Archives quotidiennes :

Frise : France, la réforme de 1902

Depuis 1880, ont été privilégiées des formes pédagogiques nouvelles dans le secondaire : explication de textes, dissertation, version, méthode expérimentale.
En 1899, a eu lieu une large consultation sur les lycées et les collèges confiée à la Commission Ribot.
Un quart des réponses est favorable à ce qu’une scolarité « moderne » (basée sur les sciences et les langues vivantes) soit aussi longue que la scolarité classique (basée sur le latin) et à ce que le baccalauréat moderne donne les mêmes droits que le baccalauréat classique (NB : le baccalauréat est alors réservé aux seuls garçons).

Le 1er cycle (de la 6e à la 3e) englobe désormais la possibilité de 2 branches : une sans latin, l’autre avec latin (le grec est optionnel dans celle-ci à partir de la 4e).

Dans le second cycle, aux 3 sections classiques:

A : latin-grec

B : latin-langues vivantes

C : latin-sciences

s’ajoute une quatrième:

D : langues vivantes – sciences

Les libéraux, partisans du moderne, se sont affrontés aux conservateurs. Ceux-ci considèrent l’enseignement moderne comme un enseignement inférieur par essence. Ils obtiendront satisfaction 20 ans plus tard quand le ministre Léon Bérard décrètera un retour en arrière (réforme de 1923), ce qui montre bien l’importance des enjeux autour des questions de curriculum.

Frise : France XVIIIe-XIXe siècles

Retentissement tardif et partiel en France de la réforme allemande
Le paradigme pédagogique coménien apparaît plus tardivement, « il devient plus vif à mesure que la Révolution approche ».
(E. Durkheim, op.cit., p. 331)
On en note les effets
– chez Rousseau : « vivre est le métier que je lui veux apprendre », dit-il à propos d’Emile.
– chez Diderot : « substituer à l’étude des mots l’étude des choses ».

De multiples plans éducatifs voient le jour sous la Révolution sans efficacité particulière. Il faut néanmoins souligner l’importance du projet de Condorcet qui se traduit par la création des Écoles centrales (1795) destinées à remplacer les collèges d’Ancien Régime : toutes les disciplines scientifiques y prennent place selon un plan méthodique.

« La vieille unité de la classe se trouvait dissociée en une pluralité de cours parallèles »
(E. Durkheim, op.cit., p. 343)

Il se produit temporairement un renouvellement des cadres scolaires, des matières enseignées, des méthodes, mais l’échec final est lié aux circonstances politiques.

En 1802 sont créés, à la place des Ecoles centrales, les lycées « avec, aussi, de petites écoles secondaires, préparation au lycée, sous le nom de Collèges. L’organisation, les matières et les méthodes d’enseignement redevinrent ce qu’elles étaient sous l’Ancien Régime ».
(E. Durkheim, op.cit., p. 349)

On assiste à une centralisation extrême avec la création de l’« Université» napoléonienne  (1806) c’est-à-dire un corps unique « chargé exclusivement de l’éducation et de l’enseignement publics » s’étendant au territoire entier et embrassant toutes les formes d’activités scolaires.

L’histoire scolaire du XIXe siècle révèle une extraordinaire instabilité : 15 plans d’études se sont succédé.

« Les programmes sont dans un mouvement perpétuel ». En particulier les sciences « sont dans un perpétuel état de nomadisme », tantôt intégrées, tantôt reléguées.
(E. Durkheim, op.cit., pp. 352-353)

Deux conceptions des plans d’études s’affrontent dans les lycées et collèges au XIXe siècle (tradition versus modernisme) ce qui va particulièrement se cristalliser au début du XXe siècle dans la réforme de 1902.

Frise : France XVIe siècle et suivants

Cadre général de la contre-réforme
1534 : création de la corporation des Jésuites qui met fin au monopole de l’Université.
1561 : fondation du collège jésuite de Clermont (actuel Louis-Le-Grand), multiplication des collèges jésuites (enseignement gratuit, prix de pension modique) concurrents des autres collèges.
1599 : mise au point par les jésuites de la « ratio studiorum » consistant en 6 classes de studia inferiora (de la 6e à la Rhétorique).

Ces classes reposent essentiellement sur l’enseignement des Belles lettres sur la base des langues et littératures grecque et latine (pas de français).

Les pratiques scolaires dominantes sont : lectures expliquées, devoirs écrits, éloquence culminant dans la classe de Rhétorique (tous traits qui vont marquer durablement le développement de l’enseignement secondaire français).

Dans ces collèges jésuites, l’orientation pédagogique principale est à l’opposé de ce qui a été relevé pour l’Allemagne (voir ci-avant) : le milieu scolaire doit rester étranger au siècle et le présent est tenu en suspicion.

Succès des Jésuites 

« La culture que donnaient les Jésuites était extraordinairement intensive et forcée. On sent comme un immense effort pour porter presque violemment les esprits à une sorte de précocité artificielle et apparente. »
(E. Durkheim, op.cit., p. 295)

Des faits matériels inspirent confiance aux familles, expliquant « la faveur que leurs collèges [ceux des Jésuites] conquirent si vite auprès de l’opinion […]. »
(E. Durkheim, op.cit., p. 296)

On peut parler ici d’un « enveloppement continu » de l’élève par le système d’enseignement jésuite combiné à une pratique exacerbée de l’émulation.

Frise : Allemagne XVIIe siècle, contexte de la Réforme luthérienne

Changement de paradigme pédagogique sous l’influence déterminante de Comenius (1592-1670)
Il ne s’agit pas seulement de former des chrétiens mais également des citoyens « en état de remplir utilement la fonction qui leur incomberait un jour dans la société ».
(E. Durkheim, op.cit., p. 326)
« Nécessité d’ajouter, de juxtaposer une culture temporelle qui préparât [l’élève] davantage à la vie réelle ». D’où l’insistance sur le contact avec la réalité, notamment la nature. Les sciences de la nature prennent un intérêt pédagogique refusé jusque-là.
« le livre, le texte doivent s’effacer devant la chose, devant la réalité ».
(E. Durkheim, op.cit., p.328)

Selon cette nouvelle orientation il convient aussi d’enseigner : 

  • la langue nationale et des langues vivantes
  • toutes les sciences sans exception

Se fait jour l’idée d’un encyclopédisme scientifique, ce qui fait dire au philosophe Leibniz : « les sciences du réel, toutes ou presque toutes, viennent d’Allemagne ».

Au milieu du XVIIIe siècle sont fondées en Allemagne les premières Realschulen, « […] premières écoles secondaires où l’enseignement des réalités, des choses et des sciences prît la place de l’enseignement purement littéraire qui avait été en honneur jusque-là ».
« Chez nous [en France] ce mouvement […] a commencé beaucoup plus tard. La France a été sous ce rapport d’un siècle en retard sur l’Allemagne ».
(E. Durkheim, op.cit., p.330)

En effet, en France, aux XVIe-XVIIe siècles, avec l’importance prise par les Jésuites, c’est une autre orientation qui a prévalu.

Frise : France XVe-XVIe siècles

Les maîtres se déplacent désormais vers les collèges pour enseigner (au lieu du mouvement inverse précédemment, où les étudiants se rendaient auprès des maîtres).
Les collèges deviennent le cadre unique de l’Université.

Naissance de « collèges de plein exercice » comprenant :
logement + vivres + enseignement

Le système de l’internat s’impose en France à la différence d’autres pays qui « ne ressentaient pas un égal besoin d’ordre logique et systématique ».
(E. Durkheim, op.cit.,  p. 144)

Avec l’internat il s’agit d’enfermer la vie dans des cadres impersonnels.
(E. Durkheim, op.cit., pp. 143-145)

La « passion » française « pour la réglementation uniforme », qu’incarne le régime de l’internat des collèges, est mise en relation avec l’existence d’un pouvoir monarchique central de plus en plus fort.
(E. Durkheim, op.cit., p. 142)

Perte progressive d’influence de l’Université au profit des collèges jésuites : « Il y avait dans l’allure générale de l’enseignement universitaire quelque chose de moins hâtif, de moins pressant, de moins vertigineux » que chez les Jésuites (voir ci-après).
(E. Durkheim, op.cit., p. 295.)

Frise : France XIIIe-XIVe siècles

Fondation d’hospitia = logements pour étudiants 

  • Hospitia pour étudiants aisés             
  • Hospitia pour boursiers                        

Collège de Navarre, premier grand collège de Paris

Collège de Harcourt, ouvert en 1311 

 Initialement ce sont des lieux d’hébergement dirigés par un “proviseur”

« […] fondation […] de pensionnats, de pédagogies, de collèges qui servent d’abri moral à la jeunesse studieuse ; institution de grades qui jalonnent la vie scolaire et en marquent les étapes ; institution d’examens qui défendent l’accès de ces grades ; institution enfin de plans d’études qui fixent à l’étudiant les connaissances qu’il doit acquérir pendant chacune de ces phases, et aux maîtres les matières qu’il doit enseigner »
(E. Durkheim, op. cit., p.189)

Frise : Europe, France XII-XIIIe siècles

Vers 1150-1180, débuts de la fondation des Universités, spécialement l’Université de Paris :
– Corporations, associations de maîtres et d’étudiants « sans racines dans le sol »
– Étudiants « pêle-mêle d’âges » (de 12 à 20 ans et plus)

Cursus Faculté des Arts

Trivium

  • Grammaire
  • Rhétorique
  • Logique

 Quadrivium 

  • Musique
  • Géométrie
  • Arithmétique
  • Astronomie

« […] correspondait à ce que nous appelons enseignement secondaire. »
(E. Durkheim, L’évolution pédagogique en France, PUF, p. 124)

Cet enseignement de la faculté des Arts (ancêtre de notre secondaire) était propédeutique aux Facultés de 

  • Médecine
  • Droit
  • Théologie



= Enseignement supérieur

« […] Les programmes d’études, qui apparaissent dès le commencement du XIIIe siècle et qui édictent les connaissances que doivent posséder les candidats aux grades, fixent non des listes de problèmes mais des listes d’ouvrages. […] Voilà pourquoi faire un cours, suivre un cours se disait au Moyen Age : lire un livre…, écouter un livre. »
(E. Durkheim, op.cit., pp. 155-156)