Archives par mot-clé : Didactique

Jalons : EPS et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

Si les corps sont physiquement présents à l’école, c’est bien de la place qui leur est accordée, comme des médiations pour apprendre, dont il est question. Des siècles de représentations ont jeté sinon l’opprobre, au moins une méfiance sur le corps, qui est resté longtemps à éduquer, soumettre, redresser dirait Georges Vigarello. Le terme même de discipline, et plus précisément de « discipline sportive », montre aujourd’hui encore combien la dimension normative persiste. Un désaccord entre corps à éduquer et corps pour éduquer apparaît.

En maternelle, les nouveaux programmes parlent d’activité physique, singulière, au singulier. Il faut attendre l’école élémentaire pour parler d’éducation physique et sportive. Pour certaines personnes, et elles sont légions, oubliant les deux premiers termes, l’EPS se comprend comme du sport à l’école, du côté du corps à éduquer. Pour d’autres, généralement celles qui sont passées par la formation universitaire STAPS, l’EPS ne se confond pas avec les activités physiques, sportives et artistiques, qu’elle utilise alors comme support d’un enseignement visant des finalités autre que celles généralement admises pour le sport. Du côté du corps pour éduquer donc.

B.  D’où viennent-ils ?

Pour limiter notre point de vue à la seconde moitié du XXe siècle, on peut dire que l’Education physique a conservé une caractéristique forte mais des identités multiples que nous avons aujourd’hui tendance à oublier. Elle se caractérise par son attachement irrévocable à l’école. Et même si les puristes considèrent qu’il faudra attendre 1981 pour qu’elle retrouve le giron de l’Education nationale, elle n’aura jamais quitté l’école après la Seconde Guerre mondiale, et avant non plus d’ailleurs.

Dans un récent article, Jean-Nicolas Renaud retrace cette histoire scolaire de l’Education physique au travers d’un concept, celui d’ »exercice », montrant d’une certaine façon l’attachement de la discipline à cette notion qui lui est souvent rapportée. Citons l’auteur : « En France, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les méthodes en éducation physique et sportive (EPS) ont connu un renouvellement important. Pourtant, le mot « exercice » est resté dans le vocabulaire de la corporation. Cette permanence questionne nécessairement les conditions d’utilisation du terme…  Les mutations que subit cette unité de base de l’activité physique de l’élève traduisent les changements profonds de la discipline« . Cette rigueur disciplinaire ne manquera pas de provoquer une crise identitaire à partir des années 1990, et l’émergence d’une didactique de l’Education physique.

C.  Quelles conséquences ?

Présente de la maternelle à la terminale, l’EPS dans le premier degré est assurée par le professeur des écoles, avec la participation parfois d’animateurs municipaux. Dans le second degré, ce sont des professeurs d’EPS qui en ont la charge.

En maternelle, les programmes de 2015 « Agir, s’exprimer, comprendre à travers l’activité physique » introduisent le fait que l’activité physique, comme le corps, n’ont pas lieu pour eux-mêmes mais poursuivent des objectifs d’éducation plus larges : « La pratique d’activités physiques et artistiques contribue au développement moteur, sensoriel, affectif, intellectuel et relationnel des enfants« . Ces attentes, pour l’essentiel développementales, sont reliées au fait que l’enseignant du premier degré est un enseignant polyvalent, passeur des développements en réseau.

Après la maternelle, la discipline contribue à l’atteinte des compétences générales déclinées dans les cinq domaines du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture et contribue, au même titre que les autres disciplines, à une culture scolaire commune. Les nouveaux programmes (2015) de l’école élémentaire, du collège et des trois voies du lycée (2019) sont organisés selon une logique curriculaire qui embrasse le temps long des acquisitions (du CP à la Terminale) et la cohérence des modes d’organisation de l’activité des élèves en tenant compte de leurs caractéristiques développementales.

D. Quelles questions de fond ?

  • Quel rôle le corps occupe-t-il dans l’école du XXIe siècle (objet, sujet, condition, support, médium, etc.) ?
  • Comment l’EPS peut-elle assumer d’être avant tout Scolaire et non plus uniquement Sportive, alors même que le mouvement sportif n’hésite plus à revendiquer la poursuite des mêmes finalités : solidarité, santé, altruisme, goût de l’effort, des finalités que nous retrouvons d’ailleurs dans les valeurs de l’olympisme considéré par ses fondateurs comme une « philosophie » : « amitié, respect, excellence » ?
  • En quoi et comment l’EPS doit-elle faire son aggiornamento en repositionnant son action à partir d’une triple conversion :
    • éthique : l’éthique corporelle comme principe ;
    • anthropologique : la motricité comme langage universel ;
    • culturelle : l’aisance motrice comme compétence scolaire ?

Jalons : Philosophie et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

L’ambition de synthèse des savoirs revendiquée par la philosophie en situe « naturellement » l’enseignement au terme des études secondaires. Son exigence conceptuelle doit en limiter l’enseignement aux filières générales et technologiques. Pour ne pas la galvauder, il convient de l’enseigner selon des modalités dialogiques liées à la tradition philosophique (occidentale) légitimée.

De multiples expériences montrent qu’un enseignement de type philosophique est envisageable, voire nécessaire, avant la terminale. En tout état de cause, une révision de ses contenus s’impose en vue de gagner un intérêt authentique de la majorité des élèves. Rien ne s’oppose à son extension aux publics des lycées professionnels. Un enseignement progressif et de large culture aurait plus de capacité à susciter l’intérêt réel des élèves.

B.  D’où viennent-ils ?

Après les écoles centrales de la Révolution où la philosophie était optionnelle, les lycées de la première moitié du XIXe imposent une forme d’endoctrinement. Avec la IIIe République, est peu à peu institué un enseignement « plus libéral », généraliste, couronnement des études secondaires, réservé à une élite sociale à qui on entend reconnaître une certaine liberté de jugement, en érigeant la dissertation en épreuve-reine. Le programme, globalement stable de 1925 à 1960, entre dans des phases d’incertitudes, à la mesure de son extension à toutes les sections des lycées d’enseignement général et technologique, en parallèle avec la démocratisation. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’enseignement de la philosophie reste marqué par la conception selon laquelle il est à lui-même sa propre pédagogie.

Le rapport pour « une nouvelle politique de la philosophie » (1989) étant resté lettre morte, des conflits entre « camps » professoraux au sujet de la réforme des programmes aboutissent, au début du XXIe siècle, à une confirmation globale de la conception antérieure (liste de notions et d’auteurs) et au rejet de la proposition « histoire des idées ». Dans la voie générale, après la récente réforme du bac, les épreuves restent la dissertation et le texte d’auteur philosophe. Dans une majorité de classes – et quand bien même les programmes sont déclinés en thématiques notionnelles, c’est l’histoire de la philosophie (occidentale) qui se trouve de fait privilégiée, entraînant un désintérêt de beaucoup d’élèves, à l’inverse de l’objectif affiché de développement d’une pensée authentique.

C.  Quelles conséquences ?

De nombreux professeurs refusent toute reconnaissance possible d’une didactique de la philosophie au nom de son exceptionnalité. A l’opposé, un courant de plus en plus important montre non seulement la possibilité mais la nécessité d’une didactique de cette discipline, à l’instar des autres. 

Les enquêtes sociologiques auprès des lycéens révèlent que ceux-ci s’impliquent souvent peu dans les problèmes qui leur sont soumis, restent extérieurs aux notions enseignées, rejettent majoritairement la dissertation et réservent à l’entre-soi leurs réflexions à caractère philosophique. Parallèlement, des pratiques traduisant un besoin de philosophie : cafés philo, universités populaires, magazines, BD, éditions pour enfants, rapprochements philosophie-cinéma, se sont développées dans la société et se prêtent à une réconciliation avec la philosophie scolaire.

En outre, tout un courant s’est déployé visant à démontrer la pertinence de la discussion à visée philosophique, dès les plus jeunes âges de la vie. Par ailleurs, l’enseignement français a commencé à s’ouvrir à un type de pensée longtemps tenu à l’écart : le pragmatisme d’origine anglo-saxonne, avec sa conception privilégiant l’enquête, la participation à la construction des savoirs. Enfin, le dialogue entre la pensée occidentale et d’autres pensées comme la pensée chinoise et sa recherche de « déplacements », est peut-être susceptible – sous condition de transposition didactique – de restimuler un intérêt de la jeunesse scolarisée pour une philosophie plus en prise sur son expérience.

D. Quelles questions de fond ?

  • Peut-on s’accommoder de la dissociation entre le statut social et politique de la philosophie et la façon dont beaucoup d’élèves la vivent ? 
  • Pourquoi exclure de cet enseignement les élèves de la filière professionnelle (1/4 des lycéens) ?
  • Pourquoi limiter un enseignement d’orientation philosophique à la seule classe terminale, quand des expériences montrent son intérêt en deçà, et comment organiser – dans une hypothèse de progressivité – le dialogue avec les autres disciplines ?
  • D’autres exercices que la dissertation et le commentaire de texte peuvent-ils former à la pensée critique ? Comment fonder sur un contrat clair ce qui est attendu des élèves en termes d’évaluation ?
  • Comment faire pour que plus de 25% des élèves obtiennent la moyenne à l’écrit du baccalauréat ? Comment intégrer des traditions autres qu’occidentales sans rabattre l’enseignement philosophique sur ce qui pourrait apparaître comme engagement de type fidéiste, ou nouveau terrain du « développement personnel » ?  

Jalons : Sciences expérimentales et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

Tension entre enseignement des sciences comme enseignement d’une somme de connaissances acquises et enseignement des sciences comme acquisition d’une méthode (voir « sciences expérimentales »).

Tension entre conception d’un enseignement des sciences devant s’adresser à tous, et enseignement des sciences n’étant nécessaire qu’à certains, et peut-être même pouvant ne s’adresser qu’à une « élite ».

B.  D’où viennent-ils ?

Si le souci de formation scientifique a commencé à se manifester vers la fin du XVIIe siècle, ce fut au niveau supérieur où l’État avait besoin d’ingénieurs (réseau des grandes écoles).

Pour l’enseignement secondaire, jusqu’à la fin du XIXe siècle, la finalité resta la culture générale lettrée. Les sciences ne trouvent réellement une place qu’en 1902 avec une filière scientifique qui mêle connaissances scientifiques théoriques et travaux pratiques d’application. Avec, tout de suite pour ces derniers, des problèmes de moyens, de formation et même de didactique, qui seront récurrents. 

L’enseignement primaire s’ouvre aux sciences vers le milieu du XIXe siècle, avec une triple visée de développement de valeurs rationnelles, de diffusion utilitaire de savoirs pratiques indispensables à la plupart des professions, avec des applications directes de la science à la vie quotidienne, et d’éducation (enseignement ménager, hygiène, antialcoolisme, etc.). Loin d’être le parent pauvre du primaire, les sciences donnent à l’école primaire sa culture de référence et son style. Plus rapidement que le collège ou le lycée, le primaire est devenu un lieu de célébration des valeurs rationnelles.

C.  Quelles conséquences ?

Les sciences expérimentales représentent actuellement un champ qui couvre physique, chimie, biologie, géologie et parfois technologie.

La spécificité ancienne de la leçon de choses au primaire, permettant une accumulation d’observations afin de connaitre des usages ou pour constituer un matériau empirique mettant en relation cause à effet, s’est perdue quand le collège s’est généralisé. Une autre dimension formatrice (1977) est confiée à l’école primaire : le modèle de la démarche scientifique. Cette évolution fut mise en cause, certains refusant de voir les sciences, réputées étrangères à la culture primaire, abordées par d’autres que des enseignants spécialisés. Résultante :  malgré des opérations comme « La Main à la pâte » à partir de 1995 [1], ou PRESTE en 2000 [2], et même si les démarches dites « d’investigation » ouvertes (avec élaboration de questions, formulation d’hypothèses, etc.) sont valorisées dans les directives, les sciences restent très peu enseignées à l’école primaire. Des habitudes sur le terrain conduisant trop souvent à « mettre de côté » les sciences se sont combinées à l’influence du très faible nombre d’enseignants du premier degré issus de filières scientifiques.

L’autre tension interroge surtout le secondaire : entre former chacun à la rationalité (formation de futurs citoyens, distinction entre opinion et raison…) en garantissant une culture commune, et entrer dans une logique de spécialisation pour conduire des élèves vers des filières scientifiques. De fait, au lycée d’enseignement général, les sciences expérimentales se sont transformées en disciplines sélectives et hiérarchisées : on leur demande de concilier la valeur culturelle éducative de formation à des humanités scientifiques (et sciences comme méthodes) et une finalité de sélection par la préparation de spécialités (somme de connaissances, modélisation et raisonnement inductif pour compléter le raisonnement déductif des mathématiques). Il existe une hiérarchie entre les disciplines, y compris entre disciplines scientifiques, souvent liée au niveau mathématique mobilisé.

Depuis le début des années 2000, cet enseignement connait nombre d’innovations sans cohérence, qui créent autant de turbulences.


[1] https://www.fondation-lamap.org/

[2] https://www.education.gouv.fr/bo/2000/23/ensel.htm

D. Quelles questions de fond ?

  • Qu’est-ce qui est visé : un apprentissage de la démarche scientifique ou un apprentissage des résultats de la science ?
  • Pour quelles missions éducatives, traditionnelles (formation du citoyen, de futur scientifique, culture commune…) ou plus nouvelles (protection de l’environnement, éducation à la santé, rapport critique à l’image, initiation aux technologies nouvelles, questions socialement vives…) ? Avec quelle prise en compte des aspects sociaux et éthiques des sciences (formation à la rationalité et à l’esprit critique, distinction savoirs scientifiques et opinions, mais aussi prévention du scientisme…) ?
  • Est-il possible de sortir des hiérarchies entre disciplines scientifiques ?
  • Est-il possible d’entrer dans la connaissance scientifique par d’autres chemins que ceux de la modélisation mathématique en vigueur, comme la technologie ou les sciences de l’ingénieur, ou par l’outil numérique ? D’intéresser davantage à la méthode, en prenant davantage au sérieux l’histoire de la construction des notions en tant que savoir et à travers les questions sociétales, éthiques, qui les ont accompagnées ? En voyant comment les modèles ont, jusqu’à la crise sanitaire actuelle, posé des questions d’éthique dans la façon de voir le monde guidé par la science ?