qu’on pourrait rapprocher savoirs scolaires et savoirs du monde ?

Approche 5 : LES QUESTIONS QUE POSE LE CURRICULUM AU TEMPS
ET A L’ORGANISATION SCOLAIRE

Une politique qui se préoccuperait vraiment de ce que les élèves apprennent serait sans doute conduite à remettre en jeu des pratiques ou fonctionnements scolaires qui sont aussi héritiers de traditions non questionnées :

  • Le temps ou plutôt les temps scolaires : l’année scolaire a-t-elle un sens ? La séparation même entre primaire et secondaire a-t-elle un sens ? Entre scolarité obligatoire et scolarité post-obligatoire ? Est-ce que le curriculum doit s’inscrire dans une logique d’escalier, avec l’acquisition du savoir représentée comme une montée par marches régulières, avec des gens « en avance », voire « surdoués » et d’autres « en retard » ? Quid des modèles disponibles (linéaires, spiralaires) ? Existerait-il une gestion du temps de la scolarité qui correspondrait à une optimisation des apprentissages ?
  • Le regroupement des élèves par âge, avec unicité de niveau, est-il à préférer au regroupement par niveaux de maîtrise ou affinités pour tel ou tel savoir ? La classe est-elle constituée d’élèves homogènes en concurrence ou bien est-elle une société où la recherche des savoirs favorise la mise en place de tutorats répondant à la valeur de fraternité ?
  • Les diverses évaluations des élèves, dans le cadre de la classe ou des diverses certifications doivent être en harmonie avec le curriculum. Les questions suivantes sont à considérer :
  • Quels modes d’évaluation (fréquence, style ; compétition plus ou moins exacerbée, etc.) adaptés aux finalités du curriculum ?
  • Quels objets évalués (savoirs déclaratifs, compétences, etc.) ?
  • Quels modes de notation (libre, avec des barèmes, avec des niveaux seuils, avec des calculs de moyennes, avec des standards) ?

Une conséquence de cette série de questions est aussi qu’il conviendrait d’interroger les possibles liens entre le curriculum et l’établissement scolaire.

Approche 6 : CURRICULUM ET ENSEIGNANTS, QUESTIONS POSEES

Les enseignants français ne sont familiers ni de la notion ni de la démarche curriculaire. Pour des raisons de fond :

  • Qu’ils soient enseignants du premier degré ou du secondaire, ils ont toujours vu leur travail défini dans le cadre d’un de ces ordres d’enseignement ou même dans un cadre disciplinaire sans avoir accès à l’ensemble ;
  • Ils ont été formés dans le premier degré de telle façon que certains des enseignements qu’ils doivent dispenser (sciences, technologie, langues) leur sont souvent peu familiers et, dans le second degré, pour enseigner des disciplines qui leur ont été présentées comme « naturelles » ou comme des « réalités substantielles » et fondatrices de leur identité professionnelle et même personnelle, sans autre questionnement sur l’origine, l’épistémologie ou la valeur sociale de ces disciplines.
  • Leur idéologie sur le rapport entre leur travail et le rôle de la société a été fortement influencée par des approches qui ne faisaient pas du curriculum un enjeu important, dans une société de toute façon injuste. Un accord historique majoritaire des enseignants sur les bienfaits à attendre du caractère « démocratique » de l’école les a dispensés d’un travail plus fin sur les finalités des enseignements. L’idée pourtant pourrait les intéresser en ce qu’elle donnerait à leur travail plus de sens et d’efficacité. A quelles conditions ?

Signataires
M. André Canvel, membre du CUIP
M. Philippe Champy, ancien éditeur
M. Benoît Falaize, chercheur correspondant au centre d’histoire de sciences PO (CHSP)
M. Roger-François Gauthier, IGAENR honoraire, expert international en éducation
Mme Michèle Haby, membre du CUIP
M. Denis Paget, professeur de lettres moderne, ancien membre du CSP
M. Patrick Rayou, professeur des Universités émérite en sciences de l’éducation
M. André Robert, professeur des Universités émérite en sciences de l’éducation
Mme Mariem Siala, professeure d’arts appliqués
Mme Christine Vallin, membre du CUIP
M. Jean-Pierre Véran, membre professionnel du Laboratoire BONHEURS CY Cergy Paris Université.

Interpellation du curriculum français : première journée

En raison de la crise sanitaire, cette première journée est annulée.

Ses thématiques donneront lieu à communication
sous diverses formes ultérieurement sur ce blog.
Merci de vous inscrire ci-dessous si vous voulez rester informé.

Une nouvelle manifestation sera organisée en novembre 2021.

Vous pouvez rester informé en copiant/collant dans un mail le bulletin ci-dessous et adressé à : interpellation.curriculum.cuip@gmail.com

Bulletin d’inscription
Nom :
Prénom :
Mail : 
Téléphone : 

Jalons : Arts et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Plusieurs désaccords anciens croisés pèsent sur la présence et le sens de l’enseignement des arts.

Toute une tradition les considère, en dehors de sections spécialisées, comme des disciplines de peu d’importance (horaires et coefficients faibles, caractère facultatif au lycée général), ne faisant pas partie des fondamentaux, limitées à quelques références scolaires (arts plastiques, éducation musicale). Certains alors se satisfont de la situation, allant même jusqu’à stigmatiser des pratiques de bas niveau (flûte à bec, apprentissage du dessin) peu valorisées.

D’autres considèrent au contraire que l’art comme pratique doit être accessible à tous dès l’école : le « faire » permet de découvrir le processus créatif et le plaisir corrélé.  Avec en outre l’argument que ce « faire » permet d’acquérir des compétences au-delà de celles liées aux enseignements artistiques eux-mêmes : des compétences psychosociales, des compétences transférables, des compétences de vie.

 En face de cela, depuis de nombreuses années, une autre tendance est au contraire de s’intéresser au développement de l’expérience esthétique des enfants, menant à la compréhension du monde par leur fréquentation des arts. On abandonne alors tout modèle académique, mais aussi l’apprentissage d’une technique, pour une situation où « l’esthétique remplace l’art » (Michaud).

B.  D’où viennent-ils ?

On retrouve ces oppositions au fil du temps, comme dès 1880, quand Ferdinand Buisson, le directeur de l’enseignement primaire, recommande d’ »organiser la rencontre de l’élève avec le beau », alors que Jules Ferry, le ministre de l’Instruction publique, introduit des éléments du dessin, du modelage et de la musique.

La question de l’éducation esthétique de l’enfant ressurgit après la Seconde guerre mondiale avec le mouvement de l’éducation nouvelle (GFEN), dans une mouvance pédagogique qui promeut l’idée de « l’enfant artiste ».

En 1988, deux évolutions législatives importantes ont lieu. Il s’agit, d’une part, de l’élargissement de la palette des activités possibles qui portent sur « la musique instrumentale et vocale, les arts plastiques, l’architecture, le théâtre, le cinéma, l’expression audiovisuelle, les arts du cirque, les arts du spectacle, la danse et des arts appliqués ». A partir de cette loi  se généralise l’emploi du pluriel : on préfère désormais parler « des arts ».

D’autre part, le lien entre les « enseignements artistiques » et les autres apprentissages est précisé : « les enseignements artistiques contribuent à l’épanouissement des aptitudes individuelles et à l’égalité d’accès à la culture. »

Les années 2000 tentent de répondre à l’impératif de généralisation : il s’agit de permettre à chaque élève de rencontrer, quatre fois au cours de sa carrière scolaire, l’art et la culture.

A la rentrée 2008 l’histoire des arts devient un enseignement à part entière à l’école primaire puis au collège, avec l’ambition « de permettre à tous les élèves de se constituer une vraie culture personnelle, condition indispensable de la démocratisation culturelle et de l’égalité des chances [1]« . Le parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC) se propose même de « mettre en cohérence la formation des élèves du primaire au secondaire, et sur l’ensemble des temps éducatifs : scolaire, périscolaire et extra-scolaire » (2015).


[1] https://www.education.gouv.fr/l-education-artistique-et-culturelle-7496

C.  Quelles conséquences ?

La difficulté à conclure (s’entendre) sur le rôle et la fonction des arts en compromet la place dans le curriculum.

La légitimité des arts à l’école, en France et dans d’autres pays, fait consensus au point de faire l’objet de plusieurs études d’évaluation démontrant l’impact positif des arts sur les savoirs fondamentaux (Hetland, Winner, Veenema et Sheridan, 2013), ainsi que sur les facultés cognitives (« Project Zéro »). Ces positions s’appuient sur des hypothèses de transférabilité des compétences et de l’acquisition de mode de pensée grâce à la pratique de l’art (« L’art pour l’art? impact de l’éducation artistique », OCDE, 2014).

Les valeurs sur lesquelles se fondent les grands textes de référence de l’UNESCO en matière d’éducation artistique ont évolué d' »humanistes » pour la feuille de route de Lisbonne (« défendre le droit de l’homme à l’éducation et à la participation culturelle ; développer les capa­cités individuelles ; améliorer la qualité de l’édu­cation ; promouvoir l’expression de la diversité culturelle », 2006), à « utilitaristes » pour celle de Séoul (« utiliser l’éduca­tion artistique pour accroître la capacité créatrice et novatrice de la société », 2010). Cette évolution est mise en relation avec les exigences de la société postmoderne mais également avec celle de l’art contemporain avec le triomphe de l’esthétique.

D. Quelles questions de fond ?

  • Selon John Dewey, l’expérience de l’art est un cheminement vers la connaissance du réel et la compréhension du monde, qui se vit dans un environnement et en interaction avec lui. Est-ce que l’école doit assurer cette expérience de l’art aux élèves ? A quelles conditions ?
  • Les arts à l’école doivent-ils réconcilier les deux finalités d’expérience esthétique portant vers la compréhension du monde, d’une part, et de pratique ouvrant à la créativité, au plaisir, voire aux compétences de vie ?
  • Le beau peut-il être reconnu, dans une réflexion sur les valeurs de l’éducation, comme une des sources légitimes possibles ?

Jalons : Orientation et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

L’orientation recouvre deux réalités. D’une part, la répartition des élèves, décision prise par l’Etat, depuis le conseil de classe jusqu’à Parcoursup, dans laquelle la hiérarchisation des voies de formation et la sélection sur la base des résultats scolaires dominent très largement. D’autre part, l’aide apportée aux élèves dans le choix de leur avenir professionnel. De nombreux dispositifs ont été créés à cet égard : discipline dédiée, intégration aux disciplines scolaires, dispositif spécifique liant orientation et culture générale.

Pour répondre à la question : comment peut-on scolariser une visée politique concernant la connaissance des milieux professionnels et économiques en lien avec l’orientation des élèves ?, il est indispensable de bien différencier les procédures qui règlent institutionnellement le fonctionnement de l’orientation, du processus d’élaboration du choix d’orientation inscrit dans un projet éducatif et pédagogique et de faire ainsi le lien avec la question du curriculum.

B.  D’où viennent-ils ?

L’héritage du modèle psychotechnique privilégiait la mesure des aptitudes par l’adéquation entre le profil personnel et les exigences du métier envisagé en particulier. Le débat entre les tenants de la mesure des aptitudes et les représentants du courant éducatif n’a jamais réellement eu lieu. Ce silence a laissé en l’état des questions qui, faute d’avoir été sérieusement traitées, réapparaissent régulièrement dans le champ éducatif.

A partir des années 1960, faute d’une définition claire de ce qui était attendu des services d’orientation, les missions des  Centres d’information et d’orientation (CIO) se sont multipliées, du repérage des  élèves les plus en difficulté à l’aide à l’adaptation et à l’accompagnement des choix d’orientation de tous les  élèves.

Dans ce contexte, les activités des personnels d’orientation devenus conseillers d’orientation-psychologues puis, en 2017, psychologues de l’Éducation nationale, ont été mises en concurrence et le conseil d’orientation est devenu progressivement un produit d’appel pour les professionnels du conseil exerçant en milieu libéral constituant ainsi un marché très concurrentiel.

L’État a alors recherché une mise en complémentarité des acteurs de l’orientation pour renouveler un système jugé trop fragmenté et éloigné des réalités régionales, confiant aux Régions la responsabilité des actions d’information sur les métiers et les formations, l’État assumant la dimension éducative et pédagogique de l’orientation et l’affectation des élèves.

C.  Quelles conséquences ?

Si le parcours « Avenirs », en 2017, représente un effort important pour ancrer la connaissance des milieux économiques et professionnels dans l’enseignement, en liant orientation et culture générale, tronc commun et enseignement de spécialité, il ne lève que partiellement les ambiguïtés concernant les situations d’apprentissages à proposer aux élèves. Les confusions sémantiques autour des mots « information », « connaissance », « savoir », d’un côté, et des mots « métier », « profession », « emploi », « travail », de l’autre, continuent de brouiller leur mise en forme.

Par ailleurs, l’importance prise par le travail dans les différents systèmes d’activité (vie familiale, loisirs…) au sein desquels les jeunes évoluent tend à varier et modifie les représentations qu’ils s’en font. Il est alors nécessaire de s’interroger pour savoir si la compréhension des logiques en œuvre dans l’accompagnement à l’orientation du collège à l’Université peut faire l’économie d’un travail de conceptualisation favorisant le rapprochement avec les contenus disciplinaires.

Le curriculum propre au domaine de l’orientation désigne moins en l’état un parcours effectivement accompli qu’un parcours prescrit par l’institution scolaire, c’est-à-dire un programme ou un ensemble de programmes d’apprentissages organisés en cursus.

L’empilement des dispositifs concernant l’orientation et la connaissance du monde économique et professionnel en milieu scolaire  et leur relative inefficacité conduisent à s’interroger pour mieux saisir la façon dont les élèves peuvent être aidés pour mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, pour s’y situer et y faire des choix raisonnés et, en retour, participer à son évolution.

D. Quelles questions de fond ?

  • Quels sont les savoirs à acquérir pour permettre aux élèves de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent ? Par qui  sont-ils élaborés,  à partir de quelles collaborations  et avec quelle progressivité ?
  • Face au constat récurent d’une information souvent déconnectée d’une connaissance réelle du monde du travail et de l’activité des professionnels, sur quelles approches théoriques et méthodologiques l’élaboration de ces savoirs peut-elle s’appuyer et ainsi favoriser les liens avec les milieux économiques et sociaux et mieux ancrer les établissements dans leur environnement territorial ?
  • Ces savoirs ont-ils une spécificité, peuvent-ils faire partie des enseignements disciplinaires et quel sens peuvent-ils avoir pour les élèves ?
  • Ces savoirs doivent-il être obligatoires ?
  • Ces savoirs doivent-ils être pensés en fonction des paliers d’orientation ?
  • Ces savoirs doivent-ils être évalués, comment ?

Jalons : Mathématiques et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Pourquoi enseigner les mathématiques et à qui ? Les tenants d’une formation de l’esprit s’opposent à ceux d’un enseignement à visée technique. Les contenus censés former au raisonnement et à la rigueur diffèrent de ceux qui fournissent des outils pour la vie sociale, professionnelle ou pour les autres disciplines.

Au désaccord sur les objectifs et les contenus, s’ajoute celui sur les élèves : un enseignement limité à une élite ou qui s’adresse à tous.

B.  D’où viennent-ils ?

Une synthèse balayant cinq millénaires d’enseignement des mathématiques (Dorier, 2018) distingue : 1° une formation à visée professionnelle pour ceux qui assurent le fonctionnement social (scribes, banquiers, commerçants, militaires, ingénieurs, etc.) ; 2° une formation pour les élites où les mathématiques visent seulement à développer l’esprit (Antiquité grecque, Moyen-Âge et jusqu’au XIXe siècle) ; 3° une formation de base, pour la résolution de problèmes concrets de calcul et de mesure, assurée d’abord par les familles puis dans les écoles.

L’enseignement des mathématiques a évolué : au début du XXe siècle, il est encore absent de l’enseignement secondaire classique dont la vocation reste humaniste et désintéressée (Gispert, 2002). L’important besoin en mathématiques généré par la révolution industrielle sera pris en compte par la réforme de 1902 en en généralisant l’enseignement à l’ensemble des lycéens, ce qui reste insuffisant car le lycée concerne seulement 3 à 5% d’une classe d’âge. 

Les oppositions anciennes perdurent : d’une part, quant aux objectifs pour les écoliers et les collégiens qui reçoivent tous le même enseignement et, d’autre part, quant aux objectifs selon les filières, en fonction de la sélection des élèves à qui l’enseignement est dispensé.

C.  Quelles conséquences ?

Une convergence est obtenue, vers la fin des années 1960, dans un contexte de démocratisation du système scolaire : la réforme des « mathématiques modernes » rompt avec la tradition en prescrivant des contenus théoriques datant de moins d’un siècle, propices à former l’esprit et à donner des outils adaptés à la société moderne (Walusinski, 1986). Cette réforme n’ayant pas été probante, un mouvement de contre-réforme émerge dès la fin des années 1970 qui écarta ces nouveaux contenus des programmes scolaires. La synthèse effectuée par les mathématiques modernes entre formation intellectuelle et pratique est abandonnée. Revuz, partisan d’une telle convergence, pose en 1980 la question : « est-il impossible d’enseigner les mathématiques ? ».

La nature des savoirs mathématiques rend la synthèse difficile : leur signification tient aux réponses qu’ils apportent à des problèmes, issus souvent d’autres disciplines, mais aussi à des besoins de formalisation, d’unification et de généralisation (Robert, 1998). Les savoirs mathématiques sont en outre abstraits et organisés de façon déductive. Depuis les années 1980, malgré des tentatives régulières de retour à l’ancien clivage, la synthèse est recherchée en s’appuyant sur cette dialectique « outil-objet » des savoirs mathématiques (Douady, 1986), c’est-à-dire en fondant l’enseignement des mathématiques sur la « résolution de problèmes ».

L’enseignement, dans le monde occidental, a connu les mêmes réformes, avec plus ou moins d’intensité. Que le sens des mathématiques tienne à la capacité à les mobiliser pour résoudre des problèmes semble un point de vue partagé, qui conduit d’ailleurs les organisations internationales à proposer des évaluations communes à de nombreux pays. À y regarder de près, la question est toutefois loin d’être résolue (Roditi & Salles, 2015) : le niveau technique est très variable, comme l’est l’étendue des contenus enseignés et l’exigence de savoirs organisés et démontrés.

La diversité des cursus différencie l’enseignement en fonction des publics, elle conduit aussi à faire revivre, localement, le désaccord originel lié à la question « pourquoi et à qui enseigner les mathématiques ? ».

D. Quelles questions de fond ?

  • Faut-il enseigner les savoirs et les questions auxquels ils répondent ? Si oui, dans quel ordre ? Et toutes les questions ? Les savoirs et leur validité et/ou les techniques et leurs applications ? Les techniques seulement ou aussi l’utilisation des outils technologiques ? Et si les deux, quand et avec quelle pondération ?
  • D’autres questions tiennent aux élèves : faut-il attendre un certain développement intellectuel ou au contraire le stimuler par l’enseignement ? En mathématiques, la validité d’un résultat évolue selon le corpus au sein duquel il est considéré [1]. Y a-t-il alors des périodes du développement à privilégier ou à éviter pour étendre le corpus ?
  • D’autres questions concernent le choix des savoirs selon les cursus, l’appétence pour cette discipline étant variable avec un rejet parfois violent pour une partie importante de la population. Et des questions se posent encore sur la formation des professeurs, et sur leur polyvalence dans le premier degré…

[1] La proposition « chaque nombre a un successeur » est vraie pour les nombres entiers et devient fausse avec les nombres décimaux ; la proposition « un carré est un nombre positif » est vraie pour les nombres réels et devient fausse avec les nombres imaginaires ; le constat suffit à faire preuve tant que les savoirs ne sont pas organisés, puis il devient nécessaire de démontrer ; etc.

Jalons : Economie et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Le discours économique fonctionne comme référence dans les débats sur l’organisation de la société. Il s’impose comme le discours dominant. L’enseignement des sciences économiques et sociales (SES) n’échappe pas à des soupçons récurrents de biais idéologiques entre enseignants, économistes et chefs d’entreprises.

L’économie et la gestion sont enseignées dans de nombreuses formations technologiques et professionnels avant le bac, de façon concrète et centrées sur les mécanismes fondamentaux, l’entreprise et les relations de travail, pour préparer les élèves à évoluer dans le monde professionnel.

B.  D’où viennent-ils ?

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, l’enseignement ménager (dont l’économie domestique), spécifiquement dédié aux jeunes filles, est introduit officiellement dans les programmes de l’enseignement primaire supérieur, agricole et technique. Dans les années 1950-60, l’enseignement ménager a évolué vers une formation de professionnels (éducatrices familiales), puis vers le BTS « Economie sociale et familiale », crée en 1969. En 1984, l’épreuve facultative d’enseignement ménager au baccalauréat est supprimée.

Dans les années 1965-66, une initiation aux sciences économiques et sociales, nouvelle discipline créée de toutes pièces, aboutit à l’organisation de la section et du bac B ( devenus ES pour Economique et Social en 1993) afin de mettre l’enseignement de plain-pied avec le monde moderne et faire entrer au lycée d’autres formes de cultures.

Le second cycle du secondaire s’est enrichi en 1985 du bac professionnel, dont toutes les spécialités offrent un enseignement d’économie-gestion ou d’économie-droit, et du bac technique (technologique) en 1986, dont seule l’option « Sciences et technologies du management et de la gestion » (parmi les huit existantes aujourd’hui) comporte des matières d’économie, de droit et de gestion.

C.  Quelles conséquences ?

Introduite au lycée il y a plus de 50 ans, la filière ES accueille un tiers des bacheliers généraux. Construite au départ sur des questions communes afin de stimuler la curiosité des élèves et de faire appel à leur expérience, cette discipline devait constituer un enseignement de culture générale et de formation à l’exercice de la citoyenneté critique, éclairée par les sciences sociales, plutôt qu’une propédeutique à des études universitaires spécialisées.

Cette pédagogie nouvelle a petit à petit cédé le pas : l’accusation de lourdeur des programmes n’a entraîné, selon des mouvements disparates impulsés par les ministres successifs, qu’un rééquilibrage (2016) en faveur de la sociologie et de la science politique, ou qu’une abstraction plus poussée des savoirs (programmes de 2019), semble-t-il dénoncée par les organisations d’enseignants.

Dans l’offre diversifiée de formation à l’économie et à la gestion, où les SES tiennent le haut du pavé médiatique, la distance s’avère bien grande entre un enseignement conceptuel et un enseignement pragmatique et professionnel. D’un côté, l’objectif est de former de futurs étudiants au fait des enjeux économiques et, de l’autre, de préparer les élèves à l’emploi, en leur permettant de comprendre le monde professionnel.

On constate ainsi une hiérarchie implicite où les savoirs scolaires et académiques sont supérieurs aux compétences qui peuvent être mobilisées pour réussir son parcours tant professionnel que personnel : autonomie, créativité, capacité d’initiative, communication, travail en équipe.

D. Quelles questions de fond ?

  • L’enseignement de l’économie doit-il faire partie du bagage de tout citoyen, dans une logique d’éducation plutôt que d’enseignement de spécialités ?
  • Dans la scolarité obligatoire (école et collège), faut-il introduire des notions d’économie domestique permettant d’acquérir des compétences pratiques pour gérer la vie quotidienne, prendre ses responsabilités par rapport à sa santé, ses relations humaines et ses finances ?
  • Dans les lycées, pour rendre les élèves capables de comprendre le monde qui les entoure et de prendre des décisions dans leur vie quotidienne, faut-il constituer un ensemble transdisciplinaire :  économie, gestion, géographie, sciences politiques, éducation aux médias et à l’information, instruction civique ?
  • Compte tenu de la permanence des débats et controverses sur le contenu des SES, mais aussi de la moindre visibilité de l’enseignement d’économie-gestion réservé à l’enseignement professionnel, comment instaurer une cohérence plus solide entre l’école et les acteurs économiques, en ouvrant à ces derniers dans leur diversité, la capacité de contribuer à l’élaboration du contenu des programmes, à tout niveau, et à leur révision régulière ?
  • Faut-il réserver une partie de l’enseignement à une sensibilisation à l’économie locale avec la participation d’acteurs de la vie économique et sociale, des visites et enquêtes au sein de structures économiquement représentatives ?

Jalons : Curriculum national et curriculum local

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

En France, contenus et méthodes sont traditionnellement décidés au niveau national et appliqués au niveau local, ce qui est censé garantir l’égalité des chances. Les différences sont « traitées » à travers l’allocation de moyens financiers ou par l’ajout d’options ou de projets d’établissements au curriculum national.

Ces dispositifs sont cependant régulièrement accusés d’être trop coûteux et peu efficaces contre les inégalités d’apprentissage. La question qui lie toutes ces critiques est celle de l’articulation entre le national et le local, entre ce qui est commun à tous, et ce qui s’ajuste à chacun.

B.  D’où viennent-ils ?

La culture scolaire française est fortement hiérarchisée et centralisée, en grande partie en raison de ses origines religieuses puis républicaines : la figure du maître se superpose à celle du prêtre, celle de l’inspecteur à celle de l’évêque. Le projet républicain implique une volonté forte de destruction des cultures, langues et identités locales au profit d’une identité nationale unique et hégémonique.

La multiplication récente des revendications du droit aux différences se traduit dans le champ éducatif par la contestation d’un idéal d’acculturation (effacement des différences au profit d’une identité nationale unique) au profit de discours valorisant un idéal multiculturel (tolérance des différences), voire interculturel (échanges mutuels). Des thématiques nouvelles (confiance, différenciation) sont mises en avant pour leur promesse de modernité, et décriées pour leur incompatibilité avec la culture scolaire.

La volonté de démocratiser l’enseignement et d’amener tous les élèves à un seuil minimal commun (80% d’une classe d’âge au baccalauréat, définition d’un Socle commun de connaissances, de compétences et de culture) implique que les élèves éloignés de la norme scolaire restent en classe plus longtemps, ce qui rend plus visible et pressante la question de la prise en compte de l’hétérogénéité des publics scolaires.

C.  Quelles conséquences ?

En France  le principe d’unicité du curriculum caractérise davantage  le curriculum prescrit (voulu par les textes) que le curriculum réel (ce qui est effectivement enseigné), et à plus forte raison que le curriculum « caché » (ce qui n’est écrit nulle part mais est néanmoins enseigné de manière implicite ou inconsciente) : de fortes différences de fait existent selon les régions, les établissements, et même les enseignants et élèves individuels, mais restent en général tacites, voire « honteuses ».

Un système d’options, filières et parcours, ainsi que les variations sur le curriculum national offertes par l’enseignement  privé, de même que des modalités différentes d’évaluation  sont une autre remise en cause du curriculum national.

 Souvent perçu  comme un défaut, l’ancrage local du curriculum est, chez plusieurs de nos voisins, considéré avant tout comme une richesse sur laquelle s’appuyer. Les lignes directrices y sont décidées au niveau national, mais, selon les  cas,  les régions et communes ou les établissements scolaires produisent des documents explicites sous le nom de « curriculum d’établissement ».  L’idéal mis en avant est celui d’équité plutôt que d’égalité, et la définition de ce qui est enseigné en commun n’est pas la même : là où, en France, on se concentre en priorité sur les contenus d’enseignement sanctionnés par des examens, dans d’autres pays la focale peut se situer par exemple sur le type de citoyen à former, ses valeurs et ses compétences. Pour leurs défenseurs, ces modèles répondent mieux aux besoins locaux, s’appuient sur les ressources locales et permettent donc de développer un enseignement plus efficace et mieux adapté à la société contemporaine.

La réflexion pourrait donc s’engager entre une conception du curriculum présente en France où l’appropriation personnelle des programmes par les enseignants débouche souvent sur une adaptation locale informelle et jugée souvent « à la baisse » et une autre où l’ajustement au « local » revient à une prise en compte systémique des spécificités, intégrant d’autres variables que les seuls programmes, comme par exemple l’évaluation des apprentissages. Ces cas visent donc la possibilité de variations curriculaires systémiques n’engendrant pas d’inégalités.

D. Quelles questions de fond ?

  • Est-il possible et souhaitable d’importer des « bonnes pratiques » issues de systèmes éducatifs et de cultures scolaires radicalement différents des nôtres ?
  • La plus grande diversité dans la mise en œuvre qu’engendrerait un curriculum à ancrage local créerait-elle nécessairement davantage d’inégalités entre régions, établissements et élèves ? Ou au contraire en permettant une différenciation explicite et régulée pourrait-elle être efficace et créer plus d’égalité entre les acquis des élèves en bout de chaîne ?
  • Quel serait l’impact en termes de vivre-ensemble, local ou à échelle plus large ?

Jalons : Temps et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Pour certains, le temps scolaire est rythmé par l’année scolaire et son organisation en trimestres, parfois en semestres. Il prend sa forme la plus aboutie car la plus opérationnelle dans la journée scolaire qui répond aux impératifs organisationnels d’une unité de lieu : la classe, d’une unité d’action : l’activité scolaire proprement dite et, bien entendu, d’une unité de temps : celui accordé à l’enseignement d’une discipline avec des nuances entre le premier et le second degré.

Pour d’autres le temps scolaire ne peut être uniquement déterminé par des impératifs organisationnels et il renvoie à des logiques d’acteurs qui peuvent collaborer mais aussi se contrarier. Nous pourrions dire rapidement que pour les tenants d’un temps scolaire relatif, celui-ci est déterminé par ses fins : enseigner, apprendre, consolider, généraliser et pour chacune d’elles il conviendrait de leur accorder le temps qu’il faut.

Toutefois les deux parties s’accordent sur le fait que l’école devrait pouvoir mieux prendre en compte les temporalités sociales émergentes (la pandémie du COVID vient singulièrement rebattre les cartes des lieux et des temps de l’instruction avec la révolution du distanciel).

B.  D’où viennent-ils ?

Il existe deux traditions du temps scolaire : celle incarnée dans le premier degré par la figure tutélaire du « maître d’école », gardien du rythme de travail au sein de sa classe et de la distribution des activités scolaires en fonction des impératifs qui lui sont assignés par l’institution, à savoir enseigner notamment à lire, écrire, compter (la question du respect d’autrui étant récente).

Il va de soi que ce rythme a évolué dans le temps avec l’introduction de nouveaux apprentissages autour des parcours (Avenir, de Santé, d’Éducation artistique et culturelle, Citoyen), ce qui rend moins visible la partition entre premier et second degré. On notera tout particulièrement la création en 2015 des cycles scolaires conduisant à la création d’un continuum école-collège entre les deux dernières années de primaire et la première année de collège dans le cadre du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

La tradition propre au second degré, qui a comme figure tutélaire la discipline d’enseignement, voit se constituer selon une logique souvent implicite ce qu’on a coutume d’appeler l’emploi du temps, distinguant ainsi celui de l’élève et celui de l’enseignant. Cet agencement temporel respecte un impératif horaire défini par voie réglementaire qui contingente l’enseignement disciplinaire à un volume horaire pré-attribué. On assiste, sous l’impulsion d’une politique volontariste de lutte contre l’échec scolaire depuis les années 1990, à une érosion partielle de ces volumes horaires disciplinaires prédéfinis au profit d’un contingent horaire indéterminé qui est ventilé au sein de chaque établissement en fonction d’un projet éducatif arrêté. La création des « établissements scolaires » (EPLE) en 1985 a permis d’affecter à chacun une dotation globale horaire dont la répartition est placée sous la responsabilité de la communauté éducative via ses instances.

C.  Quelles conséquences ?

Les temps scolaires ont particulièrement été analysés sous l’angle des rythmes scolaires qui n’ont pas manqué d’interroger les frontières entre l’école et son environnement. La réforme des rythmes scolaires de 2013 n’a pas manqué de réactiver les querelles de spécialistes autour des équilibres délicats entre rythme de vie et rythme scolaire. On pourra à ce propos constater que le débat n’a concerné ici que le premier degré.

Au collège la mise en place du Socle commun de 2015 a cristallisé les attaques non pas tant sur les incidences chronobiologiques, comme ce fut le cas pour le premier degré, que sur la ventilation des temps d’enseignement entre ce qui relevait d’un enseignement disciplinaire et ce qui pourrait relever d’un enseignement interdisciplinaire (EPI, éducation à…, parcours). On pourra noter que les experts ne se sont jamais interrogés à propos de l’impact d’une approche par les compétences sur les rythmes d’apprentissage.

D. Quelles questions de fond ?

  • L’approche curriculaire peut-elle permettre de revisiter les rythmes d’enseignement, les temps d’apprentissages et plus généralement la durée de la scolarité ou plus prosaïquement son organisation qui continue de distinguer premier et second degré ?
  • Est-on allé suffisamment loin dans la structuration des cycles pour identifier cette temporalité comme une condition nécessaire aux acquisitions de compétences ou de connaissances constitutives d’une culture commune ?
  • Quels sont les critères à choisir pour exercer une réflexion en profondeur sur les temps scolaires ?

Jalons : Numérique éducatif et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Le « numérique éducatif » désigne l’ensemble des réalisations et innovations que les acteurs du numérique entendent apporter à l’école et à l’éducation en général.

Officiellement, il permet de dépasser les limites des méthodes d’enseignement traditionnelles sur les plans cognitif et didactique. Il facilite ou accélère les apprentissages des élèves grâce aux possibilités d’interactivité, d’autocorrection immédiate, de manipulations ou de simulations virtuelles, de motivations ludiques. Il est une aide à la personnalisation en individualisant les parcours.

Pour les critiques, cet apport est plutôt illusoire et nocif : le numérique favorise la dispersion de l’attention, le décrochage avec le monde réel, la fatigue cérébrale due à l’abus d’écran, la perte d’habitudes intellectuelles propres à la culture écrite et à ses acquis. Son efficacité cognitive et motivationnelle relèverait du marketing commercial.

B.  D’où viennent-ils ?

Au milieu des années 1980, le Plan informatique pour tous est la première initiative d’ampleur, visant à former les enseignants et à initier les millions d’élèves français à l’informatique. Il traduit aussi le souhait de l’Etat de soutenir une filière industrielle nationale de fabrication de PC. Son échec est à l’origine de ce qu’il est convenu d’appeler le « retard français » dans le domaine du numérique éducatif.

Dix ans après, c’est le tournant des TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’éducation) à l’Education nationale, avec la maîtrise des instruments bureautiques pour objectif premier. Tandis que le débat sur la question du choix de logiciels libres ou commerciaux reste ouvert, à partir de 2006, de plans nationaux en conventions régionales ou départementales, sont mis en place les environnements numériques de travail (ENT). Ils mettent à la disposition des enseignants, des élèves et des parents, contenus éducatifs et pédagogiques, informations administratives, documentation, listes de diffusion et espaces communautaires.

La question du financement, discutée entre Etat et collectivités territoriales, est tranchée par la loi Peillon de 2013. Les communes, départements et régions sont fondés à investir dans les équipements des écoles, collèges et lycées (ce qu’ils avaient déjà commencé à faire), l’Etat se charge de subventionner la constitution d’une filière française d’EdTech. On y trouve des sociétés de services informatiques, des éditeurs scolaires, des startups et des organismes publics (CNED, Canopé).

C.  Quelles conséquences ?

Dès les années 2000, l’avènement d’Internet et des services développés par les GAFAM et les startups du Web a contribué à modifier le contexte de travail des enseignants en donnant accès à de nouveaux outils qui favorisent la création de ressources d’enseignement enrichies. Ces innovations relancent aussi l’enseignement à distance en bousculant les cadres traditionnels de conception et de mise à disposition des moyens d’enseignement. D’autres acteurs que les auteurs et éditeurs scolaires traditionnels s’emparent de ces outils pour proposer des ressources collaboratives, parfois issues de collectifs d’enseignants.

L’explosion de l’offre de ressources éducatives à l’échelle mondiale, à l’instar de la Khan Academy, incite des enseignants à concevoir et assembler des cours en ligne, accessibles à leurs élèves, dans le cadre d’une pédagogie inversée (le cours à la maison et les exercices en classe). Le design du cours, de la classe, du temps scolaire, la posture de l’enseignant et le « métier d’élève » sont susceptibles d’évoluer. Les salles peuvent se muer en espaces de création, et les CDI et salles d’étude se repenser.

Mais les instruments numériques peuvent aussi conforter le modèle magistral surtout si les disciplines scolaires ne laissent pas suffisamment de place à l’éducation aux médias et à l’information (EMI) au collège et aux humanités numériques au lycée.

Lors de la crise sanitaire de 2020, la fermeture des établissements scolaires a montré l’utilité d’un numérique performant pour assurer une forme de continuité pédagogique, mais aussi les fortes inégalités en termes de formation des professeurs, d’équipements et de disponibilité des familles. L’incapacité du numérique à se substituer totalement à l’enseignement présentiel a tempéré certaines illusions.

D. Quelles questions de fond ?

  • Le numérique éducatif met-il plus en question les aspects organisationnels du curriculum (les manières d’enseigner et d’évaluer), la forme scolaire (cloisonnements disciplinaires, horaires, espaces, posture magistrale, travail individuel) que les contenus de savoirs ?
  • Qui pilote : la technologie (fortement évolutive) ou la pédagogie (stable dans ses exigences) ?
  • Y a-t-il le risque d’adapter la pédagogie aux possibilités de la technologie, par exemple avec la généralisation de formes de testing facilement automatisable ?
  • Qui cadre, contrôle, coordonne ? Jusqu’où ? Les pouvoirs publics, les marchés ? Quels risques pour la liberté pédagogique des professeurs ?

Jalons : Langues étrangères et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Il existe un malaise public sur l’incapacité du système d’enseignement français à produire chez les élèves des compétences en langues comparables à celles atteintes dans d’autres pays.

Faut-il estimer que l’enseignement des langues « fait ce qu’il peut », ou bien adhérer à une tendance à déscolariser l’apprentissage des langues (rien ne vaut l’immersion en contexte étranger, des cours privés débouchant sur des certifications internationales, les technologies connectées) ?

B.  D’où viennent-ils ?

L’enseignement des langues étrangères est d’introduction tardive dans les programmes et n’y a longtemps trouvé place que sur le modèle des langues anciennes avec une prééminence de la grammaire, de la traduction et des examens privilégiant l’écrit. La longue histoire du français langue internationale ne nécessitant pas de ses locuteurs qu’ils parlent d’autres langues a longtemps pesé.

Toutefois on a commencé à apprendre une langue étrangère de plus en plus tôt, et l’alignement des objectifs visés par les programmes sur les niveaux de compétence définis par le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) a introduit un principe de continuité et d’harmonisation des parcours.

Mais les évolutions restent lentes et la faiblesse des résultats est attribuée à un manque d’articulation entre primaire et secondaire, au peu de formation à cet enseignement de langues étrangères des professeurs du primaire et à une distribution rigide des heures au long du secondaire.

On a aussi assisté à une instrumentalisation des langues dans des dispositifs scolaires élitistes (offre et choix de langues « rares » en deuxième langue, classes bilangues, sections bilingues).

C.  Quelles conséquences ?

Le Socle commun de connaissances, de compétences et de culture réunit dans son premier domaine les « langages pour penser et communiquer » et y fait interagir « le français, les langues étrangères et régionales, les langages mathématiques, scientifiques et informatiques, les langages des arts et du corps« . Mais les mises en relation ainsi suggérées restent aujourd’hui pour l’essentiel lettre morte. La réalité est marquée par le cloisonnement des langues étrangères entre elles, le splendide isolement du français, la faiblesse des performances à l’oral, l’oubli des dimensions langagières de toutes les disciplines et de tous les apprentissages.

Sur la question de savoir quelles langues le système doit reconnaître, on a une situation figée et un manque de reconnaissance des langues comme capital national.

En termes de situation figée héritée, notons l’hégémonie de l’anglais, dont le statut particulier n’est pas officiellement reconnu ; la surreprésentation de l’espagnol ; la sous-représentation de l’italien ; une défense diplomatique de l’allemand ; la rareté de l’enseignement des langues orientales et de l’arabe.

En termes de manque, notons que le considérable et précieux capital multilingue du pays n’est pas valorisé : les langues les plus parlées en France en dehors du français (arabe, berbère, turc…) sont présentes seulement aux marges de l’école ; la faible reconnaissance des langues régionales, des créoles d’Outre-mer dont l’usage social reste vivace dans les territoires concernés. Et tandis que le baccalauréat reconnaissait jusqu’ici le plus de langues, y compris beaucoup non enseignées, désormais ne seront plus admises que les langues dont les élèves ont suivi un enseignement.

Deux autres sujets font débat : la focalisation sur les compétences de communication aurait pour effet une disparition de la culture et surtout des littératures étrangères ; le manque de prise en considération des bénéfices connus de l’enseignement précoce des langues et du bilinguisme.

Des évolutions sont annoncées : globalisation des horaires, groupes de compétence, établissements de référence, valorisation de la diversité linguistique et du plurilinguisme, etc. Qu’en adviendra-t-il ?

D. Quelles questions de fond ?

  • L’enseignement des langues va-t-il continuer à être disséminé tout au long du cursus ou bien va-t-il être mis en place par périodes intensives ?
  • Les langues vont-elles être utilisées dans les établissements en dehors des cours (signalétique, conférences, etc.) ?
  • L’anglais sera-t-il traité séparément et obligatoire à tous les niveaux ? Les langues de l’immigration seront-elles enseignées avec une discrimination positive pour les non-locuteurs familiaux ?
  • Toutes les langues (étrangères, le français, les langues régionales et anciennes) seront-elles rapprochées chaque fois que cela peut être éclairant : comparaison des grammaires et des lexiques, apprentissage de la traduction comme activité de français, littérature comparée, intérêt du FLE pour l’enseignement du français ?
  • Comment évaluer la privatisation et la marchandisation en route des certifications internationales venant se substituer aux reconnaissances de compétences propres aux systèmes éducatifs nationaux ?
  • Quelle part faire à la prolifération des outils connectés nomades et aux progrès spectaculaires de la traduction automatique ?

Jalons : Informatique et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

La grande majorité des citoyens vivent aujourd’hui accompagnés d’outils informatiques qui leur permettent l’accès facile à une infinité d’informations, qui ouvrent à de nouvelles formes de relations sociales et qui modifient profondément le travail dans tous les secteurs. Objets merveilleux mais aussi addictifs et dangereux, ils nécessitent pour tous une connaissance précise et critique de cet environnement informationnel, une maîtrise des outils, un « accès sûr, légal et éthique » (EMI) et une conscience de son identité numérique. Ces connaissances d’usagers sont un élément de la culture scolaire commune, introduisant une exigence de « littératie numérique » dans toutes les disciplines.

Une formation à l’usage des logiciels et des ordinateurs est nécessaire mais elle n’est pas suffisante. Il faut sans tarder généraliser un enseignement de la science informatique et de ses usages ; ce qui suppose d’étudier dès l’école primaire les principes de base de l’algorithmique, les principes de la programmation et des concepts essentiels de l’informatique. Il faut poursuivre la création d’une discipline scolaire nouvelle, généraliser cet enseignement et donc recruter au plus tôt un grand nombre de professeurs spécialistes.

B.  D’où viennent-ils ?

Après une première introduction d’un enseignement d’informatique au lycée en 1970, les plans se sont succédé . En 1970, l’informatique était envisagée à la fois comme outil pour les disciplines et comme objet d’enseignement. L’entreprise Thomson y jouait sa survie. Mais la finalité restait floue. Le choix de la création d’un langage informatique spécifiquement scolaire (LSE) s’est vite révélé une impasse. L’option du lycée est supprimée une première fois en 1992, rétablie en 1995, supprimée une deuxième fois en 1999 par Claude Allègre qui lui substitue un enseignement des TICE aboutissant au Brevet informatique et internet (B2I), en partie pris en charge par la technologie. Il faut attendre 2012 pour que soit recréé un enseignement de spécialité optionnel (ISN) en terminale S. En 2015, le CSP produit un programme d’enseignement d’exploration Informatique et création numérique (ICN) en seconde. La réforme du lycée de 2019 supprime les Enseignements d’exploration (EDE) de seconde et intègre dans le tronc commun un enseignement de Sciences numériques et technologie (SNT) dont le contenu est sensiblement différent d’ICN. En première et terminale est créée une spécialité Numérique et sciences informatiques (NSI).

Au niveau de l’école et du collège, le B2I est exigé mais reste une formalité et n’a pas fait l’objet d’un enseignement systématique. Il faut attendre le Socle commun de 2015 pour que s’engage la création d’un curriculum intégrant l’informatique dès le cycle 2 à l’école primaire : « L’élève connaît les principes de base de l’algorithmique et du codage ; il pratique des langages simples de programmation ». Cet enseignement se partage entre les mathématiques et la technologie dès le cycle 3. Il est articulé à un programme d’éducation aux media et à l’information (voir le jalon Numérique éducatif et curriculum ).

C.  Quelles conséquences ?

L’usage du mot « numérique » a progressivement étendu le champ de l’informatique comme un savoir transversal à toutes les disciplines et indispensable à tous les domaines de la vie. Il a donné lieu à la désignation d’une nouvelle littératie dont la définition n’est pas sans importants flottements. Elle inclut connaissance de la programmation informatique mais aussi acquisition de compétences générales concernant l’usage des ordinateurs et des technologies permettant le développement de compétences critiques, voire de modes de pensée d’un type nouveau.

Faute d’une réflexion réellement curriculaire, hésitations et tergiversations n’ont pas manqué depuis plus de 30 ans sur la place à accorder à la science informatique dans le curriculum des élèves. Il aura fallu attendre la rentrée 2019 pour qu’existe un continuum prescrit en la matière sur l’ensemble de la scolarité. Encore est-ce plus théorique que réel… Plus généralement, l’enseignement de l’informatique est aujourd’hui adossé à un référentiel des compétences numériques élaboré par la Commission européenne (DIGCOMP) et décliné en France sur 8 niveaux. Il doit donner lieu à certification à la fin du cycle 4 du collège et du cycle terminal du lycée (PIX), remplaçant ainsi le B2I et le C2I.

D. Quelles questions de fond ?

  • Doit-on introduire un enseignement de la science informatique comme un élément important du curriculum de l’école au lycée ? Pour tous, pour certains, à quel niveau ?
  • En quoi le choix d’introduire une nouvelle discipline interroge-t-il l’équilibre de l’ensemble et particulièrement le contenu de l’enseignement de technologie ? Le taux d’abandon important de la spécialité en fin de première, qui semble se dessiner, est-il lié à la nouvelle organisation du lycée (abandon obligatoire d’une spécialité en terminale) ou révèle-t-il un découragement des élèves devant la difficulté du programme et la difficulté à l’enseigner ?
  • Peut-on escompter que la nouvelle certification PIX sera moins formelle que la validation B2I ?

Jalons : Français et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

La démocratisation de l’école nécessite l’acquisition par le plus grand nombre de compétences langagières, écrites, orales, réflexives, communicatives et créatives. Elles sont l’outil premier pour la poursuite des études et l’entrée dans la culture.    

Cette ambition nouvelle s’oppose à une conception plus traditionnelle d’un enseignement du français centré en priorité sur la maîtrise des normes de la langue écrite, la fréquentation des textes du patrimoine,  la capacité à seulement les commenter et à disserter à leur sujet.

B.  D’où viennent-ils ?

La prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans n’a pas réussi le pari de développer un niveau de lecture et d’écriture suffisant, pour la totalité d’une classe d’âge et donc la possibilité d’une poursuite d’études en lycée. L’école élémentaire avait réussi le pari d’une alphabétisation presque totale de la population au milieu du XXe siècle. Le collège pour tous imposait la recherche de nouvelles finalités à l’école primaire et au collège et une reconfiguration profonde de l’enseignement du français à la hauteur des besoins éducatifs nouveaux.

 Le fractionnement des activités liées à la langue (lecture, rédaction, orthographe, grammaire…) a été une caractéristique de l’enseignement du français qui perdure. Plusieurs commissions entre 1960 et 1990 ont contesté ce cloisonnement et prôné un enseignement plus intégré du français comme moyen de communication, d’expression orale et écrite ; l’orthographe et la grammaire ne devaient plus en constituer le seul point de départ, ni la littérature la référence exclusive. Cela n’a débouché que sur des compromis maintenant des traditions qui ont freiné la démocratisation scolaire, sans souci de faire évoluer la formation des enseignants.

Le collège a connu dès 1976 l’arrivée d’un nouveau public, plus fragile dans ses acquis langagiers, plus hétérogène socialement. Il faut attendre les programmes de 2015 pour que le curriculum de français soit enfin structuré par les compétences langagières et non par les genres littéraires ou par les types de discours. La notion d’écrits et oraux intermédiaires pour penser, discuter, apprendre a été préconisée.  Mais ce changement de braquet n’a pas été soutenu dans la durée par une formation initiale et continue des enseignants garantissant une culture théorique et scientifique suffisante. Il a même été contrecarré par les formes des évaluations, les modifications introduites en 2018 et par des instructions sur un apprentissage de la lecture ramené à celui du code graphophonologique et de la grammaire de phrase, en oubliant que le défaut principal de l’enseignement du français consiste en une sous-estimation de l’enseignement de la compréhension et de la production d’écrits.

Le programme commun de français au lycée en 2019 est revenu à une identification des objets d’étude à la chronologie et aux grands genres littéraires, aux œuvres imposées relevant du seul patrimoine français, et dans la seule perspective de la dissertation et du commentaire de texte, après abandon de l’exercice d’invention au baccalauréat.

C.  Quelles conséquences ?

L’enseignement du français a connu des phases d’ouverture caractérisées par le choix d’étudier la diversité des discours et des pratiques langagières, d’ouvrir à la littérature de jeunesse au primaire, aux littératures francophones et étrangères, d’associer le développement de la personne à ses capacités à écrire, lire et parler. La finalité du travail réflexif, de communication et de création devrait développer une appartenance critique à une culture nationale mais ouverte sur le monde, les sociétés, leurs codes sociaux et esthétiques.

Mais il a connu aussi des fermetures : le maintien ou le retour à des conceptions très normatives et socialement marquées de la langue, l’idée que la maîtrise des règles et des codes doit précéder celui de l’exercice des compétences langagières, au nom d’une rationalité qui fait de l’explicitation la condition préalable à toute pensée ; une conception du patrimoine ramenée aux frontières de la métropole et reposant sur quelques grandes œuvres du passé ; l’imposition d’exercices normés, éloignés des formes vivantes de l’oral et de l’écrit.

D. Quelles questions de fond ?

  • Pour répondre aux enjeux éducatifs, intellectuels et sociaux de notre époque, l’enseignement du français ne doit-il pas s’ouvrir davantage à la diversité des pratiques  langagières et culturelles ? Faudrait-il concevoir des pratiques d’écrits et d’oraux plus divers, articulés à des pratiques vivantes de la vie scolaire, sociale, professionnelle et culturelle ?
  • Quel rôle spécifique, quelles collaborations envisager aujourd’hui pour l’enseignant de français dans le développement des compétences orales et écrites dans toutes les disciplines ?
  •  Comment faire de l’hétérogénéité langagière et culturelle des élèves une richesse pour l’enseignement de la langue, de la littérature et le vivre ensemble ?

Jalons : EPS et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Si les corps sont physiquement présents à l’école, c’est bien de la place qui leur est accordée, comme des médiations pour apprendre, dont il est question. Des siècles de représentations ont jeté sinon l’opprobre, au moins une méfiance sur le corps, qui est resté longtemps à éduquer, soumettre, redresser dirait Georges Vigarello. Le terme même de discipline, et plus précisément de « discipline sportive », montre aujourd’hui encore combien la dimension normative persiste. Un désaccord entre corps à éduquer et corps pour éduquer apparaît.

En maternelle, les nouveaux programmes parlent d’activité physique, singulière, au singulier. Il faut attendre l’école élémentaire pour parler d’éducation physique et sportive. Pour certaines personnes, et elles sont légions, oubliant les deux premiers termes, l’EPS se comprend comme du sport à l’école, du côté du corps à éduquer. Pour d’autres, généralement celles qui sont passées par la formation universitaire STAPS, l’EPS ne se confond pas avec les activités physiques, sportives et artistiques, qu’elle utilise alors comme support d’un enseignement visant des finalités autre que celles généralement admises pour le sport. Du côté du corps pour éduquer donc.

B.  D’où viennent-ils ?

Pour limiter notre point de vue à la seconde moitié du XXe siècle, on peut dire que l’Education physique a conservé une caractéristique forte mais des identités multiples que nous avons aujourd’hui tendance à oublier. Elle se caractérise par son attachement irrévocable à l’école. Et même si les puristes considèrent qu’il faudra attendre 1981 pour qu’elle retrouve le giron de l’Education nationale, elle n’aura jamais quitté l’école après la Seconde Guerre mondiale, et avant non plus d’ailleurs.

Dans un récent article, Jean-Nicolas Renaud retrace cette histoire scolaire de l’Education physique au travers d’un concept, celui d’ »exercice », montrant d’une certaine façon l’attachement de la discipline à cette notion qui lui est souvent rapportée. Citons l’auteur : « En France, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les méthodes en éducation physique et sportive (EPS) ont connu un renouvellement important. Pourtant, le mot « exercice » est resté dans le vocabulaire de la corporation. Cette permanence questionne nécessairement les conditions d’utilisation du terme…  Les mutations que subit cette unité de base de l’activité physique de l’élève traduisent les changements profonds de la discipline« . Cette rigueur disciplinaire ne manquera pas de provoquer une crise identitaire à partir des années 1990, et l’émergence d’une didactique de l’Education physique.

C.  Quelles conséquences ?

Présente de la maternelle à la terminale, l’EPS dans le premier degré est assurée par le professeur des écoles, avec la participation parfois d’animateurs municipaux. Dans le second degré, ce sont des professeurs d’EPS qui en ont la charge.

En maternelle, les programmes de 2015 « Agir, s’exprimer, comprendre à travers l’activité physique » introduisent le fait que l’activité physique, comme le corps, n’ont pas lieu pour eux-mêmes mais poursuivent des objectifs d’éducation plus larges : « La pratique d’activités physiques et artistiques contribue au développement moteur, sensoriel, affectif, intellectuel et relationnel des enfants« . Ces attentes, pour l’essentiel développementales, sont reliées au fait que l’enseignant du premier degré est un enseignant polyvalent, passeur des développements en réseau.

Après la maternelle, la discipline contribue à l’atteinte des compétences générales déclinées dans les cinq domaines du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture et contribue, au même titre que les autres disciplines, à une culture scolaire commune. Les nouveaux programmes (2015) de l’école élémentaire, du collège et des trois voies du lycée (2019) sont organisés selon une logique curriculaire qui embrasse le temps long des acquisitions (du CP à la Terminale) et la cohérence des modes d’organisation de l’activité des élèves en tenant compte de leurs caractéristiques développementales.

D. Quelles questions de fond ?

  • Quel rôle le corps occupe-t-il dans l’école du XXIe siècle (objet, sujet, condition, support, médium, etc.) ?
  • Comment l’EPS peut-elle assumer d’être avant tout Scolaire et non plus uniquement Sportive, alors même que le mouvement sportif n’hésite plus à revendiquer la poursuite des mêmes finalités : solidarité, santé, altruisme, goût de l’effort, des finalités que nous retrouvons d’ailleurs dans les valeurs de l’olympisme considéré par ses fondateurs comme une « philosophie » : « amitié, respect, excellence » ?
  • En quoi et comment l’EPS doit-elle faire son aggiornamento en repositionnant son action à partir d’une triple conversion :
    • éthique : l’éthique corporelle comme principe ;
    • anthropologique : la motricité comme langage universel ;
    • culturelle : l’aisance motrice comme compétence scolaire ?

Jalons : Evaluation des élèves et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Pour certains, la tradition scolaire française en matière d’évaluation des élèves convient : attributions régulières de notes sur 20, servant de repères aux élèves, aux familles et aux établissements, comme dans le cadre des examens. Elles se prêtent à des calculs de moyennes qui permettent aux uns et aux autres en toute justice de se faire une idée d’ensemble sur la scolarité de chacun. 

D’autres estiment que l’équilibre entre les fonctions d’enseignement et d’évaluation est rompu en France au bénéfice de la seconde : élèves constamment évalués ; notation excessivement raffinée avec des aléas non contrôlés, mais surtout qui fabrique facilement de l’échec dès que le résultat est inférieur à la note moyenne, calculs de moyenne qui brouillent tous les repères sur les savoirs. Notes et moyennes deviennent trop souvent aux yeux des élèves, comme de l’institution, le véritable objectif des apprentissages.

Toutefois les deux catégories se rejoignent pour s’interroger sur une dévalorisation des examens français, dont on ne verrait plus trop ce qu’ils prouvent.  

B.  D’où viennent-ils ?

Il existe deux traditions de notation : à une tradition du premier degré (certificat d’études primaires), comme des examens professionnels (CAP) qui considérait que certaines absences de compétences étaient rédhibitoires, s’oppose celle du secondaire, où l’évaluation d’une culture générale se fondait sur l’approche globale d’une personnalité : pour un public d’élite, une lacune dans une discipline pouvait être compensée par une bonne performance dans une autre. Cette procédure s’est étendue peu à peu au primaire et aux examens professionnels et montra ses limites pour des publics dont l’hétérogénéité des acquis était plus importante. 

Depuis une vingtaine d’années, l’introduction de références à des compétences dans les programmes a entraîné, surtout à l’école primaire, des évaluations non chiffrées, avec un nombre limité de réponses (acquis, non-acquis, en cours d’acquisition, etc.), avec parfois des couleurs ou des smileys. Cela n’a jamais fonctionné en France aux examens, alors que c’est la règle en beaucoup de pays.

Dans ce contexte de généralisation d’examens compensateurs, on peut observer que les deux examens du secondaire, brevet des collèges et baccalauréat sont devenus le lieu d’un profond désordre (va-et-vient entre contrôle continu et épreuves terminales, par exemple) et d’une dévalorisation scolaire et sociale marquée : le nombre des épreuves y est tel, avec des notes si aléatoires mais un taux de succès si élevé, qu’on ne sait pas ce que son obtention signifie. On n’a pas de validation des études qui ait un sens clair en face d’attentes du curriculum.

C.  Quelles conséquences ?

Les notes sur 20 sont dénoncées d’une part pour leur sophistication excessive (les professeurs ajoutant facilement des demis ou quarts de points), d’autre part pour leur tendance à distribuer les élèves selon une courbe de Gauss qui fait toujours apparaître des élèves en échec selon ce qu’on a appelé une « constante macabre ».

Les travaux (docimologie) qui ont étudié les nombreux biais, de différentes natures mais notamment sociaux entourant la notation, ont permis de savoir que les notes n’étaient pas fiables sans précautions de la part des notateurs pour éviter ces biais. Sans cette formation, les enseignants font comme si les notes qu’ils mettent et les moyennes qu’ils calculent étaient nécessairement justes.

Les élèves sont sensibles au caractère aléatoire des notes et des calculs de moyennes qui décident souvent de leur « passage » dans la classe supérieure ou de leur redoublement, sans référence claire à des acquis. Ceci joue négativement sur leur motivation pour les apprentissages en leur donnant l’impression que le déroulement des études leur échappe.

Ailleurs, on attribue aux candidats des « grades », en petit nombre, dont un seul négatif signifie l’échec. Les résultats des diverses disciplines ne sont pas agrégés et sont attribués en référence à des standards explicites de ce qui est attendu des candidats. En France, il n’y a ni standards, ni double correction, et les notes sont en général attribuées en retirant des points à partir d’une note 20 mythique.

En miroir à ce profond désordre, on voit se développer des évaluations par dossiers et entretiens plus que par validation d’acquis, ainsi que par certifications externes privées.

D. Quelles questions de fond ?

  • Une évaluation des élèves en lien plus visible avec les attentes du curriculum est-elle possible, y compris celles non évaluables par des épreuves classiques ?
  • Ce système doit-il prendre la forme de standards ?
  • Faut-il conserver des notes chiffrées et sur 20, garder ou proscrire les calculs de moyennes, la compensation aux examens ?
  • Faut-il remplacer systématiquement les examens par une sélection sur CV, dossiers ou entretiens, qui, en accordant la place centrale à des compétences extracurriculaires, risque de faire encore plus le jeu des inégalités sociales ?

Jalons : Philosophie et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

L’ambition de synthèse des savoirs revendiquée par la philosophie en situe « naturellement » l’enseignement au terme des études secondaires. Son exigence conceptuelle doit en limiter l’enseignement aux filières générales et technologiques. Pour ne pas la galvauder, il convient de l’enseigner selon des modalités dialogiques liées à la tradition philosophique (occidentale) légitimée.

De multiples expériences montrent qu’un enseignement de type philosophique est envisageable, voire nécessaire, avant la terminale. En tout état de cause, une révision de ses contenus s’impose en vue de gagner un intérêt authentique de la majorité des élèves. Rien ne s’oppose à son extension aux publics des lycées professionnels. Un enseignement progressif et de large culture aurait plus de capacité à susciter l’intérêt réel des élèves.

B.  D’où viennent-ils ?

Après les écoles centrales de la Révolution où la philosophie était optionnelle, les lycées de la première moitié du XIXe imposent une forme d’endoctrinement. Avec la IIIe République, est peu à peu institué un enseignement « plus libéral », généraliste, couronnement des études secondaires, réservé à une élite sociale à qui on entend reconnaître une certaine liberté de jugement, en érigeant la dissertation en épreuve-reine. Le programme, globalement stable de 1925 à 1960, entre dans des phases d’incertitudes, à la mesure de son extension à toutes les sections des lycées d’enseignement général et technologique, en parallèle avec la démocratisation. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’enseignement de la philosophie reste marqué par la conception selon laquelle il est à lui-même sa propre pédagogie.

Le rapport pour « une nouvelle politique de la philosophie » (1989) étant resté lettre morte, des conflits entre « camps » professoraux au sujet de la réforme des programmes aboutissent, au début du XXIe siècle, à une confirmation globale de la conception antérieure (liste de notions et d’auteurs) et au rejet de la proposition « histoire des idées ». Dans la voie générale, après la récente réforme du bac, les épreuves restent la dissertation et le texte d’auteur philosophe. Dans une majorité de classes – et quand bien même les programmes sont déclinés en thématiques notionnelles, c’est l’histoire de la philosophie (occidentale) qui se trouve de fait privilégiée, entraînant un désintérêt de beaucoup d’élèves, à l’inverse de l’objectif affiché de développement d’une pensée authentique.

C.  Quelles conséquences ?

De nombreux professeurs refusent toute reconnaissance possible d’une didactique de la philosophie au nom de son exceptionnalité. A l’opposé, un courant de plus en plus important montre non seulement la possibilité mais la nécessité d’une didactique de cette discipline, à l’instar des autres. 

Les enquêtes sociologiques auprès des lycéens révèlent que ceux-ci s’impliquent souvent peu dans les problèmes qui leur sont soumis, restent extérieurs aux notions enseignées, rejettent majoritairement la dissertation et réservent à l’entre-soi leurs réflexions à caractère philosophique. Parallèlement, des pratiques traduisant un besoin de philosophie : cafés philo, universités populaires, magazines, BD, éditions pour enfants, rapprochements philosophie-cinéma, se sont développées dans la société et se prêtent à une réconciliation avec la philosophie scolaire.

En outre, tout un courant s’est déployé visant à démontrer la pertinence de la discussion à visée philosophique, dès les plus jeunes âges de la vie. Par ailleurs, l’enseignement français a commencé à s’ouvrir à un type de pensée longtemps tenu à l’écart : le pragmatisme d’origine anglo-saxonne, avec sa conception privilégiant l’enquête, la participation à la construction des savoirs. Enfin, le dialogue entre la pensée occidentale et d’autres pensées comme la pensée chinoise et sa recherche de « déplacements », est peut-être susceptible – sous condition de transposition didactique – de restimuler un intérêt de la jeunesse scolarisée pour une philosophie plus en prise sur son expérience.

D. Quelles questions de fond ?

  • Peut-on s’accommoder de la dissociation entre le statut social et politique de la philosophie et la façon dont beaucoup d’élèves la vivent ? 
  • Pourquoi exclure de cet enseignement les élèves de la filière professionnelle (1/4 des lycéens) ?
  • Pourquoi limiter un enseignement d’orientation philosophique à la seule classe terminale, quand des expériences montrent son intérêt en deçà, et comment organiser – dans une hypothèse de progressivité – le dialogue avec les autres disciplines ?
  • D’autres exercices que la dissertation et le commentaire de texte peuvent-ils former à la pensée critique ? Comment fonder sur un contrat clair ce qui est attendu des élèves en termes d’évaluation ?
  • Comment faire pour que plus de 25% des élèves obtiennent la moyenne à l’écrit du baccalauréat ? Comment intégrer des traditions autres qu’occidentales sans rabattre l’enseignement philosophique sur ce qui pourrait apparaître comme engagement de type fidéiste, ou nouveau terrain du « développement personnel » ?  

Jalons : Langues anciennes et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Désaccord pluriséculaire et contemporain : pluriséculaire car l’enseignement secondaire, niveau où ces questions historiquement se posent, était, dans ses origines jésuites, délivré en latin avec plusieurs exercices connexes (vers latins, etc.), et a longtemps rejeté et dévalorisé les formations sans latin. Contemporain en ce que régulièrement des projets ministériels interprétés à tort ou raison comme nuisibles à l’enseignement du latin ou du grec sont accusés par une partie de l’opinion, partagée entre la bonne foi des uns et la défense de la discipline par les autres, de ruiner le patrimoine national.

A l’opposé, des voix, héritières de celles qui dans l’histoire ont défendu la dignité d’études sans latin, considèrent aujourd’hui l’attention portée aux langues anciennes comme passéiste et socialement marquée.

B.  D’où viennent-ils ?

A l’origine, c’est paradoxalement l’école chrétienne qui s’est posée la question de savoir ce qu’elle devait faire des monuments anciens de la culture antique, qui apparaissaient à la fois indépassables et coupablement païens.

Puis le latin, moyennant un formatage catholique, devint dans le Ratio Studiorum jésuite la langue de l’enseignement secondaire, quand lui-même ne s’adressait qu’à une petite élite nobiliaire. Tandis que les études sans latin restaient durablement dépréciées (enseignement primaire supérieur, puis filières « modernes »), le latin, ancienne discipline-reine du secondaire, perdait très lentement son statut en se voyant contester son caractère obligatoire, ses horaires et certains de ses exercices, par les études à la fois de langue française et de sciences.

C.  Quelles conséquences ?

Si les deux langues relèvent d’un patrimoine écrit fondateur, leur statut culturel est très différencié : au latin langue qui fut parlée sur le territoire national et influença fortement le lexique français mais dont la culture littéraire est relativement peu valorisée aujourd’hui s’oppose le grec, utilisé mondialement pour le seul vocabulaire scientifique, mais donnant accès à une culture littéraire, politique, philosophique et scientifique irremplaçable. Or dans la réalité l’enseignement du grec a toujours été beaucoup moins développé, sans qu’on justifie autrement que par l’histoire religieuse cette différence majeure.

La réalité montre à la fois que latin et grec ont depuis la massification du secondaire un statut qui n’est plus qu’optionnel, mais qu’en raison même de l’explosion des effectifs du secondaire de la seconde moitié du XXe siècle, la part de la population recevant un enseignement de latin n’a jamais été si importante.

Quand l’apprentissage des langues anciennes n’alla plus de soi, leurs partisans ont multiplié des arguments en faveur de leur choix : arguments qu’on retrouve pour chaque discipline « en défense » (discipline « abstraite », qui favoriserait le raisonnement, et ne « servant à rien », faisant le lit des « forts en thème »), et arguments spécifiques, mais s’opposant facilement : s’agit-il d’apprendre le latin pour faciliter l’apprentissage du français (intérêt sans doute réel mais plus pour structurer le lexique que véritablement apprendre une langue si différente) , ou pour découvrir une altérité linguistique vraie (déclinaisons, ordre libre des mots) ?

Le caractère désormais optionnel de ces enseignements a renforcé la recherche de distinction sociale. Si, dès l’école des Jésuites, le latin a été cela, pour les nobles et non plus pour le clergé, il a été analysé dès 1928 par Goblot comme principe de distinction de la bourgeoisie. La connaissance du latin n’étant pas l’objectif, le niveau des élèves y était complaisamment médiocre. Ce caractère d’instrumentalisation des langues anciennes est illustré par le fait que les 3/4 des élèves qui les ont choisies pour obtenir un « bon » collège ou une bonne classe d’un collège, les abandonnent au lycée.

D. Quelles questions de fond ?

  • Quels apports de ces enseignements pour tous les élèves ? Pour ceux qui les choisissent ?
  • Doit-on continuer à associer apprentissage de langues et des cultures ? Quelles attentes pour les élèves de la fréquentation des cultures antiques (connaissance de la mythologie, de l’origine de la démocratie, du théâtre, de la philosophie, des sciences, de la notion d’empire) ?
  • Faut-il continuer à donner la préséance au latin ?  Qu’attend-on de ces langues pour les élèves aussi bien pour la langue française, les usages du monde (expressions passées dans le langage), que pour l’adoption d’attitudes intellectuelles comme l’aide sémantique par l’étymologie ? Ces finalités d’apprentissages justifient-elles des enseignements spécifiques ou peuvent-elles être poursuivies dans le cadre d’autres enseignements (histoire, français, arts, sciences…) 
  • Les apprentissages relatifs aux langues anciennes comme à l’Antiquité, en histoire par exemple, doivent-ils rester dans le seul giron historique du second degré ou bien l’école primaire peut-elle y être associée ?

Jalons : Education, instruction et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Le ministère de l’Instruction publique devient ministère de l’Education nationale le 3 juin 1932. La tension n’est pas réglée pour autant entre ceux qui considèrent l’école comme un lieu d’instruction et ceux qui l’envisagent aussi comme un lieu d’éducation. Persiste près d’un siècle plus tard une réticence à accorder à l’éducation une place autre que marginale dans le second degré.

B.  D’où viennent-ils ?

La tension entre instruire et éduquer est continue dans l’histoire républicaine. A la première Révolution, le parti de l’instruction publique l’emporta sur celui de l’éducation publique ou de l’éducation nationale, avec Condorcet : « Il faut donc que la puissance publique se borne à régler l’instruction, en abandonnant aux familles le reste de l’éducation. »

Mais l’ambiguïté entre les deux missions demeure : dans le code de l’éducation (article L111.1, inscrit en 2005 dans la loi Fillon, confirmé en 2013 dans la loi Peillon), l’école reçoit une mission première qui est en fait la seconde : « Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l’Ecole de faire partager les valeurs de la République« . 

C.  Quelles conséquences ?

Si l’école primaire a dès sa création une visée éducative (c’est l’école réservée aux enfants du peuple), le second degré opère une distinction fondamentale entre ce qui relève des enseignements et ce qui relève de « la vie scolaire » dont est responsable le conseiller principal d’éducation : la formation comme les concours de recrutement distinguent les personnels qui en ont la charge. D’un côté ceux qui font cours, de l’autre ceux qui surveillent la cour ? Beaucoup d’initiatives ont été prises par le pouvoir politique quel qu’il soit pour tenter de corriger cet abandon de l’éducation :

  • Depuis les années 1980, l’Etat promulgue en parallèle aux programmes des obligations d’enseigner diverses composantes de la vie, en désordre, appelées par les acteurs « éducations à… », qui ne sont pas prises en compte par les acteurs.
  • Dans les années 2000 sont progressivement apparus des « parcours » (citoyen, d’éducation artistique et culturelle, éducatif de santé, dès l’école, avenir dès le collège). Intéressants du point de vue de l’école (partenariats) comme du point de vue de l’élève (acquisition d’une culture au long de son cheminement dans les apprentissages formels et informels). Mais la réalité factuelle vécue par les élèves reste un temps scolaire consacré aux enseignements, avec, à la périphérie, occasionnellement, des temps de parcours dérobés aux heures de cours. La hiérarchie des priorités demeure.
  • De même la Charte des programmes de 2014 défend l’idée que les savoirs scolaires « relèvent à la fois d’une mission d’instruction et d’une mission d’éducation« , se rejoignant pour « inscrire la morale et la connaissance dans le cadre scolaire« . Une fois encore cela ne fut pas suivi de beaucoup d’effets.

Seule l’école maternelle, selon ses programmes de 2015, semble considérer que « sa mission principale est de donner envie aux enfants d’aller à l’école pour apprendre, affirmer et épanouir leur personnalité« .

L’objectif d’alliance éducative, associant notamment école et parents, énoncé dans la loi de 1989 suscite encore, selon la loi d’orientation et de refondation de 2013, des réticences : « Il convient de reconnaître aux parents la place qui leur revient au sein de la communauté éducative. Il s’agit de veiller à ce que tous les parents soient véritablement associés aux projets éducatifs d’école ou d’établissement ». Mais peut-on viser cette alliance sans tenir compte de l’existence des « enfances de classe » [1], tous les enfants, biologiquement semblables, ne vivant ni dans le même monde, ni dans la même époque, ni dans la même culture ? La crise sanitaire de 2020 a confirmé que ce qui manque le plus aux collégiens confinés, ce sont les amis et les récréations, bien avant certains cours ou certains professeurs [2].


[1] Bernard Lahire (dir.), Enfances de classe, Seuil, 2019.

[2] Enquêtes menées en mars et avril 2020 par le laboratoire BONHEURS de CY Cergy Paris Université

D. Quelles questions de fond ?

  • Comment repenser un curriculum accordant toute sa place à la formation de la personne, de ses compétences socio-émotionnelles, ne considérant plus comme implicitement déléguée aux familles une transmission des prérequis de la culture scolaire, pour ne pas laisser jouer à plein les inégalités nées des « enfances de classe  » ?
  • Quelles remises en question de la culture scolaire et des hiérarchisations qu’elle établit entre un savoir scolaire transmis par l’Ecole et tout ce qui relève du comportement, de l’action et de l’individu-citoyen engagé dans son siècle, qui serait secondaire ?
  • Quelle prise en compte de la parole et de l’engagement des élèves au quotidien ?
  • Quels dépassements des stratifications professionnelles établies entre personnels d’éducation et professeurs ? Comment donner à la « communauté éducative » un sens plein ? Comment ensemble préparer les enfants « à la tâche de renouveler un monde commun » (Hannah Arendt) ?

Jalons : Technologie, enseignement professionnel et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Pour les uns et historiquement, l’enseignement de la technologie est un enseignement « délivrant des savoirs et des savoir-faire initiaux à orientation professionnelle dans les domaines agricole, commercial et industriel » [1]. Il doit s’adapter à des usages professionnels et à la « culture du métier ».

Pour d’autres, il ne doit pas se distinguer de l’enseignement dit général et doit s’aligner sur lui. Il vise alors la promotion de démarches et un raisonnement scientifique et technique général. La technologie au collège n’a pas de lien net avec l’enseignement professionnel [2].

Les études professionnelles sont selon les cas différemment valorisées. Leur valorisation ne peut pour les uns se faire qu’en référence aux filières générales, qui mènent vers les études supérieures longues et éventuellement, les emplois de conception et de direction, alors que les autres pensent que leur adaptation à l’emploi est le meilleur argument


[1] Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique, La Découverte, 2016, p. 4.

[2] Alors qu’on compte au sein de la voie professionnelle, davantage d’élèves dans les spécialités de service que dans les spécialités industrielles, la technologie enseignée au collège privilégie le secteur industriel sur le secteur tertiaire  

B.  D’où viennent-ils ?

Les phases de massification étaient légitimées par l’objectif de démocratisation scolaire mais aussi d’élévation des niveaux de qualification en vue de répondre à des besoins économiques. Leur répondre fut la finalité première des filières technologiques et professionnelles. Or à la fin des années 1950, le modèle de scolarisation qui s’imposa fut celui des études longues, renforçant l’emprise de la forme scolaire y compris dans les filières technologiques et professionnelles, tout en hiérarchisant les contenus de formation et, avec eux, les compétences attendues des publics scolaires.

La loi de 1985 distingue les formations technologiques des formations professionnelles : « Les formations technologiques […] ont pour objet de dispenser une formation générale de haut niveau ; elles incluent l’acquisition de connaissances et de compétences techniques et professionnelles. Elles sont principalement organisées en vue de préparer ceux qui les suivent à la poursuite de formations ultérieures. Elles peuvent leur permettre l’accès direct à la vie active. […] Les formations professionnelles du second degré associent à la formation générale un haut niveau de connaissances techniques spécialisées. Principalement organisées en vue de l’exercice d’un métier, elles peuvent permettre de poursuivre une formation ultérieure » [1].


[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000693428

C.  Quelles conséquences ?

Traditionnellement l’enseignement technique, bien que comportant des savoirs relevant de la technologie comme science des arts et des métiers, avait une finalité professionnelle, plus proche des métiers de technicien et des activités de production. Ce corps de savoirs s’est déplacé vers un nouveau paradigme : la dimension « professionnelle » de la technologie – portée sur les activités de production ou de réalisation en milieu professionnel – a laissé place à une approche plus globale, centrée sur des démarches de création, de design et mobilisant des connaissances issues d’autres disciplines comme les mathématiques et les sciences physiques ou l’informatique.

Il s’agit de « donner à tous les élèves des clés pour comprendre l’environnement technique contemporain et des compétences pour agir. La technologie se nourrit des relations complexes entre les résultats scientifiques, les contraintes environnementales, sociales, économiques et l’organisation des techniques« . On parle d’ »activités d’investigation, de conception, de modélisation, de réalisation et [de] démarches favorisant leur implication dans des projets individuels, collectifs et collaboratifs. Par ses analyses distanciées et critiques, visant à saisir l’alliance entre technologie, science et société, elle participe à la formation du citoyen » [1].


[1]https://eduscol.education.fr/sti/sites/eduscol.education.fr.sti/files/textes/formations-college- transversal/3344-programme-technologie-cycle-4.pdf

D. Quelles questions de fond ?

  • A quelles finalités répond l’enseignement de la technologie, du collège au lycée en passant par le lycée professionnel ?
  • Quel est le sens profond de l’opposition général/technique et technologique/professionnel ? Doit-on conserver la hiérarchie des contenus enseignés en les réduisant à des savoirs d’usages ou à des savoir-faire techniques à mesure qu’ils s’adressent à des publics moins favorisés socialement et culturellement ?
  • Quel sens donner à l’enseignement dit général dans la voie professionnelle (noter dans la réforme en cours une co-intervention associant un professeur de l’enseignement général et un professeur de l’enseignement professionnel) ?

Jalons : Les « fondamentaux » et le curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Régulièrement, des ministres ou d’autres personnalités de droite comme de gauche affirment que l’Ecole doit d’abord retourner à des « fondamentaux » qu’elle aurait oubliés : en général, il s’agit d’une référence quasi sacrée à la triade « lire, écrire, compter ».

Si ce point de vue a si souvent besoin d’être rappelé, c’est sans doute qu’il rencontre des forces contraires ? Lesquelles ? Elles semblent peu apparentes, en ce que personne ne déclare que lire-écrire-compter (en anglais les 3 « R « , « Reading, wRiting, aRithmetics« ) ne sont pas « fondamentaux ». Où sont les désaccords ? Peut-être dans la question de savoir si les fondamentaux se limitent à cela ?

B.  D’où viennent-ils ?

Le débat agita d’abord longtemps le seul enseignement primaire. La triade, d’abord énoncée lors de la Restauration, fut différemment commentée au cours du siècle par des politiques, soit progressistes qui ne la consacrent pas (Hippolyte Carnot en 1848 définit l’enseignement primaire comme « tout ce qui est nécessaire au développement de l’homme et du citoyen tel que les conditions actuelles de la civilisation française permettent de le concevoir« ), soit conservateurs, quand l’orléaniste Thiers déclare :  « Lire, écrire, compter, voilà ce qu’il faut apprendre ; quant au reste, cela est superflu […]. Il faut restreindre cette extension démesurée de l’enseignement primaire« . Il revint à Jules Ferry, à qui on  attribue souvent à tort la référence aux « fondamentaux », de dire non seulement que l’école avait une fonction d’éducation qui ne la limitait pas à ces apprentissages cognitifs, mais aussi que « les leçons de choses, l’enseignement du dessin, les notions d’histoire naturelle, les musées scolaires, la gymnastique, le travail manuel, le chant, la musique chorale » n’étaient pas des « accessoires », « parce qu’ils sont à nos yeux la chose principale, parce que ces accessoires feront de l’école primaire une école d’éducation libérale. » La loi de 1882 considérait aussi comme essentielle l’éducation morale.

Avec la massification du secondaire dans la seconde partie du XXe siècle, la question fut posée autrement dès René Haby qui parle de « compléter l’équipement de base« , en en appelant à la fois « à un niveau plus élevé de culture générale et de capacité de raisonnement » et à « des éléments de préparation à la vie courante et des activités utiles à la formation de la personnalité adolescente (éducation esthétique, activités sportives et travaux manuels) ». Cette logique fut confirmée avec la recherche de la définition d’un socle commun (d’abord « de compétences » en 2006, puis « de culture », en 2013)  pour la fin de la scolarité obligatoire.

C.  Quelles conséquences ?

Personne ne nie qu’il y ait des apprentissages qui nécessitent une automatisation (les opérations arithmétiques, par exemple, ou des règles d’écriture ou d’orthographe) qui décharge l’esprit pour des tâches plus intéressantes, mais la logique du socle commun a conduit à la fois à relativiser la triade traditionnelle (parler, apprendre à vivre avec autrui, apprendre à travailler) et à porter attention au développement de la personne, à l’apprentissage des méthodes, au développement d’un goût pour les œuvres humaines, de la capacité critique, à une maîtrise des langages, au traitement de l’information et, plus généralement, au développement des compétences culturelles et citoyennes.

Ce qui doit être chronologiquement « premier » est aujourd’hui plutôt renvoyé aux praticiens et spécialistes de psychologie du développement, tandis qu’un usage politicien du thème n’a jamais cessé.  

Par ailleurs, l’OCDE, qui compare les systèmes éducatifs des divers pays, remarque à la fois que le niveau moyen des performances scolaires des élèves français sur les fondamentaux est médiocre et n’évolue pas favorablement, et que pourtant le temps qui leur est consacré y est bien plus élevé que partout ailleurs (58% de l’horaire en France pour une moyenne OCDE de 37%).

On observe aussi que dans les écoles qui reçoivent les élèves les moins favorisés socialement une dérive des enseignements les focalise souvent sur des apprentissages d’automatismes tournés vers les fondamentaux au détriment de perspectives culturelles. Des enfants trop exposés à ces seuls apprentissages n’en voient pas le sens et se démotivent, tout en ne bénéficiant pas des entrées culturelles qui montrent l’intérêt d’apprendre.

D. Quelles questions de fond ?

  • Y a-t-il place pour des fondamentaux pérennes et pour ceux qui sont apparus, liés aux évolutions du système éducatif et de la société ? Les deux catégories sont-elles à traiter semblablement ?
  • La question pertinente est-elle devenue celle d’un « socle commun » des indispensables, mais pour l’âge de la sortie de l’école obligatoire ? Faut-il aussi penser en termes de « socle » les compétences vérifiées au baccalauréat, dans la perspective de l’enseignement supérieur ?
  • A partir de quelle légitimité et de quelle méthode l’Etat peut-il définir des « fondamentaux » communs à tous les enfants ?

Jalons : Curriculum et les disciplines absentes

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Droit, psychologie et médecine et d’autres enseignements qui ne sont représentés qu’à l’université sont des champs d’études professionnels qui n’ont pas leur place dans le secondaire général. Aborder ces matières serait trop superficiel pour avoir de l’intérêt pour les élèves et même les laisserait croire à tort à une avance prise sur des études supérieures. Personne en outre n’est là pour enseigner ces matières.

Le droit, la psychologie comme la médecine sont des ensembles complexes de savoirs qui sont souvent évoqués ou nécessaires dans la vie quotidienne, et auxquels beaucoup de bacheliers se destinent dans le supérieur. Il n’est pas satisfaisant que ces matières soient absentes du curriculum général.

B.  D’où viennent-ils ?

Droit et médecine, auxquelles se rattache la psychologie, sont des disciplines de l’enseignement supérieur depuis le Moyen Age. Elles ne faisaient pas partie des Arts libéraux qui sont à l’origine de l’enseignement secondaire, parce qu’il s’agissait (avec la théologie) de facultés professionnelles. Pour ce motif lié à des corporations, ces savoirs sont restés historiquement extérieurs à l’enseignement scolaire, en dehors d’enseignement d’économie et de gestion dans l’enseignement technologique. L’une et l’autre sont dans le cas spécifique d’avoir une « agrégation de l’enseignement supérieur ».

C.  Quelles conséquences ?

Ces disciplines ont pourtant fait des apparitions régulières dans l’enseignement scolaire, pour répondre à ce qui apparaissait comme des besoins, mais de façon marginale, sous différents noms (éducation à la santé, enseignement civique, juridique et social, etc.) et dans des conditions aléatoires, sans personnels dûment désignés et sans lien avec les disciplines essentielles de l’emploi du temps.

Si la psychologie fut jadis enseignée par les professeurs de philosophie, elle ne l’est plus alors que les professeurs de psychologie de l’enseignement supérieur, regroupés dans une association, demandent que la psychologie fasse partie de la culture commune à la fin du lycée et puisse informer les lycéens par rapport à des projets d’études. Ils sont demandeurs de la réintroduction d’un enseignement (inclus autrefois dans celui de la philosophie) qui a disparu sans bruit. Mais ils observent aussi une popularité inquiétante des savoirs liés au « développement personnel », non issu d’une démarche scientifique.

Pour le droit en revanche, les professeurs d’enseignement supérieur sont peu demandeurs de l’introduction du droit au lycée, car leur tradition est de commencer en première année du supérieur sur un terrain vierge et d’organiser un enseignement fort sélectif en fin de première année .

Il en va de même pour la médecine, qui n’a pas de problème en tant qu’enseignement supérieur puisqu’elle recrute surtout en s’adressant à une élite du secondaire essentiellement sélectionnée par les mathématiques. Droit et médecine en revanche ne se posent pas de question, sinon de manière occasionnelle et marginale, sur leur place dans la culture commune des gens, qui, pour certains, n’ont pour se former au droit que les séries TV américaines.

D. Quelles questions de fond ?

Psychologie, droit et médecine
Ne peut-on identifier des domaines, des circonstances de la vie pour lesquels des apports de ces trois disciplines s’intégreraient à la culture générale scolaire ?

Droit : Est-il admissible de considérer que la connaissance de quelques principes du droit ne fait pas partie du bagage indispensable du citoyen ?

  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit public (si le droit constitutionnel est dans ses grandes lignes abordé en histoire, le droit administratif élémentaire (principes du service public et recours en excès de pouvoir comme garantie du citoyen) est ignoré ; mais aussi l’Etat de droit, avec connaissance de la hiérarchie des normes, de ce qu’est la loi à distinguer de la coutume et de la jurisprudence.
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit de l’entreprise et du travail.
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit privé, « le contrat fait la loi des parties ».
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit de l’éducation.
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit international public, quelques repères.

Médecine : même interrogation autour de thèmes comme

  • L’entretien du capital santé.
  • La souffrance et la douleur, le handicap.
  • La Sécurité sociale et les mutuelles.
  • Médecin généraliste et spécialistes, les études de médecine, les paramédicaux.
  • Médicaments, vaccins, examens, chirurgie, médecines alternatives.
  • Lecture du panneau d’entrée d’un grand hôpital : connaissance du vocabulaire des spécialités.

Psychologie : les thèmes consisteraient à présenter les domaines d’application de la psychologie et quelques méthodes (observation, méthode expérimentale) à partir d’exemples pris dans différents secteurs : influence sociale, mémoire, attention, aspects du développement, etc.

Jalons : Pouvoirs organisateurs et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Le pouvoir politique n’a pas à définir la culture des gens, ni la transmission d’un héritage patrimonial, ni à décider en matière de vérité. Au nom de la liberté de conscience.

Le pouvoir politique est dans son rôle en légiférant sur « ce que l’école enseigne », car « l’éducation nationale » est une mission essentielle de l’Etat qui demande à l’école de contribuer à construire la Nation, aussi bien que de contribuer au développement économique et social.

B.  D’où viennent-ils ?

Sous l’Ancien Régime, les contenus d’enseignement relevaient de la religion, en un contexte où l’instruction du peuple n’apparaissait pas indispensable. Pendant la période révolutionnaire, les autorités politiques ont commencé à légiférer en termes de programmes scolaires, en développant l’enseignement des sciences.

Après l’Empire, l’Etat eut le monopole de décider des contenus d’enseignement : les régimes successifs s’inscrivirent dans cette logique, en particulier, s’agissant de l’instruction du peuple, la IIIe République, qui définit comme mission pour l’école de fabriquer la France républicaine, et d’enseigner des valeurs morales républicaines.  

Pour les enseignements secondaire et professionnel, l’Etat a laissé les contenus aux diverses disciplines ou aux métiers. Il a toutefois exercé un pouvoir fort en recrutant les professeurs par des concours définissant les savoirs attendus chez les maîtres. Mais aussi en réponse à des problèmes globaux comme l’échec scolaire, ou pour moderniser certains enseignements (années 1960 avec les mathématiques modernes), qui montrèrent les limites des interventions top down (par en haut) du pouvoir politique. A noter qu’en Angleterre, l’Etat s’est pratiquement retiré des décisions concernant le lycée, qui sont confiées aux universités.

Dans l’histoire récente, le ministre de l’Education nationale signe les arrêtés de programmes : une norme censée être pérenne est arrêtée par une autorité éphémère ; une délégation tacite de fait était adressée à l’Inspection générale avec, occasionnellement, le recours à des universitaires ou à des solutions mixtes entre ces deux légitimités fragiles et jalouses.

C.  Quelles conséquences ?

L’Etat rencontre des difficultés à intervenir.

Il est tenté d’intervenir en matière curriculaire face à l’échec scolaire : il a demandé deux fois au Législateur (2005 et 2015), d’arrêter le principe d’un « socle commun » d’acquis indispensables des élèves en fin de scolarité obligatoire. Ce principe curriculaire n’est pourtant pas passé dans la réalité.

A des fins de plus grande cohérence, d’une validation plus claire par les scientifiques, ou encore d’une implication plus forte de la société civile, l’Etat a créé à deux reprises, par la loi, des instances officielles de conseil, non décisionnaires :  le Conseil national des programmes (CNP) en 1990, composé de spécialistes universitaires des disciplines, et le Conseil supérieur des programmes (CSP) en 2013, composé de représentants des assemblées politiques, de membres de la société civile et d’experts. Le ministère de l’Education nationale n’a jamais apprécié l’existence de ces conseils et a obtenu en 2005 la suppression législative du premier et en 2017 la marginalisation du second.

La comparaison internationale montre à la fois des choix divers et des dérives dangereuses.

Choix divers : Faut-il que l’Etat suive les recommandations internationales pour une éducation ouverte à la mobilité et à la flexibilité de la main d’œuvre ? Doit-il déléguer au local, pour permettre l’adaptation aux besoins particuliers des publics locaux ? Se retirer, en laissant plus de place au choix individuel de l’élève et/ou à des entités comme les universités (cas de l’Angleterre pour le secondaire) ? Insister au contraire dans la définition d’un socle de culture (Italie) ?

Dérives dangereuses : des régimes totalitaires ou illibéraux mettent les contenus d’enseignement à leur botte, quand d’autres pays (Turquie, Etats-Unis) ne tranchent plus sur des questions scientifiques en laissant aux élèves le choix entre plusieurs thèses (sur l’évolution par exemple).

D. Quelles questions de fond ?

  • Faut-il aller vers une norme d’ensemble, au-dessus des programmes des disciplines et des années ? Mais comment concilier cela avec le souci de ne pas donner trop de pouvoir aux autorités politiques en matière de contenus ?
  • Faut-il conserver l’autorité en matière de programmes à un ministre par définition partisan et de passage, ou bien rechercher d’autres configurations : intervention du Législateur, par exemple avec majorité qualifiée, avec un engagement décennal ? Mise en place d’une autorité indépendante ? A construire comment ? Pour  produire quel type de norme ? Avec quelle responsabilité ?
  • Comment faire remplir une fonction jusqu’ici absente des préoccupations du pouvoir politique : l’évaluation des programmes d’enseignement ?
  • Une perspective pour les Etats peut-elle être aussi de s’en tenir à fixer les contenus des examens et certifications ?

Jalons : Histoire et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

L’enseignement de l’histoire doit-il être d’abord celui de l’histoire nationale, afin de « fabriquer » des citoyens français, amoureux de leur pays, de ses héros, de ses hauts faits ? Ou doit-il être le lieu d’un apprentissage critique, non gallo-centré, visant à faire des élèves de futurs citoyens du monde critiques, engagés dans le politique à toutes les échelles, ouverts à la diversité des cultures ?

Les désaccords touchent aux finalités, entre une histoire scolaire guerrière et patriotique, et une histoire attentive à la pluralité des mémoires, sitôt disqualifiée par la première comme repentante.

B.  D’où viennent-ils ?

L’enseignement de l’histoire divise depuis toujours. La Restauration et le Second empire furent réticents à l’introduction de l’histoire nationale obligeant à évoquer la Révolution française, sujet sensible sous la Restauration, période où s’institue la discipline scolaire histoire-géographie (1818 : création de professeurs d’histoire- géographie). L’histoire sainte domine tout le XIXe siècle, même quand Duruy, contre les conservateurs, introduit un enseignement de l’histoire à côté de l’histoire sainte.

En confiant celle-ci aux jeudis du catéchisme, et en faisant de l’histoire de France l’instrument de la construction citoyenne républicaine, la IIIe République fait de la Révolution le point de rupture de l’histoire française, tout en se réappropriant l’histoire des rois. Ce schéma, souvent (et mal) appelé « roman national », tient, formellement, jusqu’aux années 1960. Mais dans les pratiques, trois tournants affectent ce récit national patriotique et républicain.

Le premier se situe après la Grande guerre : après la boucherie, le « désenchantement de l’école républicaine » (Loubes)  invalide le patriotisme des instituteurs des années 1900/1910. Le second à la Libération : Lucien Febvre l’exprime avec force. Au lieu de « l’histoire-bataille » et de l’histoire-évènementielle « enseignons l’histoire des nations dans le cadre, dans la perspective de cette histoire de l’humanité qui s’élabore révolutionnairement sous nos yeux ». Troisième rupture, la décolonisation. L’idée d’une France des Lumières fidèle aux principes de sa révolution, résistante, ennemie de la barbarie, s’effondre dans les consciences enseignantes, à cause de la guerre d’Algérie.

Symptomatiquement, les programmes officiels n’existent plus à l’élémentaire de 1968 à 1980, marquant une désaffection dans les pratiques scolaires les plus ordinaires. A partir de 1980, s’imposent les passés qui ne passent pas (déportation des juifs de France, Vichy, colonisation, esclavage, histoire de l’immigration…) et leurs répercussions pour la société française. Depuis la fin des années 1990, ces réévaluations révèlent le fort clivage entre deux types de récits, amoureux de la France ou critique et souvent à charge, avec, entre les deux, une multitude de positions qui méritent examen.

C.  Quelles conséquences ?

L’enseignement de l’histoire est inséparable des instrumentalisations politiques des débats sur la nation. Son importance éducative est révélée par sa présence à tous les degrés et à tous les examens de fin de cycle. De Seignobos (1907) à Borne (2000), sa mission consiste à « faire l’instruction politique des futurs citoyens” (1907) et à “construire des citoyens… [et à] continuer à faire des Français…” (2000). L’’Histoire demeure un instrument de socialisation politique, étroitement lié à la géographie et à l’instruction civique devenue EMC, dans un espace politique républicain de référence, qui ne peut plus être au XXIe siècle le seul Etat-nation impérial-colonial, malgré une pression politique exprimée par l’article 4 de la loi du 23 février 2005, abrogé par décret en 2006, selon lequel « le rôle positif de la présence française outre-mer » doit figurer dans les programmes scolaires.

Hors les travaux de didacticiens peu lus, la question du curriculum, réel, prescrit, ou hidden (caché), n’est pas présentée rigoureusement dans les débats publics. C’est un paradoxe d’avoir un objet social aussi couru à la réalité si peu connue. Si programmes et manuels scolaires révèlent un curriculum prescrit, la connaissance des pratiques effectives nécessite, compte tenu des glissements et recouvrements successifs de conceptions dans les programmes, de prendre en compte le rôle déterminant des acteurs que sont les professeurs et leurs élèves. 

D. Quelles questions de fond ?

  • Que retiennent les élèves d’un point de vue cognitif, éthique et/ou culturel ?
  • Quelle articulation entre savoirs savants et savoirs scolaires en Histoire ?
  • Quelles finalités pour cet enseignement au XXIe siècle, quand les cadres nationaux éclatent ou sont réinterrogés ?
  • Peut-on penser la formation des jeunes de France à une citoyenneté qui ne soit pas réduite à un héritage du passé ?
  • En interrogeant le binôme histoire-géographie, est-il possible d’imaginer d’autres associations disciplinaires, une autre hiérarchisation des savoirs  dans un nouveau curriculum ?

Jalons : Disciplines et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Caractéristiques de l’école, au moins dans le secondaire général, les disciplines apprêtent des savoirs savants et les rendent assimilables selon une chronologie d’apprentissage et d’évaluation. Certaines sont plus fondamentales que d’autres. Dé-disciplinariser l’école ne permettrait pas de former la jeune génération à l’abri du désordre des savoirs du monde  (Savoirs du monde et curriculum).

Les disciplines se prétendent à tort « naturelles », alors qu’elles sont une construction sociale et historique qui traduit un équilibre momentané entre de nombreux facteurs, cognitifs, culturels politiques et sociaux. Leur juxtaposition et leurs concurrences (sur les horaires ou les coefficients) s’opposent souvent à la construction d’un curriculum doté de sens pour les élèves. Elles doivent, pour former des élèves à la pensée critique et aux compétences, se frotter à d’autres qu’elles, voire à des savoirs non disciplinarisés.

B.  D’où viennent-ils ?

Le terme n’entre en usage qu’au début du XXe siècle, laissant son sens de coercition physique pour désigner une mise en forme de l’esprit. L’étude des textes de l’Antiquité constitua longtemps une sorte de discipline unique. Les « disciplines » spécialisées ont progressivement signifié une branche spécifique du savoir, relativement figée, et formatée semblablement quels que soient les contenus, avec l’enseignement d’un professeur spécialisé et une matière distribuée dans l’emploi du temps des élèves.

Après une longue période de stabilité, apparaissent aujourd’hui des enseignements qui n’ont pas d’ancrage universitaire clair (ce qui était déjà le cas avec des disciplines composites comme les sciences économiques et sociales), mais traitent des thèmes transversaux qui relèvent davantage de questions vives ou de préoccupations sociales comme les « éducations à… », que de matrices disciplinaires classiques.

Des constructions récentes relatives à la scolarité 6-16 ans, comme le « socle commun de culture » (2015), ont tenté de définir un projet global de formation pour les élèves, pour demander ensuite aux disciplines leur contribution. La réforme du lycée en cours introduit des « enseignements », entre lesquels les élèves font des choix, qui ne sont pas en tous les cas la reconduction des disciplines anciennes.

C.  Quelles conséquences ?

Les disciplines sont souvent perçues comme des réalités substantielles par les enseignants dont elles fondent l’identité professionnelle. Cette identité est modelée par une formation initiale « successive » qui renvoie la formation pédagogique à la seconde partie des études (à la différence de beaucoup de pays). Or la disciplinarisation n’est qu’une modalité possible d’existence de la forme scolaire d’apprentissage, supposant l’existence d’un corpus homogène de savoirs de référence et celle d’un corps enseignant spécialisé, à côté de la forme scolaire, ensemble cohérent de traits caractéristiques de l’école en général, et d’une forme curriculaire comme dispositif d’enseignement qui articule des composantes de savoir, correspondant ou non à des matières ou des disciplines.

Les disciplines tendent, pour s’imposer dans le système scolaire, à apparaître comme porteuses d’exigences indispensables à la formation des élèves, la non-atteinte de ces exigences étant accompagnée d’une condamnation presque morale d’un élève qui n’a pas intégré le sens de la discipline. Dans l’orientation, certaines d’entre elles jouent un rôle plus important pour la sélection des élites.

Enseignants comme élèves ont de chaque discipline une conscience qui leur est propre : pour ces derniers le français peut, par exemple, servir à « apprendre le français », « réussir à l’école » ou « avoir un métier plus tard ».

L’interdisciplinarité est un thème souvent évoqué, les disciplines y étant peu ouvertes.  Les réformes invitent surtout les équipes à s’en saisir en aval des réformes, une fois que tout est fait, sur un mode aléatoire, au lieu d’en créer les conditions en amont, dans la culture des enseignants, leur formation aux questions complexes, ou à la construction du curriculum.

D. Quelles questions de fond ?

  • Comment les disciplines peuvent-elles répondre à des objectifs de formation des générations et se poser la question de leur fonction éducative ?
  • Faut-il remettre en cause la spécialisation des professeurs dans des disciplines étanches, notamment par une culture générale qui les mette en compréhension du curriculum de leurs élèves ? Doivent-ils enseigner des savoirs autres que ceux disciplinarisés dans leur discipline de formation initiale ?
  • Comment faire pour que toute discipline refuse son naturalisme de référentiel en faisant sienne l’histoire, l’épistémologie et la sociologie, et en présentant son projet aux élèves comme n’allant pas de soi vis-à-vis d’eux ?
  • Une pensée curriculaire pourrait-elle renverser la hiérarchie de fait entre disciplines fondamentales et ancillaires et s’assurer que chacune d’entre elles peut contribuer à la compréhension du sens des autres ?

Jalons : Classe et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Les apprentissages essentiels se déroulent nécessairement dans la classe, unité de base de l’école. L’enseignant y confronte tous les élèves à des savoirs académiques qui composent une culture scolaire commune.

La classe est loin d’être le seul lieu et temps où s’apprennent des choses y compris utiles à l’école. Les élèves y sont porteurs de différentes cultures qui interfèrent avec les savoirs et valeurs de l’école.

B.  D’où viennent-ils ?

Le regroupement d’élèves en classes  apparaît à la fin du XVIe siècle. Un contenu d’enseignement précis qui leur est destiné est pris en charge, dans une salle et à un horaire dévolus, par un seul maître, sur l’autorité de qui repose la conduite de la classe. Cette conception se transmet des Jésuites au lycée napoléonien, enjambant la parenthèse des écoles centrales de la Révolution où le cours constitue l’unité, que les élèves choisissent de suivre.

Dans l’enseignement primaire, au XIXe siècle, la classe s’effectue essentiellement sous deux modes différents : mutuel – le maître confie le monitorat des élèves les plus jeunes aux plus avancés-, simultané – conforme au modèle secondaire.

La classe d’aujourd’hui n’est qu’un modèle parmi d’autres qui connaît des transformations : si celle  “en autobus” la plus répandue s’accorde au cours magistral, la classe en U favorise la dialogue avec tous les élèves, celle en îlots leur travail d’équipe ; la classe virtuelle permet à l’enseignant de s’adresser à des élèves distants isolés ; la classe composée sur un critère d’âge  peut être répartie en groupes de niveaux ou de besoins ;  la classe inversée transporte les activités traditionnellement conduites en classe (les cours) à la maison et celles réalisées à la maison (les exercices) en classe, transformant du même coup les activités et les rôles des élèves et de l’enseignant.

La réflexion sur l’architecture scolaire repense continuellement l’espace et le mobilier de la classe : son organisation est toujours la concrétisation d’une vision pédagogique. Dans le secondaire, la classe expose les élèves à des enseignements disjoints, essentiellement disciplinaires, reléguant les autres dimensions du curriculum dans les marges de leur emploi du temps.

C.  Quelles conséquences ?

Si la classe, comme mode d’organisation des enseignements, est inhérente à la forme scolaire, les manières de la construire ne sont ni uniques, ni sans liens avec la nature des savoirs appris et leur accessibilité à tous les élèves.

L’idée que la classe, comme unité de base de l’enseignement, et la liberté pédagogique de l’enseignant qui la conduit seraient une garantie des apprentissages des élèves doit être nuancée, car l’école n’est pas qu’une juxtaposition de classes. Des effets-maîtres ou effets-classe produisent bien une plus-value éducative, mais l’origine sociale des élèves et les dynamiques collectives de l’établissement pèsent aussi sur les réussites et les échecs.

La classe permet d’apprendre des savoirs fondés en raison qui participent de l’émancipation de chacun. Les comportements qui y sont attendus signent notamment sa différence d’avec le monde de la famille. Néanmoins, les manières de se comporter en classe sont des transpositions de savoirs et de pratiques qui lui sont extérieurs. Leur universalité supposée repose souvent sur les codes  des catégories sociales supérieures. Conçue comme un creuset générationnel destiné à empêcher les distinctions sociales, la classe ne doit reconnaître que les mérites individuels et viser une élévation générale du niveau d’instruction de la population. Cependant les élèves y sont et demeurent des enfants et des jeunes, des garçons et des filles porteurs de dispositions, construites en amont et à l’extérieur d’elle, qui les mettent plus ou moins en phase avec les attentes scolaires.  Au sein d’un même établissement, le collège en particulier, la constitution de classes regroupant des élèves socialement et scolairement homogènes, mais hétérogènes les unes aux autres, est révélatrice des difficultés de la démocratisation.

D. Quelles questions de fond ?

  • L’actuelle réforme du lycée qui augmente la liberté de choix des élèves, la pandémie COVID qui virtualise l’enseignement inaugurent-elles une fragilisation de la classe ? Avec quels avantages et quels bénéfices pour quels types d’élèves ?
  • Les difficultés connues par de nombreux élèves pour mettre en convergence leurs cultures et les attentes scolaires se jouent-elles dans la classe ou à l’interface entre ce qu’elle exige et les dispositions différenciées dont les jeunes sont porteurs ?
  • Comment tirer profit, dans une perspective curriculaire, d’hybridations progressives de classes réelles et de classes virtuelles, de temps disciplinaires, pluridisciplinaires, éducatifs pouvant échapper au cadre de la classe ?
  • Quel rôle pour d’autres éducateurs  (familles, périscolaire, etc.) ?
  • Un collectif professionnel peut-il exister sans régulation pédagogique de l’établissement ?

Jalons : Ressources pour le curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Les ressources scolaires, produites par les professeurs pour leur usage en classe et publiées par les éditeurs scolaires à leur intention sont en lien avec les programmes scolaires. Les ressources dites documentaires, produites à l’extérieur de l’école par toutes sortes d’acteurs, sont mises à la disposition des professeurs et des élèves dans les bibliothèques scolaires, mais aussi accessibles à l’extérieur et à distance dans de nombreuses institutions scientifiques et culturelles (médiathèques, centres, musées, etc.) et sur des sites à la fiabilité variable.

Chaque composante est en débat : certains réclament un contrôle strict par les pouvoirs publics des ressources pédagogiques utilisées par les professeurs quand d’autres veulent que les enseignants conservent la libre production et sélection de leurs ressources en tant que professionnels formés ; certains doutent de l’intérêt d’intégrer dans les pratiques d’enseignement le travail documentaire facteur de dispersion, quand d’autres y voient le moyen d’une pédagogie efficace de la découverte et de l’enquête, voire, grâce au numérique, celui de renouveler les pratiques scolaires.

B.  D’où viennent-ils ?

Au XIXe siècle, très étroitement surveillés sous l’Empire et la Restauration, les supports d’apprentissages passent avec Jules Ferry du contrôle a priori à la liberté d’édition des manuels scolaires et à la liberté pédagogique des professeurs. Au milieu du XXe siècle, « le rôle de la documentation dans l’enseignement » s’affirme, accordant au travail sur document un rôle majeur dans la formation de la pensée. Création des Bibliothèques centres documentaires (BCD) au primaire en 1984 et des Centres de documentation et d’information (CDI) au secondaire à partir de 1974.

L’émergence des médias numériques et des réseaux sociaux a conduit à faire de l’éducation aux médias et à l’information (EMI) une obligation éducative pour les collégiens (loi de 2013).

C.  Quelles conséquences ?

La révolution numérique soulève de multiples enjeux.

Editoriaux et commerciaux : les productions numériques prennent une place croissante chez les éditeurs publics et privés,  l’autoédition est à la portée de tous et la diffusion des contenus passe par des canaux numériques plus que par les libraires.

Technologiques et politiques : les instruments de travail numériques reposent tout autant, comme on l’a vu lors de la crise sanitaire de 2020, sur les outils des majors du numérique (GAFAM) que sur ceux mis en œuvre par le service public, ce qui compromet autonomie professionnelle et sauvegarde des données personnelles. Les fortes disparités d’équipement dans les familles et les établissements contreviennent également au principe d’égalité d’accès aux ressources d’enseignement.

Pédagogiques : d’une part, l’essor des ressources numériques est l’occasion de repenser espaces et temps d’apprentissage. D’autre part, le développement du travail à partir de ressources documentaires variées nécessite que les élèves soient capables d’identifier et d’évaluer, en faisant preuve d’esprit critique, les sources d’informations. Les “méthodes et outils pour apprendre“ sont plus que jamais un apprentissage essentiel (socle commun).

Civiques : la formation des élèves à « une première connaissance critique de l’environnement informationnel et documentaire du XXIe siècle ; une maitrise progressive de sa démarche d’information, de documentation ; un accès à un usage sûr, légal et éthique des possibilités de publication et de diffusion » est l’objectif de l’EMI, souvent laissé de côté.

D. Quelles questions de fond ?

  • Faut-il former tous les professeurs à la culture documentaire et aux littératies numériques et repenser le rôle des professeurs documentalistes ? Comment envisager la formation initiale ?
  • L’EMI s’exerce-t-elle au sein des disciplines scolaires existantes ou faut-il créer une discipline scolaire supplémentaire ?
  • Choisit-on de penser la formation de tous les élèves de 3 à 18 ans en termes de compétences et de culture numériques ou de confier au hasard de leur scolarité et de leurs apprentissages non formels et informels cette dimension de leur formation ?
  • Est-il réaliste d’envisager chaque professeur comme auteur et auto-éditeur, et chaque élève comme auteur et auto-éditeur en formation, en encourageant les pratiques collaboratives ? Selon quels principes d’autonomie et de régulation quant aux contenus produits ? La liberté pédagogique est-elle de fait individuelle ou collective, et s’inscrit-elle dans une politique de ressources d’établissement ?
  • Les rôles des éditeurs privés, publics, associatifs doivent-ils être repensés ? Devraient-ils être sujet à une instance d’homologation, laquelle, selon quels principes et comment ?
  • Quelle formation des enseignants aux « outils pour apprendre » dans toute leur diversité ?
  • Quel impact les ressources numériques ont-elles sur la conception des espaces, des aménagements et des temps scolaires ?

Jalons : Savoirs du monde et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Les uns estiment qu’on demande sans cesse à l’école d’élargir le spectre de ses missions, alors qu’elle a déjà du mal à assurer ses missions essentielles et notamment les « fondamentaux » que sont les langages naturels et scientifiques, pourquoi lui demander encore d’assumer l’éducation à une multitude de sujets de société qui vont des médias au développement durable en passant par les devoirs de mémoire ou la santé et la sexualité ?

Pour d’autres l’école française a hérité du modèle conventuel une tendance à former l’esprit loin du monde et de ses tentations, soit par la pratique des langues anciennes autrefois, soit par la préséance des mathématiques abstraites aujourd’hui. Les savoirs pratiques comme les savoirs du corps, des sens, des affects ou les compétences relationnelles ont toujours été placés au dernier rang de la hiérarchie scolaire, voire ont été oubliés. Les qualités personnelles et processus cognitifs pour apprendre et pour vivre sont toujours sous-entendus mais jamais enseignés. Cette tendance renforce les inégalités, en renvoyant à la famille quantité d’apprentissages nécessaires, et démotive beaucoup d’élèves pour qui les savoirs scolaires ne paraissent pas avoir d’usage sensible ni de lien avec les savoirs acquis ailleurs. C’est un facteur puissant de décrochage. Il faut donc ouvrir l’école sur le monde et repenser le curriculum en ce sens.

B.  D’où viennent-ils ?

La critique d’une école loin de la vie et loin du monde est très ancienne. Montaigne et Rousseau à sa suite en ont fait un axe essentiel de leurs réflexions sur l’éducation. « Vivre est le métier que je veux lui apprendre » dit Rousseau. Critique reprise au XXe siècle par le plan Langevin-Wallon : « Cette inadaptation de l’enseignement à l’état présent de la société a pour signe visible l’absence ou l’insuffisance des contacts entre l’école à tous les degrés et la vie. Les études (…) sont trop souvent en marge du réel. L’école semble un milieu clos, imperméable aux expériences du monde. Le divorce entre l’enseignement scolaire et la vie s’accentue par la permanence de nos institutions scolaires au sein d’une société en voie d’évolution accélérée ». Les auteurs en déduisaient deux axes d’action : promouvoir des pédagogies nouvelles fondées sur les sciences de l’éducation et donner une place importante à la formation d’un citoyen en accordant « une importance suffisante à l’explication objective et scientifique des faits économiques et sociaux, à la culture méthodique de l’esprit critique, à l’apprentissage actif de l’énergie, de la liberté, de la responsabilité ».

Ces idées ont été maintes fois reprises depuis, par la critique d’un enseignement qui entretient le préjugé d’une hiérarchie entre les tâches et les professions, critique qui plaide pour « la reconnaissance de l’égale dignité de toutes les tâches sociales, la haute valeur matérielle et morale des activités manuelles, de l’intelligence pratique, de la valeur technique« . Si l’on peut considérer que, dans le premier degré, l’organisation scolaire et la nécessité de partir de l’expérience concrète des élèves facilitent les mises en relation avec les savoirs du monde à travers les savoirs scolaires, l’enquête menée en 1997-98 auprès des lycéens faisait ressortir de fortes demandes d’enseignement des savoirs et techniques du quotidien.

C.  Quelles conséquences ?

Aujourd’hui de nombreux systèmes éducatifs tentent d’intégrer dans leur curriculum le rapprochement de l’école et de la vie selon 4 axes essentiellement :

  1. bâtir des curricula de compétences valorisant les démarches inductives ;
  2. introduire des savoirs du quotidien pour enrichir les aspects éducatifs en répondant à des demandes sociales fortes (type « éducation à… ») ;
  3. valoriser l’ouverture aux cultures différentes et à leur métissage ;
  4. introduire des compétences de vie (life skills) de nature psychosociale, transversales et transférables.

De son côté, Edgar Morin relativise la possibilité d’éduquer à la vie : il en appelle à la généralisation d’une attitude réflexive sur la connaissance. Philippe Perrenoud critique une introduction des compétences qui créent l’illusion d’une ouverture sur le monde alors qu’elle lui semble plus émaner des disciplines constituées que d’enquêtes sur les besoins de savoirs venant des sociétés.

D. Quelles questions de fond ?

  • Faut-il préserver une certaine distance entre les savoirs scolaires et les savoirs et technologies du quotidien ?
  • Les apprentissages disciplinaires sont-ils compatibles avec l’acquisition de compétences de vie ? Peut-on objectiver, didactiser et évaluer ces compétences ?
  • L’ouverture aux savoirs du monde est-elle possible sans sacrifier une part du patrimoine national ?
  • Quels sont ces savoirs que l’école ne juge ni assez dignes, ni indispensables à une culture générale ?
  • L’accès à une vraie citoyenneté est-il possible sans une connaissance instruite de la protection sociale, du système fiscal, de la police et de la justice, des relations de l’individu aux institutions et aux administrations, etc. ?

Jalons : Sciences expérimentales et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 14 novembre 2020).

A. Quels désaccords ?

Tension entre enseignement des sciences comme enseignement d’une somme de connaissances acquises et enseignement des sciences comme acquisition d’une méthode (voir « sciences expérimentales »).

Tension entre conception d’un enseignement des sciences devant s’adresser à tous, et enseignement des sciences n’étant nécessaire qu’à certains, et peut-être même pouvant ne s’adresser qu’à une « élite ».

B.  D’où viennent-ils ?

Si le souci de formation scientifique a commencé à se manifester vers la fin du XVIIe siècle, ce fut au niveau supérieur où l’État avait besoin d’ingénieurs (réseau des grandes écoles).

Pour l’enseignement secondaire, jusqu’à la fin du XIXe siècle, la finalité resta la culture générale lettrée. Les sciences ne trouvent réellement une place qu’en 1902 avec une filière scientifique qui mêle connaissances scientifiques théoriques et travaux pratiques d’application. Avec, tout de suite pour ces derniers, des problèmes de moyens, de formation et même de didactique, qui seront récurrents. 

L’enseignement primaire s’ouvre aux sciences vers le milieu du XIXe siècle, avec une triple visée de développement de valeurs rationnelles, de diffusion utilitaire de savoirs pratiques indispensables à la plupart des professions, avec des applications directes de la science à la vie quotidienne, et d’éducation (enseignement ménager, hygiène, antialcoolisme, etc.). Loin d’être le parent pauvre du primaire, les sciences donnent à l’école primaire sa culture de référence et son style. Plus rapidement que le collège ou le lycée, le primaire est devenu un lieu de célébration des valeurs rationnelles.

C.  Quelles conséquences ?

Les sciences expérimentales représentent actuellement un champ qui couvre physique, chimie, biologie, géologie et parfois technologie.

La spécificité ancienne de la leçon de choses au primaire, permettant une accumulation d’observations afin de connaitre des usages ou pour constituer un matériau empirique mettant en relation cause à effet, s’est perdue quand le collège s’est généralisé. Une autre dimension formatrice (1977) est confiée à l’école primaire : le modèle de la démarche scientifique. Cette évolution fut mise en cause, certains refusant de voir les sciences, réputées étrangères à la culture primaire, abordées par d’autres que des enseignants spécialisés. Résultante :  malgré des opérations comme « La Main à la pâte » à partir de 1995 [1], ou PRESTE en 2000 [2], et même si les démarches dites « d’investigation » ouvertes (avec élaboration de questions, formulation d’hypothèses, etc.) sont valorisées dans les directives, les sciences restent très peu enseignées à l’école primaire. Des habitudes sur le terrain conduisant trop souvent à « mettre de côté » les sciences se sont combinées à l’influence du très faible nombre d’enseignants du premier degré issus de filières scientifiques.

L’autre tension interroge surtout le secondaire : entre former chacun à la rationalité (formation de futurs citoyens, distinction entre opinion et raison…) en garantissant une culture commune, et entrer dans une logique de spécialisation pour conduire des élèves vers des filières scientifiques. De fait, au lycée d’enseignement général, les sciences expérimentales se sont transformées en disciplines sélectives et hiérarchisées : on leur demande de concilier la valeur culturelle éducative de formation à des humanités scientifiques (et sciences comme méthodes) et une finalité de sélection par la préparation de spécialités (somme de connaissances, modélisation et raisonnement inductif pour compléter le raisonnement déductif des mathématiques). Il existe une hiérarchie entre les disciplines, y compris entre disciplines scientifiques, souvent liée au niveau mathématique mobilisé.

Depuis le début des années 2000, cet enseignement connait nombre d’innovations sans cohérence, qui créent autant de turbulences.


[1] https://www.fondation-lamap.org/

[2] https://www.education.gouv.fr/bo/2000/23/ensel.htm

D. Quelles questions de fond ?

  • Qu’est-ce qui est visé : un apprentissage de la démarche scientifique ou un apprentissage des résultats de la science ?
  • Pour quelles missions éducatives, traditionnelles (formation du citoyen, de futur scientifique, culture commune…) ou plus nouvelles (protection de l’environnement, éducation à la santé, rapport critique à l’image, initiation aux technologies nouvelles, questions socialement vives…) ? Avec quelle prise en compte des aspects sociaux et éthiques des sciences (formation à la rationalité et à l’esprit critique, distinction savoirs scientifiques et opinions, mais aussi prévention du scientisme…) ?
  • Est-il possible de sortir des hiérarchies entre disciplines scientifiques ?
  • Est-il possible d’entrer dans la connaissance scientifique par d’autres chemins que ceux de la modélisation mathématique en vigueur, comme la technologie ou les sciences de l’ingénieur, ou par l’outil numérique ? D’intéresser davantage à la méthode, en prenant davantage au sérieux l’histoire de la construction des notions en tant que savoir et à travers les questions sociétales, éthiques, qui les ont accompagnées ? En voyant comment les modèles ont, jusqu’à la crise sanitaire actuelle, posé des questions d’éthique dans la façon de voir le monde guidé par la science ?