Archives par mot-clé : Citoyenneté

Jalons : Economie et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Ecole de la fracture ou Ecole de la culture ? Les savoirs au centre du débat (Paris, Grand Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

Le discours économique fonctionne comme référence dans les débats sur l’organisation de la société. Il s’impose comme le discours dominant. L’enseignement des sciences économiques et sociales (SES) n’échappe pas à des soupçons récurrents de biais idéologiques entre enseignants, économistes et chefs d’entreprises.

L’économie et la gestion sont enseignées dans de nombreuses formations technologiques et professionnels avant le bac, de façon concrète et centrées sur les mécanismes fondamentaux, l’entreprise et les relations de travail, pour préparer les élèves à évoluer dans le monde professionnel.

B.  D’où viennent-ils ?

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, l’enseignement ménager (dont l’économie domestique), spécifiquement dédié aux jeunes filles, est introduit officiellement dans les programmes de l’enseignement primaire supérieur, agricole et technique. Dans les années 1950-60, l’enseignement ménager a évolué vers une formation de professionnels (éducatrices familiales), puis vers le BTS « Economie sociale et familiale », crée en 1969. En 1984, l’épreuve facultative d’enseignement ménager au baccalauréat est supprimée.

Dans les années 1965-66, une initiation aux sciences économiques et sociales, nouvelle discipline créée de toutes pièces, aboutit à l’organisation de la section et du bac B ( devenus ES pour Economique et Social en 1993) afin de mettre l’enseignement de plain-pied avec le monde moderne et faire entrer au lycée d’autres formes de cultures.

Le second cycle du secondaire s’est enrichi en 1985 du bac professionnel, dont toutes les spécialités offrent un enseignement d’économie-gestion ou d’économie-droit, et du bac technique (technologique) en 1986, dont seule l’option « Sciences et technologies du management et de la gestion » (parmi les huit existantes aujourd’hui) comporte des matières d’économie, de droit et de gestion.

C.  Quelles conséquences ?

Introduite au lycée il y a plus de 50 ans, la filière ES accueille un tiers des bacheliers généraux. Construite au départ sur des questions communes afin de stimuler la curiosité des élèves et de faire appel à leur expérience, cette discipline devait constituer un enseignement de culture générale et de formation à l’exercice de la citoyenneté critique, éclairée par les sciences sociales, plutôt qu’une propédeutique à des études universitaires spécialisées.

Cette pédagogie nouvelle a petit à petit cédé le pas : l’accusation de lourdeur des programmes n’a entraîné, selon des mouvements disparates impulsés par les ministres successifs, qu’un rééquilibrage (2016) en faveur de la sociologie et de la science politique, ou qu’une abstraction plus poussée des savoirs (programmes de 2019), semble-t-il dénoncée par les organisations d’enseignants.

Dans l’offre diversifiée de formation à l’économie et à la gestion, où les SES tiennent le haut du pavé médiatique, la distance s’avère bien grande entre un enseignement conceptuel et un enseignement pragmatique et professionnel. D’un côté, l’objectif est de former de futurs étudiants au fait des enjeux économiques et, de l’autre, de préparer les élèves à l’emploi, en leur permettant de comprendre le monde professionnel.

On constate ainsi une hiérarchie implicite où les savoirs scolaires et académiques sont supérieurs aux compétences qui peuvent être mobilisées pour réussir son parcours tant professionnel que personnel : autonomie, créativité, capacité d’initiative, communication, travail en équipe.

D. Quelles questions de fond ?

  • L’enseignement de l’économie doit-il faire partie du bagage de tout citoyen, dans une logique d’éducation plutôt que d’enseignement de spécialités ?
  • Dans la scolarité obligatoire (école et collège), faut-il introduire des notions d’économie domestique permettant d’acquérir des compétences pratiques pour gérer la vie quotidienne, prendre ses responsabilités par rapport à sa santé, ses relations humaines et ses finances ?
  • Dans les lycées, pour rendre les élèves capables de comprendre le monde qui les entoure et de prendre des décisions dans leur vie quotidienne, faut-il constituer un ensemble transdisciplinaire :  économie, gestion, géographie, sciences politiques, éducation aux médias et à l’information, instruction civique ?
  • Compte tenu de la permanence des débats et controverses sur le contenu des SES, mais aussi de la moindre visibilité de l’enseignement d’économie-gestion réservé à l’enseignement professionnel, comment instaurer une cohérence plus solide entre l’école et les acteurs économiques, en ouvrant à ces derniers dans leur diversité, la capacité de contribuer à l’élaboration du contenu des programmes, à tout niveau, et à leur révision régulière ?
  • Faut-il réserver une partie de l’enseignement à une sensibilisation à l’économie locale avec la participation d’acteurs de la vie économique et sociale, des visites et enquêtes au sein de structures économiquement représentatives ?

Jalons : Curriculum et les disciplines absentes

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Ecole de la fracture ou Ecole de la culture ? Les savoirs au centre du débat (Paris, Grand Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

Droit, psychologie et médecine et d’autres enseignements qui ne sont représentés qu’à l’université sont des champs d’études professionnels qui n’ont pas leur place dans le secondaire général. Aborder ces matières serait trop superficiel pour avoir de l’intérêt pour les élèves et même les laisserait croire à tort à une avance prise sur des études supérieures. Personne en outre n’est là pour enseigner ces matières.

Le droit, la psychologie comme la médecine sont des ensembles complexes de savoirs qui sont souvent évoqués ou nécessaires dans la vie quotidienne, et auxquels beaucoup de bacheliers se destinent dans le supérieur. Il n’est pas satisfaisant que ces matières soient absentes du curriculum général.

B.  D’où viennent-ils ?

Droit et médecine, auxquelles se rattache la psychologie, sont des disciplines de l’enseignement supérieur depuis le Moyen Age. Elles ne faisaient pas partie des Arts libéraux qui sont à l’origine de l’enseignement secondaire, parce qu’il s’agissait (avec la théologie) de facultés professionnelles. Pour ce motif lié à des corporations, ces savoirs sont restés historiquement extérieurs à l’enseignement scolaire, en dehors d’enseignement d’économie et de gestion dans l’enseignement technologique. L’une et l’autre sont dans le cas spécifique d’avoir une « agrégation de l’enseignement supérieur ».

C.  Quelles conséquences ?

Ces disciplines ont pourtant fait des apparitions régulières dans l’enseignement scolaire, pour répondre à ce qui apparaissait comme des besoins, mais de façon marginale, sous différents noms (éducation à la santé, enseignement civique, juridique et social, etc.) et dans des conditions aléatoires, sans personnels dûment désignés et sans lien avec les disciplines essentielles de l’emploi du temps.

Si la psychologie fut jadis enseignée par les professeurs de philosophie, elle ne l’est plus alors que les professeurs de psychologie de l’enseignement supérieur, regroupés dans une association, demandent que la psychologie fasse partie de la culture commune à la fin du lycée et puisse informer les lycéens par rapport à des projets d’études. Ils sont demandeurs de la réintroduction d’un enseignement (inclus autrefois dans celui de la philosophie) qui a disparu sans bruit. Mais ils observent aussi une popularité inquiétante des savoirs liés au « développement personnel », non issu d’une démarche scientifique.

Pour le droit en revanche, les professeurs d’enseignement supérieur sont peu demandeurs de l’introduction du droit au lycée, car leur tradition est de commencer en première année du supérieur sur un terrain vierge et d’organiser un enseignement fort sélectif en fin de première année .

Il en va de même pour la médecine, qui n’a pas de problème en tant qu’enseignement supérieur puisqu’elle recrute surtout en s’adressant à une élite du secondaire essentiellement sélectionnée par les mathématiques. Droit et médecine en revanche ne se posent pas de question, sinon de manière occasionnelle et marginale, sur leur place dans la culture commune des gens, qui, pour certains, n’ont pour se former au droit que les séries TV américaines.

D. Quelles questions de fond ?

Psychologie, droit et médecine
Ne peut-on identifier des domaines, des circonstances de la vie pour lesquels des apports de ces trois disciplines s’intégreraient à la culture générale scolaire ?

Droit : Est-il admissible de considérer que la connaissance de quelques principes du droit ne fait pas partie du bagage indispensable du citoyen ?

  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit public (si le droit constitutionnel est dans ses grandes lignes abordé en histoire, le droit administratif élémentaire (principes du service public et recours en excès de pouvoir comme garantie du citoyen) est ignoré ; mais aussi l’Etat de droit, avec connaissance de la hiérarchie des normes, de ce qu’est la loi à distinguer de la coutume et de la jurisprudence.
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit de l’entreprise et du travail.
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit privé, « le contrat fait la loi des parties ».
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit de l’éducation.
  • Problèmes de la vie trouvant réponse dans le droit international public, quelques repères.

Médecine : même interrogation autour de thèmes comme

  • L’entretien du capital santé.
  • La souffrance et la douleur, le handicap.
  • La Sécurité sociale et les mutuelles.
  • Médecin généraliste et spécialistes, les études de médecine, les paramédicaux.
  • Médicaments, vaccins, examens, chirurgie, médecines alternatives.
  • Lecture du panneau d’entrée d’un grand hôpital : connaissance du vocabulaire des spécialités.

Psychologie : les thèmes consisteraient à présenter les domaines d’application de la psychologie et quelques méthodes (observation, méthode expérimentale) à partir d’exemples pris dans différents secteurs : influence sociale, mémoire, attention, aspects du développement, etc.

Jalons : Histoire et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Ecole de la fracture ou Ecole de la culture ? Les savoirs au centre du débat (Paris, Grand Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

L’enseignement de l’histoire doit-il être d’abord celui de l’histoire nationale, afin de « fabriquer » des citoyens français, amoureux de leur pays, de ses héros, de ses hauts faits ? Ou doit-il être le lieu d’un apprentissage critique, non gallo-centré, visant à faire des élèves de futurs citoyens du monde critiques, engagés dans le politique à toutes les échelles, ouverts à la diversité des cultures ?

Les désaccords touchent aux finalités, entre une histoire scolaire guerrière et patriotique, et une histoire attentive à la pluralité des mémoires, sitôt disqualifiée par la première comme repentante.

B.  D’où viennent-ils ?

L’enseignement de l’histoire divise depuis toujours. La Restauration et le Second empire furent réticents à l’introduction de l’histoire nationale obligeant à évoquer la Révolution française, sujet sensible sous la Restauration, période où s’institue la discipline scolaire histoire-géographie (1818 : création de professeurs d’histoire- géographie). L’histoire sainte domine tout le XIXe siècle, même quand Duruy, contre les conservateurs, introduit un enseignement de l’histoire à côté de l’histoire sainte.

En confiant celle-ci aux jeudis du catéchisme, et en faisant de l’histoire de France l’instrument de la construction citoyenne républicaine, la IIIe République fait de la Révolution le point de rupture de l’histoire française, tout en se réappropriant l’histoire des rois. Ce schéma, souvent (et mal) appelé « roman national », tient, formellement, jusqu’aux années 1960. Mais dans les pratiques, trois tournants affectent ce récit national patriotique et républicain.

Le premier se situe après la Grande guerre : après la boucherie, le « désenchantement de l’école républicaine » (Loubes)  invalide le patriotisme des instituteurs des années 1900/1910. Le second à la Libération : Lucien Febvre l’exprime avec force. Au lieu de « l’histoire-bataille » et de l’histoire-évènementielle « enseignons l’histoire des nations dans le cadre, dans la perspective de cette histoire de l’humanité qui s’élabore révolutionnairement sous nos yeux ». Troisième rupture, la décolonisation. L’idée d’une France des Lumières fidèle aux principes de sa révolution, résistante, ennemie de la barbarie, s’effondre dans les consciences enseignantes, à cause de la guerre d’Algérie.

Symptomatiquement, les programmes officiels n’existent plus à l’élémentaire de 1968 à 1980, marquant une désaffection dans les pratiques scolaires les plus ordinaires. A partir de 1980, s’imposent les passés qui ne passent pas (déportation des juifs de France, Vichy, colonisation, esclavage, histoire de l’immigration…) et leurs répercussions pour la société française. Depuis la fin des années 1990, ces réévaluations révèlent le fort clivage entre deux types de récits, amoureux de la France ou critique et souvent à charge, avec, entre les deux, une multitude de positions qui méritent examen.

C.  Quelles conséquences ?

L’enseignement de l’histoire est inséparable des instrumentalisations politiques des débats sur la nation. Son importance éducative est révélée par sa présence à tous les degrés et à tous les examens de fin de cycle. De Seignobos (1907) à Borne (2000), sa mission consiste à « faire l’instruction politique des futurs citoyens” (1907) et à “construire des citoyens… [et à] continuer à faire des Français…” (2000). L’’Histoire demeure un instrument de socialisation politique, étroitement lié à la géographie et à l’instruction civique devenue EMC, dans un espace politique républicain de référence, qui ne peut plus être au XXIe siècle le seul Etat-nation impérial-colonial, malgré une pression politique exprimée par l’article 4 de la loi du 23 février 2005, abrogé par décret en 2006, selon lequel « le rôle positif de la présence française outre-mer » doit figurer dans les programmes scolaires.

Hors les travaux de didacticiens peu lus, la question du curriculum, réel, prescrit, ou hidden (caché), n’est pas présentée rigoureusement dans les débats publics. C’est un paradoxe d’avoir un objet social aussi couru à la réalité si peu connue. Si programmes et manuels scolaires révèlent un curriculum prescrit, la connaissance des pratiques effectives nécessite, compte tenu des glissements et recouvrements successifs de conceptions dans les programmes, de prendre en compte le rôle déterminant des acteurs que sont les professeurs et leurs élèves. 

D. Quelles questions de fond ?

  • Que retiennent les élèves d’un point de vue cognitif, éthique et/ou culturel ?
  • Quelle articulation entre savoirs savants et savoirs scolaires en Histoire ?
  • Quelles finalités pour cet enseignement au XXIe siècle, quand les cadres nationaux éclatent ou sont réinterrogés ?
  • Peut-on penser la formation des jeunes de France à une citoyenneté qui ne soit pas réduite à un héritage du passé ?
  • En interrogeant le binôme histoire-géographie, est-il possible d’imaginer d’autres associations disciplinaires, une autre hiérarchisation des savoirs  dans un nouveau curriculum ?