Archives quotidiennes :

Jalons : Ressources pour le curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

Les ressources scolaires, produites par les professeurs pour leur usage en classe et publiées par les éditeurs scolaires à leur intention sont en lien avec les programmes scolaires. Les ressources dites documentaires, produites à l’extérieur de l’école par toutes sortes d’acteurs, sont mises à la disposition des professeurs et des élèves dans les bibliothèques scolaires, mais aussi accessibles à l’extérieur et à distance dans de nombreuses institutions scientifiques et culturelles (médiathèques, centres, musées, etc.) et sur des sites à la fiabilité variable.

Chaque composante est en débat : certains réclament un contrôle strict par les pouvoirs publics des ressources pédagogiques utilisées par les professeurs quand d’autres veulent que les enseignants conservent la libre production et sélection de leurs ressources en tant que professionnels formés ; certains doutent de l’intérêt d’intégrer dans les pratiques d’enseignement le travail documentaire facteur de dispersion, quand d’autres y voient le moyen d’une pédagogie efficace de la découverte et de l’enquête, voire, grâce au numérique, celui de renouveler les pratiques scolaires.

B.  D’où viennent-ils ?

Au XIXe siècle, très étroitement surveillés sous l’Empire et la Restauration, les supports d’apprentissages passent avec Jules Ferry du contrôle a priori à la liberté d’édition des manuels scolaires et à la liberté pédagogique des professeurs. Au milieu du XXe siècle, « le rôle de la documentation dans l’enseignement » s’affirme, accordant au travail sur document un rôle majeur dans la formation de la pensée. Création des Bibliothèques centres documentaires (BCD) au primaire en 1984 et des Centres de documentation et d’information (CDI) au secondaire à partir de 1974.

L’émergence des médias numériques et des réseaux sociaux a conduit à faire de l’éducation aux médias et à l’information (EMI) une obligation éducative pour les collégiens (loi de 2013).

C.  Quelles conséquences ?

La révolution numérique soulève de multiples enjeux.

Editoriaux et commerciaux : les productions numériques prennent une place croissante chez les éditeurs publics et privés,  l’autoédition est à la portée de tous et la diffusion des contenus passe par des canaux numériques plus que par les libraires.

Technologiques et politiques : les instruments de travail numériques reposent tout autant, comme on l’a vu lors de la crise sanitaire de 2020, sur les outils des majors du numérique (GAFAM) que sur ceux mis en œuvre par le service public, ce qui compromet autonomie professionnelle et sauvegarde des données personnelles. Les fortes disparités d’équipement dans les familles et les établissements contreviennent également au principe d’égalité d’accès aux ressources d’enseignement.

Pédagogiques : d’une part, l’essor des ressources numériques est l’occasion de repenser espaces et temps d’apprentissage. D’autre part, le développement du travail à partir de ressources documentaires variées nécessite que les élèves soient capables d’identifier et d’évaluer, en faisant preuve d’esprit critique, les sources d’informations. Les “méthodes et outils pour apprendre“ sont plus que jamais un apprentissage essentiel (socle commun).

Civiques : la formation des élèves à « une première connaissance critique de l’environnement informationnel et documentaire du XXIe siècle ; une maitrise progressive de sa démarche d’information, de documentation ; un accès à un usage sûr, légal et éthique des possibilités de publication et de diffusion » est l’objectif de l’EMI, souvent laissé de côté.

D. Quelles questions de fond ?

  • Faut-il former tous les professeurs à la culture documentaire et aux littératies numériques et repenser le rôle des professeurs documentalistes ? Comment envisager la formation initiale ?
  • L’EMI s’exerce-t-elle au sein des disciplines scolaires existantes ou faut-il créer une discipline scolaire supplémentaire ?
  • Choisit-on de penser la formation de tous les élèves de 3 à 18 ans en termes de compétences et de culture numériques ou de confier au hasard de leur scolarité et de leurs apprentissages non formels et informels cette dimension de leur formation ?
  • Est-il réaliste d’envisager chaque professeur comme auteur et auto-éditeur, et chaque élève comme auteur et auto-éditeur en formation, en encourageant les pratiques collaboratives ? Selon quels principes d’autonomie et de régulation quant aux contenus produits ? La liberté pédagogique est-elle de fait individuelle ou collective, et s’inscrit-elle dans une politique de ressources d’établissement ?
  • Les rôles des éditeurs privés, publics, associatifs doivent-ils être repensés ? Devraient-ils être sujet à une instance d’homologation, laquelle, selon quels principes et comment ?
  • Quelle formation des enseignants aux « outils pour apprendre » dans toute leur diversité ?
  • Quel impact les ressources numériques ont-elles sur la conception des espaces, des aménagements et des temps scolaires ?

Jalons : Savoirs du monde et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de « jalon » pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite « curriculaire », c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Désordre dans les savoirs scolaires : interpellation du curriculum français (Paris, Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

Les uns estiment qu’on demande sans cesse à l’école d’élargir le spectre de ses missions, alors qu’elle a déjà du mal à assurer ses missions essentielles et notamment les « fondamentaux » que sont les langages naturels et scientifiques, pourquoi lui demander encore d’assumer l’éducation à une multitude de sujets de société qui vont des médias au développement durable en passant par les devoirs de mémoire ou la santé et la sexualité ?

Pour d’autres l’école française a hérité du modèle conventuel une tendance à former l’esprit loin du monde et de ses tentations, soit par la pratique des langues anciennes autrefois, soit par la préséance des mathématiques abstraites aujourd’hui. Les savoirs pratiques comme les savoirs du corps, des sens, des affects ou les compétences relationnelles ont toujours été placés au dernier rang de la hiérarchie scolaire, voire ont été oubliés. Les qualités personnelles et processus cognitifs pour apprendre et pour vivre sont toujours sous-entendus mais jamais enseignés. Cette tendance renforce les inégalités, en renvoyant à la famille quantité d’apprentissages nécessaires, et démotive beaucoup d’élèves pour qui les savoirs scolaires ne paraissent pas avoir d’usage sensible ni de lien avec les savoirs acquis ailleurs. C’est un facteur puissant de décrochage. Il faut donc ouvrir l’école sur le monde et repenser le curriculum en ce sens.

B.  D’où viennent-ils ?

La critique d’une école loin de la vie et loin du monde est très ancienne. Montaigne et Rousseau à sa suite en ont fait un axe essentiel de leurs réflexions sur l’éducation. « Vivre est le métier que je veux lui apprendre » dit Rousseau. Critique reprise au XXe siècle par le plan Langevin-Wallon : « Cette inadaptation de l’enseignement à l’état présent de la société a pour signe visible l’absence ou l’insuffisance des contacts entre l’école à tous les degrés et la vie. Les études (…) sont trop souvent en marge du réel. L’école semble un milieu clos, imperméable aux expériences du monde. Le divorce entre l’enseignement scolaire et la vie s’accentue par la permanence de nos institutions scolaires au sein d’une société en voie d’évolution accélérée ». Les auteurs en déduisaient deux axes d’action : promouvoir des pédagogies nouvelles fondées sur les sciences de l’éducation et donner une place importante à la formation d’un citoyen en accordant « une importance suffisante à l’explication objective et scientifique des faits économiques et sociaux, à la culture méthodique de l’esprit critique, à l’apprentissage actif de l’énergie, de la liberté, de la responsabilité ».

Ces idées ont été maintes fois reprises depuis, par la critique d’un enseignement qui entretient le préjugé d’une hiérarchie entre les tâches et les professions, critique qui plaide pour « la reconnaissance de l’égale dignité de toutes les tâches sociales, la haute valeur matérielle et morale des activités manuelles, de l’intelligence pratique, de la valeur technique« . Si l’on peut considérer que, dans le premier degré, l’organisation scolaire et la nécessité de partir de l’expérience concrète des élèves facilitent les mises en relation avec les savoirs du monde à travers les savoirs scolaires, l’enquête menée en 1997-98 auprès des lycéens faisait ressortir de fortes demandes d’enseignement des savoirs et techniques du quotidien.

C.  Quelles conséquences ?

Aujourd’hui de nombreux systèmes éducatifs tentent d’intégrer dans leur curriculum le rapprochement de l’école et de la vie selon 4 axes essentiellement :

  1. bâtir des curricula de compétences valorisant les démarches inductives ;
  2. introduire des savoirs du quotidien pour enrichir les aspects éducatifs en répondant à des demandes sociales fortes (type « éducation à… ») ;
  3. valoriser l’ouverture aux cultures différentes et à leur métissage ;
  4. introduire des compétences de vie (life skills) de nature psychosociale, transversales et transférables.

De son côté, Edgar Morin relativise la possibilité d’éduquer à la vie : il en appelle à la généralisation d’une attitude réflexive sur la connaissance. Philippe Perrenoud critique une introduction des compétences qui créent l’illusion d’une ouverture sur le monde alors qu’elle lui semble plus émaner des disciplines constituées que d’enquêtes sur les besoins de savoirs venant des sociétés.

D. Quelles questions de fond ?

  • Faut-il préserver une certaine distance entre les savoirs scolaires et les savoirs et technologies du quotidien ?
  • Les apprentissages disciplinaires sont-ils compatibles avec l’acquisition de compétences de vie ? Peut-on objectiver, didactiser et évaluer ces compétences ?
  • L’ouverture aux savoirs du monde est-elle possible sans sacrifier une part du patrimoine national ?
  • Quels sont ces savoirs que l’école ne juge ni assez dignes, ni indispensables à une culture générale ?
  • L’accès à une vraie citoyenneté est-il possible sans une connaissance instruite de la protection sociale, du système fiscal, de la police et de la justice, des relations de l’individu aux institutions et aux administrations, etc. ?