Archives par mot-clé : Evaluation formative

L’organisation temporelle à l’épreuve du quotidien d’un établissement scolaire

par Philippe Debray, proviseur dans l’académie de Rennes

Questionner la temporalité des apprentissages et de l’évaluation au lycée général, technologique ou professionnel nous renvoie presque inévitablement au sens que nous souhaitons donner aux parcours de nos élèves. Qu’il s’agisse du continuum  « bac-3, bac+3 » qui fait sens aujourd’hui ou de manière plus hardie du « bac-4, bac+3 » tant les choix d’orientation post-troisième prennent une importance cruciale au regard du devenir du jeune, comment pouvons-nous au lycée, échapper à un temps scolaire gouverné et verrouillé par la préparation au baccalauréat dans sa visée certificative et par les algorithmes de « Parcoursup » ?

La dernière réforme du lycée, désireuse d’instiller une part de contrôle continu pour participer à la délivrance du sacro-saint baccalauréat, aurait pu permettre de contrarier la trop grande logique programmatique qui dicte l’acquisition des différents savoirs et aurait ainsi autorisé une véritable évaluation formative mise en œuvre dans le temps raisonnable du cycle terminal. Le temps des apprentissages et de leur évaluation aurait ainsi répondu à un calendrier singulier, adapté et adaptable, prenant en compte les caractéristiques des groupes classes, des élèves qui les composent et du rythme de leurs acquisitions. Dans cette logique, le Professeur aurait choisi le moment opportun, celui qui convient à sa progression et à celle de ses lycéens, pour les évaluer et réellement mesurer les transformations attendues.

Au final, il n’en a rien été et la création des E3C d’abord, des EC ensuite, a fait apparaître des jalons temporels extrêmement contraignants, autant de mini-baccalauréats qui morcellent les démarches pédagogiques et la durée réelle des apprentissages. Le manque de temps, rappelé par beaucoup d’acteurs, professeurs comme lycéens, est d’ailleurs la source principale des contestations contre le nouveau baccalauréat. La question posée, qui est restée sans réponse, est alors de savoir comment évaluer des connaissances acquises dans une durée réduite à travers des programmes perçus par beaucoup comme trop ambitieux.

 Il n’est nullement ici question de savoir pourquoi la bonne idée initiale du contrôle continu pour l’obtention d’un diplôme (comme c’est le cas en LP) a pris cette forme d’examens terminaux, même si, effet d’aubaine, le contexte sanitaire actuel infléchit ce phénomène. Il s’agit plutôt de mesurer si cette organisation sert réellement la logique des parcours de nos élèves et les prépare à leur cursus post-baccalauréat. Une chose est certaine, à défaut d’offrir aux lycéens le socle de connaissances et de compétences transversales nécessaires à leur réussite dans l’enseignement supérieur, cette évolution permet de réguler les entrées dans les formations post-baccalauréat. A titre d’exemple, les évaluations des enseignements de spécialité en Terminale sont programmées cette année au deuxième trimestre pour permettre leur prise en compte dans le calendrier de « Parcoursup », créant ainsi une distorsion entre le temps nécessaire aux apprentissages et le temps utile. Rien ne peut alors modifier cette programmation initiale qui répond à un processus d’orientation devenu incontestable dans l’opinion publique (1 élève=1 proposition à minima dans Parcoursup). De nombreux exemples vécus au quotidien viennent montrer combien le temps scolaire du cycle terminal au Lycée est percuté par ces impératifs utilitaristes (certification, orientation).

Ceci conforte nos enseignants dans leur volonté de finir, quel qu’en soit le prix, leurs programmes même si tous les acteurs s’accordent à penser qu’il serait préférable, dans cette course contre le temps, que ce soient nos élèves qui puissent le terminer et autrement qu’avec des cours photocopiés en fin de cycle d’apprentissage.

Heureusement, le temps a nettement moins de prise sur la scolarité en classe de Seconde où il est tout à fait possible pour les enseignants d’innover sur le plan pédagogique, de réguler les programmes avec beaucoup plus de souplesse,  de réfléchir à une réelle évaluation formative sur la durée d’une année et, pour l’élève, de construire son projet sans pression excessive. Bien sûr et dans la plupart des cas, les parcours vont être souvent fortement marqués par les évaluations successives et leur logique sommative. Les élèves et les familles vont également s’inquiéter des choix d’enseignements de spécialité à opérer en fin d’année et des conséquences que ces choix auront sur leur scolarité future.

Dans mes fonctions de proviseur, depuis maintenant 24 années, le niveau Seconde est celui où j’ai vu naître et pu observer les projets les plus innovants (classes coopératives, classes sans notes, semestrialisation, différenciation pédagogique, réflexions sur le sens à donner aux conseils de classe, etc.) sans la pression excessive des programmes et dans une temporalité permettant de prendre en compte les rythmes d’apprentissage de chacune et chacun. Dans ce cadre, le principal obstacle à surmonter réside bien souvent, à ce niveau de scolarité, dans les habitus des enseignants qui peuvent être tentés de préparer le baccalauréat dès l’entrée en classe de Seconde, en posant l’évaluation sommative comme le moteur essentiel et évident de l’orientation (devoirs communs, semaines de devoirs, etc.).

Si le temps scolaire est plus flexible, tant au niveau des apprentissages que des évaluations, ce sont bien les gestes professionnels acquis dans la logique de l’examen terminal national qui viennent interdire, pour de nombreux collègues, la mise en œuvre de nouvelles pratiques pensées autour de l’élève et de son développement. Sans cette préparation à l’examen, la plupart des professeurs de lycée semblent perdre le sens de leur mission et considèrent que la réussite de leurs élèves dans l’enseignement supérieur ne leur appartient pas (ou plus). L’enjeu, pour le pilotage pédagogique de son établissement, est alors d’ouvrir le champ des possibles, celui des perspectives d’innovation qui rendent compte, dans leur temporalité et leur matérialité, d’une transmission des savoirs (disciplinaires ou transversaux) répondant aux attendus des parcours des élèves sur un temps long.

Évaluation et curriculum en EPS: controverses actuelles

par Lucie Mougenot, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’INSPÉ de l’université de Picardie Jules Verne

L’évaluation à l’école est un sujet sensible et complexe qui fait référence à des pratiques et représentations protéiformes, parfois contradictoires, et qui génère des effets parfois peu maîtrisés, mais, pourtant, décisifs pour les élèves et leur avenir.

Les débats actuels liés à l’évaluation en France se cantonnent régulièrement à quelques questions qui gravitent autour du maintien ou non de la notation, du passage à l’évaluation par compétences, de la possibilité d’évaluer de façon constructive pour tous ou encore, du temps accordé à l’évaluation. Or, ces questions, si pertinentes soient-elles, ne peuvent trouver de réponses satisfaisantes car l’évaluation est encore bien souvent considérée comme une pratique isolée dans le temps scolaire – qui se juxtapose au temps d’apprentissage -, comme un événement particulier auquel on accorde une place majeure. Les représentations à l’égard de l’évaluation peinent à évoluer et restent attachées à l’idée de contrôle ou de validation par la confrontation à une épreuve identique pour le groupe censée restituer ce qu’il a appris1 et au même moment. D’ailleurs, ces rendez-vous évaluatifs sont le plus souvent définis par des droits et des devoirs différents par rapport aux temps d’apprentissage : le silence règne, les interactions sont prohibées, chacun se retrouve isolé dans un espace-temps contraint, l’erreur n’est plus possible. Ce modèle de l’examen se répand dans les niveaux de classe inférieurs et entraîne avec lui son lot d’émotions négatives.

Opter pour une nouvelle démarche évaluative induit de fait un changement bien plus global qu’un abandon de la notation sur vingt ou une diminution de ce type « d’épreuves » durant le parcours d’un élève. Cela exige un changement de paradigme qui nécessite une réelle (r)évolution des représentations des acteurs du système à l’égard de l’évaluation et de l’apprentissage.

Avant de se demander si l’évaluation est trop présente, si l’évaluation par compétences est plus utile, constructive ou plus juste qu’une notation, il semble nécessaire de se poser la question de ce qui est évalué et pourquoi, ainsi que la question de cette correspondance entre les représentations à l’égard de cet objet et les pratiques professorales. Pour illustrer ces propos, je prendrai appui sur l’évaluation en EPS en évoquant quelques éléments relatifs aux textes institutionnels, aux pratiques des enseignants et aux conduites des élèves.

La question de la finalité de l’évaluation est décisive. Historiquement, au XIXe, l’évaluation concernait exclusivement les examens et avait pour but de sélectionner. Adossée à un programme, l’évaluation hiérarchisait les individus conformément à son objectif. Les premières critiques de la notation, relatives à ses aléas et aux effets néfastes pour les élèves, émergent dans les années 1920-19302 et aboutissent peu à peu à l’apparition de nouvelles procédures qui visent non plus à comparer les individus entre eux mais à comparer leurs capacités à des objectifs. La naissance de l’évaluation formative à la fin des années 1960, puis formatrice dans les années 1990, apporte un regard nouveau sur la place de l’élève, sur la relation pédagogique ou encore sur la relation entre l’évaluation et l’apprentissage. Ces évaluations à finalité pédagogique sont favorables aux apprentissages et aussi au bien-être des élèves. Leurs bienfaits sont ainsi étudiés depuis plusieurs décennies ; pour autant, ces formes d’évaluation restent secondarisées dans les pratiques et les discours officiels incitent les enseignants à rester centrés sur les évaluations sommatives et certificatives et n’aident pas à penser l’évaluation au quotidien comme une procédure constructive. Par exemple, les ressources Eduscol en EPS partagent des grilles d’évaluation sans mentionner la place de l’élève dans le processus évaluatif (l’évaluation est toujours le pouvoir de l’enseignant) et en utilisant un vocabulaire dépréciatif pour les « niveaux » les plus faibles : on y repère tout ce que l’élève ne fait pas ou de façon non satisfaisante, mais pas ce qu’il sait faire. À côté des éléments de langage officiels consistant à prôner des évaluations « positives » (ce qui est déjà une reconnaissance du caractère négatif des évaluations actuelles), les moyens ou exemples proposés aux enseignants semblent incohérents. Au contraire, ils confortent les pratiques dont les effets sont néfastes pour les élèves, surtout ceux étant les plus en difficulté. La question de la formation à l’évaluation n’est toujours pas résolue, un différentiel important persiste entre les volontés affichées et les pratiques réelles.

De fait, il existe une sorte de contamination virale de l’évaluation pour apprendre (constructive, formative) par l’évaluation des apprentissages qui se veut contrôlante et hiérarchisante. En EPS, cela se traduit par exemple par des notes attribuées aux élèves de façon très régulière en cours de modules d’apprentissage (Mougenot, 2016). Les évaluations appelées formatives par les enseignants sont majoritairement des micro-contrôles sommatifs car le droit à l’erreur n’existe pas et le temps nécessaire pour apprendre est par conséquent écourté3. Nombreux sont les indices qui montrent cette difficulté à changer, à rompre avec des habitudes scolaires bien ancrées. L’ouverture à un autre paradigme s’avère perturbant dans les pratiques professorales qui sont largement influencées par le jeu de examens et aussi bousculées par l’évaluation par compétences. Ce premier constat relatif à la finalité de l’évaluation doit s’accompagner aussi d’une réflexion sur ce qui est évalué (et appris).

De fait, en EPS, plusieurs problèmes se posent. En premier lieu, malgré le travail important des enseignants autour de l’approche par compétences, les avancées ne se traduisent pas par une diminution des inégalités (entre filles et garçons notamment) et ne sont pas non plus représentatives d’une approche qui se voudrait « positive » pour les apprentissages et le bien-être des élèves. Bien que la notion de compétences soit ancrée dans les programmes d’EPS depuis les années 1990, les référentiels et grilles d’évaluation au quotidien impliquent toujours une forte normalisation et ne permettent pas d’encourager les élèves qui en ont le plus besoin. Les grilles enferment ! (Cassin, 2014). Par exemple, certaines caractéristiques s’observent dans les pratiques, articles professionnels et aussi dans les ressources Eduscol :

  • Utilisation systématique de grilles qui enferment et renforcent la comparaison sociale par l’usage de couleurs ou points attribués
  • Utilisation d’un vocabulaire dépréciatif pour les élèves dont la maîtrise serait insuffisante ;
  • Centration toujours forte sur la performance, le résultat ;
  • Absence de prise en compte de l’élève : l’enseignant n’est pas incité à partir de ce que sait faire l’élève, identifiable par l’observation, mais à partir d’attendus extérieurs (ce qui met en exergue les manques), d’où le partage récurrent de grilles d’évaluation standardisées.
  • L’évaluation par compétences n’est pas mise en relation avec le développement ni l’évaluation des ressources utiles pour progresser (Scallon, 2007). Cela conduit par exemple à la généralisation de situations complexes pour lesquelles certains élèves ne peuvent être en réussite puisque leurs ressources ne leur permettent pas encore d’être compétents, c’est-à-dire de pouvoir choisir entre différentes procédures pour s’adapter à une situation nouvelle.

Certes, en EPS, les élèves sont régulièrement incités à tenir des rôles d’arbitre, observateur, conseiller, ce qui peut s’apparenter à une forme de participation à l’évaluation. Toutefois, ces rôles restent orientés vers le repérage d’indicateurs (quantitatifs) qui sont ensuite peu mis en lien avec ce qui est réussi, et ce qu’il faudrait apprendre à faire pour progresser. Ces scores sont comparés à des critères de réussite quantitatifs, mais extérieurs aux élèves et qui contribuent encore une fois à montrer à chacun où est sa place. De fait, la prise en compte de la singularité de chacun est loin d’être acquise et le sens donné à l’évaluation, aux critères et indicateurs est encore obscur pour une large part des élèves.

Par ailleurs, il semblerait que l’une des spécificités de l’EPS rende instable l’assise d’une évaluation constructive qui ne reproduise pas les inégalités de départ.  En effet, cette discipline prend appui sur des pratiques sociales et culturelles. Si ce rapport à la culture est non contestable, il entraîne cependant certaines difficultés : la pratique physique extra-scolaire des élèves est vectrice d’inégalités qui tendent même à se renforcer. Par exemple, les données recueillies lors d’une étude menée en 2010 dans cinq classes de seconde (Mougenot, 2016) avaient mis en avant le fait que les élèves qui progressent le plus lors d’une séquence de sport collectif en EPS sont ceux qui pratiquent un sport en dehors de l’école en compétition, et pas forcément un sport collectif. Non seulement ils sont meilleurs que les autres dès le début de la séquence, mais en plus, l’écart se creuse car ils progressent davantage dans ces activités d’opposition.

De fait, ces résultats questionnent les programmations d’activités : quelles sont les activités support de l’enseignement et par conséquent, qui avantagent-elles ? Cela nous amène à une dernière dimension fondamentale. Depuis les années 1980, les études montrent que les activités support de l’enseignement en EPS sont en très grande majorité des pratiques au cours desquelles il s’agit de dominer l’autre, d’être le meilleur ou encore de performer dans des pratiques très normées qui entraînent une forte comparaison sociale. Ainsi, malgré tous les efforts des enseignants en EPS qui cherchent à réduire les inégalités, à faire progresser tous les élèves, un conservatisme important relatif aux programmations d’activités physiques perdure et est très peu questionné. Tant que l’EPS sera représentée par la pratique d’activités certes collectives mais de domination et des pratiques de performance, comment prétendre encourager tous les élèves et répondre à leur intérêt ? L’évaluation dans ces pratiques valorise les meilleurs et montre aussi à ceux qui seraient peut-être plus à l’aise dans d’autres types de pratiques, quelle est leur place au sein du groupe.

Enfin, un dernier point mérite d’être débattu : si l’EPS est bien souvent mise en avant pour sa capacité à susciter des interactions riches et multiples entre élèves, pour être basée sur du travail de groupe la majorité du temps, on peut regretter que l’évaluation ne valorise pas les ressources sociales et émotionnelles des élèves. Par exemple, les référentiels d’évaluation au baccalauréat professionnel en course d’orientation (BO n°9 du 1er mars 2018) définissent quatre critères : 1- le nombre de postes trouvés (performance, pour 50% de la note) ; 2- la vitesse de course ; 3- le renseignement du carton de contrôle ; 4- l’analyse par l’élève de son parcours. Or, l’orientation à l’école est une activité qui se pratique par groupe de 2 ou 3 pour des raisons de sécurité. D’ailleurs, l’épreuve pour le baccalauréat précise que les élèves peuvent être par deux. Ainsi, cette activité physique – qui se déroule en milieu naturel bien souvent peu connu des élèves – incite à prendre des risques (s’égarer, être en retard, ne pas trouver), sollicite fortement les ressources émotionnelles et relationnelles, mais ces deux composantes sont totalement absentes des critères d’évaluation, au profit d’une centration sur le résultat final. Cet exemple illustre les choix privilégiés par l’institution, mais aussi par les enseignants qui semblent se réfugier derrière des critères quantifiables, individuels et qui ne valorisent pas certaines qualités humaines pourtant essentielles.

Ainsi, envisager une autre culture de l’évaluation, qui encourage et valorise chacun, qui aide à progresser, qui valorise les interactions de coopération et qui concède une place plus importante à l’élève semble entrer en conflit avec la tradition méritocratique et avec certaines procédures d’évaluation traditionnelles et sacrées qui pervertissent les autres, comme l’examen du baccalauréat.

Notes

1. Par exemple, en EPS, voir les travaux de Grandchamp (A.), Méard (J.) et Quin (G.), « Analyse de l’évolution des pratiques évaluatives en éducation physique : revue de littérature », Spirale – Revue de recherches en éducation, varia (E1), 2018, p. 1-14 ou Mougenot (L.), « L’évaluation scolaire en France : la spécificité de l’EPS », in L. Bélair et P.-F. Coen, Évaluation et auto évaluation : quels espaces de formation ? Bruxelles : De Boeck Supérieur, 2015.

2. Par exemple les critiques formulées par Claparède dès 1920, ou les recherches en docimologies des années 1930.

3. Les enseignants justifient ces notes par le fait de motiver les élèves et de les inciter à travailler (Mougenot, 2016).

La professionnalité des enseignants et le curriculum

Table ronde animée par Mélanie Jonquière et Françoise Lantheaume, avec la participation de 4 enseignantes

Présentation

QUATRE THÈMES ont ponctué l’entretien :
1. Leur propre rapport aux savoirs scolaires, à leur organisation, lors de leur parcours de formation.
2. Leur approche et leurs pratiques en tant qu’enseignantes concernant les savoirs scolaires.
3. Ce qu’elles pensent être la façon dont les élèves perçoivent les savoirs scolaires.
4. Ce qu’une approche curriculaire de l’enseignement changerait dans leur travail, dans la formation des enseignants.
L’entretien a été mené par Mélanie Jonquière, ingénieure pédagogique et Françoise Lantheaume, professeure des universités en sciences de l’éducation à l’Université Lyon 2.
Le groupe d’enseignantes était constitué par une professeure des écoles et trois enseignantes du secondaire ayant une expérience d’enseignement en collège, lycée d’enseignement général, lycée professionnel : elles sont professeures d’histoire-géographie-EMC, Lettres-histoire-géographie-EMC, SVT. Leurs établissements présents ou passés accueillent des publics hétérogènes ou populaires. Elles sont toutes expertes (plus de 5 ans d’enseignement) mais à différents moments de leur carrière (entre le premier et le dernier quart).

Synthèse de la table ronde
par Mélanie Jonquière

Synthèse

Le PREMIER THÈME qui apparaît est le lien entre l’origine sociale, l’histoire familiale des enseignantes et leurs attentes, leurs satisfactions et déceptions à l’égard des savoirs scolaires. Entre la recherche d’un « bagage » complémentaire à la transmission familiale, une ressource pour l’avenir, pour la compréhension du monde d’un côté ; une déception face aux rigidités de l’organisation des savoirs, une « angoisse » scolaire, l’impression d’éloignement entre les savoirs scolaires et la vie, d’un autre côté. La segmentation des savoirs scolaires, l’enfermement disciplinaire et dans le programme, la pression et le stress auxquels ils sont associés via les évaluations, sont critiqués.
Cette expérience oriente leur projet en tant qu’enseignante : une volonté de ne pas reproduire ce que l’organisation et les contenus des savoirs scolaires pourraient avoir de plus éloignés du sens que les élèves peuvent construire, et de l’entrave potentielle à leur parcours, à leur développement personnel, à leur émancipation.

Le DEUXIÈME THÈME montre leur recherche, dans leurs pratiques professionnelles, malgré les contraintes organisationnelles, malgré un manque de ressources (notamment dans la formation initiale), de façons de faire pour « donner du sens », avoir une vision globale des élèves et des savoirs. Faire des liens entre eux, avec la vie des élèves est leur objectif, mais elles se sentent « coincées » par les programmes, surtout au lycée, ou par la difficulté de trouver des pratiques adéquates à leur projet sans espace-temps pour en discuter, expérimenter, entre collègues, avec des formateurs, du fait des contraintes organisationnelles.
La pluridisciplinarité leur semble une voie pour sortir de cette situation (la polyvalence en primaire, les TPE dans le secondaire sont cités en exemple). Elles convergent sur le fait que la pluridisciplinarité requiert une solide compétence disciplinaire, une « expertise », du temps et une organisation adaptée. La discipline d’enseignement est alors décrite entre empêchement et « nécessité ».

Concernant les élèves, TROISIÈME THÈME abordé, les enseignantes considèrent être pris en étau entre une logique de compétences, prescrite, et celle de la notation qui seule compte aux yeux des élèves et de leurs parents, surtout au lycée. Au collège, sur quatre ans, l’approche par compétences peut être progressivement appropriée et donner des résultats selon les enseignantes.
Leur principal souci est que les élèves ne mettent pas toujours de sens aux savoirs qui leur sont transmis, n’en voient pas l’utilité ni pour leur formation ni pour leur avenir professionnel ou leur projet de vie. Une certaine déconnexion problématique est pointée entre ce qui passionne les élèves et les savoirs scolaires.
La variation des critères d’évaluation entre les enseignants et les disciplines, expérience partagée, complique la compréhension par les élèves de ce qu’on attend d’eux.

Concernant le QUATRIÈME THÈME, l’approche curriculaire, elle serait, selon l’une d’entre elles, « une révolution « contre le cloisonnement. Elle entraînerait un changement de position de l’enseignant qui deviendrait un « expert référent » sur le modèle de l’artisan. Cela exigerait un travail collectif.
Elle permettrait de « remettre l’élève au centre des apprentissages » selon une autre enseignante qui évoque une possibilité de curriculums locaux, et se pose la question des programmes : « une logique curriculaire peut-elle être nationale ? »
Cela exigerait de développer la formation continue « en équipe » et de revoir l’organisation temporelle qui actuellement « bloque pour faire des projets ». Quant au rôle hypothétique de l’approche curriculaire dans la lutte contre les inégalités scolaires, leur point de vue est le suivant : elle passe par l’implication des familles. Travailler par projet pourrait permettre le rapprochement des familles.
Enfin, les enseignantes considèrent que l’approche curriculaire, en favorisant la pluridisciplinarité, la coopération, pourrait redonner confiance aux élèves et donner du sens à leurs apprentissages.

Dernière table ronde, mais pas la moindre, devrait-on dire puisqu’elle a commencé à s’interroger sur ce que font les programmes scolaires, dans leur état présent, aux professeurs, et sur la possibilité qui pourrait exister de penser à des évolutions sur ce point stratégique.

Des échanges se dégagent deux obstacles importants à la professionnalité des enseignants en lien avec le curriculum :

1. La carence de savoirs spécifiques de métier, qui signent généralement l’identité d’une profession. Existent certes des savoirs académiques prétendument de haut niveau (mais qui les interroge et les évalue comme tels ?) apportés par la préparation des concours, mais, manifestement le cloisonnement qui marque les programmes des élèves a au moins son égal dans ceux de la formation des enseignants :
• Pas de savoirs susceptibles de former les élèves aux compétences
• Pas de savoirs sur une variété de modes d’évaluation formatifs.
• Un cloisonnement disciplinaire tout aussi net que s’agissant des programmes des élèves.
Une perspective curriculaire, elle, pourrait, en intégrant la question du sens des apprentissages pour les élèves, faciliter le passage de savoirs savants à des savoirs scolairement apprêtés. Les disciplines, dans leur dialectique entre leur nécessité et leur aspect limitatif pourraient y être repensées.

2. L’autre caractéristique fondamentale de la professionnalité, l’existence d’un corps professionnel porteur de savoirs spécifiques et de valeurs partagées semble aussi peu favorisée par une faible formation au travail d’équipe et des contraintes temporelles de l’organisation des enseignement qui ne favorisent pas la construction de projets collectifs.

Ne peut-on penser qu’une logique plus curriculaire de la définition des programmes et de leur mise en œuvre remédierait à une partie de ces difficultés ? Demander à chaque discipline ce qu’elle apporte à la construction d’un curriculum prédéfini au lieu de l’inverse semble une piste. Traduire les valeurs de ces finalités curriculaires dans une déontologie de la profession enseignante, comme il en existe dans d’autres professions, en serait un autre, complémentaire.

Extraits de la table ronde, animée par Mélanie Jonquière et Françoise Lantheaume (bientôt disponible)