Archives de catégorie : Actualités

Ensemble d’informations d’actualité sur la problématique du curriculum : événements, débats, colloques, etc.

Lettre ouverte aux candidats aux élections de 2022 sur ce que l’École doit enseigner aux élèves

1. UNE ÉCOLE AUX SAVOIRS SOCIALEMENT SÉLECTIFS

L’École française n’est pas une école de la promotion de tous par le savoir. Elle est une école des inégalités et de la sélection sociale, faute d’avoir vraiment pensé les savoirs qu’elle enseigne et la manière de les enseigner. A chaque étape de l’élargissement de l’accès aux études secondaires et supérieures, le rendez vous d’une réévaluation et d’une réorganisation des contenus enseignés a été manqué.

L’École française, parce qu’elle ne croit pas vraiment que tous les enfants peuvent apprendre, pense résoudre cette fatalité en définissant par anticipation ce que les uns et les autres doivent apprendre. Elle assigne ainsi des élèves à certains savoirs et d’autres à des absences de savoirs, renforçant ainsi les déterminismes sociaux. Elle est restée sur une logique de sélection par la nature même des savoirs enseignés plutôt que de rechercher ce dont tous les élèves ont besoin. Toutes les évaluations nationales et internationales montrent ce défaut majeur, aussi catastrophique pour les enfants des milieux populaires que pour le vivier trop étroit où se recrutent les élites.

2. NOTRE ÉCOLE FACE À DE NOUVEAUX DÉFIS

Notre École est aujourd’hui au pied du mur. Confrontée aux défis culturels, climatiques, éthiques, scientifiques du 21e siècle, elle est sommée quotidiennement de répondre à tous les grands problèmes de nos sociétés en pleine mutation sans que personne ne s’interroge sur ce qui doit et peut vraiment relever du scolaire.

L’École n’est plus le « sanctuaire » qu’elle a été pour des élèves triés sur le volet et c’est tant mieux. Elle doit en effet accueillir des enfants et des jeunes issus de tous les milieux, dont certains, très pauvres et vivant dans des conditions très difficiles, importent à l’École une bonne partie de leurs problèmes ; la révolution numérique produit des effets considérables sur les enfants et les jeunes à l’ École, dans la cité et dans la cellule familiale… Les familles pour leur part ont évolué dans leur composition, dans la prise en charge de l’éducation. La flexibilité accrue du travail est souvent incompatible avec l’accompagnement scolaire auquel elles sont appelées. Le système scolaire, comme les familles, sont confrontés à de nouveaux défis éducatifs dont il n’est tenu aucun compte, ni dans le dialogue École/familles ni dans la définition des missions de l’École et des contenus de savoirs, de capacités et de compétences. Ceux-ci sont choisis voire imposés par des autorités (notamment politiques) qui pensent le plus souvent à court terme. La formation actuelle des enseignants les prépare peu à comprendre ce que les savoirs scolaires font aux élèves et ce que les élèves font pour les acquérir.

3. SORTIR DES IMPASSES ET DES PIÈGES DES FAUX DÉBATS

3.1 Le respect des citoyens impose d’écarter les fausses solutions : l’énième réforme de structure qui ne touche à rien de l’essentiel, la restauration de l’École d’avant (rétablir l’examen d’entrée en 6e…). Le retour nostalgique aux pratiques du passé n’est d’aucun secours pour répondre aux défis éducatifs.

3.2 Le respect des citoyens impose de sortir des fausses oppositions qui structurent un débat indigent : « les républicains » opposés aux « pédagogues », l’instruction opposée à l’éducation, les «scientifiques» opposés aux « littéraires », les « disciplines fondamentales » opposées aux autres, etc.

3.3 Le respect des citoyens impose de renoncer aux mythologies éculées de « la méritocratie républicaine » et de ses exceptions censées consoler d‘une École fondamentalement injuste, d’« une égalité des chances » qui n’est pas la même pour chacune et chacun.

4. ENTRER DANS L’ÉCOLE DE L’ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

Il s’agit de préparer sans attendre l’École de demain, non en reconduisant l’existant mais en élargissant les horizons, en inventoriant les besoins d’éducation, de culture et de compétence, en s’inscrivant dans un long terme, non assujetti au calendrier politique.

Il s’agira d’éviter deux écueils : l’utilitarisme qui considère l’École comme préparant à l’employabilité future en distinguant, par la distribution inégalitaire des savoirs qui leur sont destinés, l’élite dirigeante et les travailleurs peu ou pas qualifiés ; l’idéalisme qui fait de l’École un sanctuaire détenteur d’une culture scolaire détachée de toute référence explicite aux évolutions comme aux défis qu’implique la compréhension d’un monde de plus en plus complexe.

5. FONDER UNE POLITIQUE DES SAVOIRS

5.1 – Il est urgent de définir

  • ce que notre société estime indispensable d’apprendre à l’École, à partir de finalités qui seront d’abord à expliciter ;
  • les savoirs et leurs mises en œuvre pédagogique et didactique capables de susciter l’intérêt et l’engagement des élèves à court et à long terme ;
  • les organisations disciplinaires et interdisciplinaires des enseignements ;
  • des temps et des espaces scolaires formateurs de futurs citoyens ;
  • la formation et les recrutements d’enseignants concepteurs de cette fonction majeure pour la société ;
  • les modalités d’affectation, d’évaluation et de certification des élèves.

5.2 – On ira ainsi vers un nouvel État éducateur

  • garant effectif d’un curriculum assurant l’accès à la culture pour tous,
  • prenant en compte les réalités locales, territoriales, nationales, internationales pour faire entrer tous les élèves dans la culture de l’humanité, dont la culture nationale n’est qu’une partie,
  • respectueux du travail et des décisions collectives au sein des écoles et des établissements.

5.3 – Sont concernés par cette politique : État (ministères, État déconcentré), Parlement, collectivités territoriales et locales, organisations professionnelles et syndicales, structures représentatives du monde économique, fédérations de parents d’élèves, réseaux d’éducation populaire, mouvements de jeunesse, tous les personnels du monde scolaire, les familles, tous les citoyens…

mars 2022


Candidates et candidats à l’élection présidentielle, le CICUR vous interpelle et vous demande

  • de vous engager à rompre avec la pratique, à chaque changement de majorité ou de ministre, des bouleversements des programmes scolaires qui ne transforment rien sur le fond,
  • de vous engager à créer les conditions pour penser et mettre en œuvre le contenu d’une scolarité émancipatrice sur le temps d’une scolarité complète,
  • de vous engager à ouvrir, dans les 100 jours suivant l’élection, une grande consultation démocratique sur ce que l’École doit enseigner aux élèves pour les préparer aux défis du 21e siècle.

Ce débat sera piloté par une instance indépendante qui devra en transmettre les conclusions au gouvernement et au parlement. Il sera suivi d’un référendum destiné à inscrire dans un bloc de constitutionalité les finalités de notre École et de notre politique des savoirs, puis traduit en dispositions législatives et réglementaires.


Futures candidates et candidats aux élections législatives, le CICUR vous interpelle et vous demande

  • de vous engager à organiser dans vos circonscriptions des consultations démocratiques sur ce que l’ École doit enseigner aux élèves pour les préparer aux défis du 21e siècle,
  • de vous engager à déposer une proposition de loi permettant d’ouvrir le débat à l’Assemblée nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs et promouvant la nécessité d’une grande consultation nationale sur les finalités de l’École et la politique des savoirs, finalités et politique indépendantes du calendrier électoral, inscrites dans la Constitution.

Bienvenue sur le blog du CICUR

Sommaire
À la une...
A vos agendas
Rétrospective
Programme d’activité du CICUR depuis 2021

À la une...

Nouvelle parution du CICUR
sous l’égide du CUIP

Disponible en version numérique (4,99€) depuis le 18 avril sur toutes les plateformes.
Disponible en version papier (114 pages, 13,90€) depuis le 17 mai sur le site de Librinova et à partir de fin juin dans toutes les librairies et e-librairies.

Communiqué de presse

Quand extrême droite et gouvernement prônent pour l’école un retour au passé imaginaire et que les « progressistes » peinent à s’affranchir du modèle élitiste de l’école existante, ce livre propose de penser pour le collège non un « choc des savoirs » réactionnaire, mais une scolarité commune à tous pour faire société, où les élèves se forment à l’ensemble des savoirs nécessaires aujourd’hui et à la démocratie. 

Le livre

Pourquoi un Manifeste pour le collège ? Depuis cinquante ans, les gouvernants ont voulu « réformer » le collège et tous ont échoué à le faire faute de poser les vrais termes de sa démocratisation. Ils pensent même aujourd’hui lui appliquer de vieilles recettes qui vont renforcer son caractère ségrégatif et accroître ses fractures. À l’opposé de ces politiques, les auteurs proposent un nouveau cadre qu’ils soumettent au débat public.

Partant du fait que le collège est, durant quatre ans, l’école au cœur de la scolarité de tous les enfants, ils argumentent en faveur d’une nouvelle vision d’un collège à inventer, un collège qui soit le lieu d’une scolarisation épanouissante pour toute une génération au sein d’une même institution publique. Pour y parvenir, il est nécessaire de s’émanciper des modèles hérités du passé qui compriment en d’étroites frontières les possibilités d’action des enseignants comme des élèves.

Il ne s’agit pas seulement d’agir contre ce qui fait que le collège contribue plus à la sélection sociale qu’à l’ancrage d’une culture commune. Il s’agit aussi de questionner tous les savoirs qui sont traditionnellement ceux du collège, leur fondement et leur organisation. Il s’agit aussi, en élargissant la réflexion, de s’interroger sur un collège qui, dans le cadre de l’Etat, devrait être bien davantage relié à son environnement et à son territoire, et devrait être, pour les jeunes comme pour les adultes qui les encadrent, cette école active de démocratie dont la société a le plus grand besoin.

Les auteurs

Roger-François Gauthier est l’auteur de plusieurs ouvrages concernant l’éducation, en France et ailleurs. Ayant été en France inspecteur général de l’Éducation nationale, mais aussi consultant à l’UNESCO, professeur associé à Paris-Descartes et invité de nombreuses universités et gouvernements étrangers, il est spécialiste de comparaison internationale en matière de contenus d’enseignement. Jean-Pierre Véran, responsable de l’actualité internationale à la Revue internationale d’éducation de Sèvres, est membre professionnel du laboratoire bonheurs (CY Cergy-Paris Université). Ses interventions dans le débat éducatif portent notamment sur le temps et les espaces scolaires, l’éducation aux médias et à l’information, et sur la gouvernance des organisations éducatives. Leurs réflexions émanent d’un travail conduit au sein du Collectif d’interpellation du curriculum (CICUR), dont ils sont parmi les membres fondateurs, sous l’égide du Comité universitaire d’information pédagogique (CUIP).

L’éditeur Le Comité universitaire d’information pédagogique (CUIP) est une association loi 1901 qui a pour objet de participer au débat public sur les questions de pédagogie, d’éducation et de formation. À ce titre, le CUIP élabore, recueille et contribue à la diffusion de documents et d’informations relatifs à ces domaines. L’association s’inscrit dans la continuité des idéaux définis en 1949 par ses fondateurs, Louis Cros et Gustave Monod, fervents promoteurs de la démocratisation scolaire et des pédagogies nouvelles. Avec ce Manifeste, le CUIP renoue avec sa tradition éditoriale, brillamment illustrée par l’ouvrage de référence de Louis Cros L’Explosion scolaire, paru au CUIP en 1961, qui préfigurait la massification scolaire de l’après-guerre

Actualités

A paraître

Denis Paget Ce que l’école devrait apprendre à tous. Se connaître, S’ouvrir, Se relier Editions du Croquant, en librairie en août 2024.

Denis Paget a enseigné pendant plus de 40 ans. Il a assumé en parallèle diverses fonctions au sein du SNES-FSU comme responsable des contenus d’enseignement et de la pédagogie et a
écrit plusieurs ouvrages sur ce que l’école française enseigne et/ou devrait enseigner.
Il a été membre du Conseil Supérieur des Programmes au ministère de l’Éducation Nationale de 2013 à 2018 et a assuré des missions de coopération à France Éducation International.

Présentation de l’éditeur Partant de son expérience d’enseignant, de syndicaliste, d’expert, l’ auteur revient sur l’histoire récente de notre système éducatif. Il formule des critiques de notre école et propose de nouvelles voies pour qu’elle s’ouvre enfin à la prise en considération de tous les élèves qui ne se retrouvent pas dans les contenus qu’on leur enseigne. Il propose des pistes pour que notre école tienne compte des bouleversements de la société française et du monde. Il aborde
la nécessité de mener un travail sur les finalités éducatives, sur la sélection des savoirs et sur l’exigence d’une éducation plus attentive aux processus de formation de la personne. Devant
l’ ampleur des problèmes que nous devons affronter, l’école ne peut se contenter d’enseigner ce qu’elle enseigne depuis un siècle. Ces analyses et propositions se résument dans le titre :
se connaître répond au processus d’individuation qui permet à la personne de grandir en comprenant qu’elle n’est rien sans les autres et donc sans construire en chaque jeune un processus inséparable de socialisation qui s’incarne dans l’ouverture aux autres et au monde. S’ouvrir et se relier, c’est répondre aux défis nouveaux qui inquiètent les jeunes générations à juste titre : l’état de la nature, de la planète Terre, le retour des nationalismes qui engendrent la guerre, les défis d’un développement moins fondé sur l’exploitation de la planète et des hommes.

Laïcité : sagesse ou dogmatisme ?

Dans un billet du 1er mai 2024 sur son blog, Jean-Pierre Véran commente l’éviction d’Alain Policar par la ministre Belloubet du Conseil des sages de la laïcité : “On pensait que l’école française était celle du débat argumenté, de la reconnaissance de la divergence, du dissensus et du respect du pluralisme comme fondateurs de la démocratie. On trouvait donc qu’il était sage, de la part du ministre Pap Ndiaye, de nommer au Conseil des sages de la laïcité et des valeurs de la République le sociologue et politologue, chercheur associé au Cevipof, Alain Policar. A quoi bon en effet un conseil des sages si sur la laïcité prévaut une définition officielle qui s’impose à toutes et tous, interdisant tout débat, toute réflexion non conforme au dogme officiel ? Un conseil n’est-il pas, par nature, le lieu d’un débat d’idées ? Eh bien, ce que Pap Ndiaye avait fait en avril 2023, Nicole Belloubet vient de le défaire un an plus tard, en démettant AlainPolicar du Conseil des sages. […] Appliquer à un membre d’un conseil d’experts des décisions qui ne peuvent concerner que des fonctionnaires d’autorité dans l’exercice de leur fonction, voilà qui donne un signal d’une conception illibérale de la démocratie, où la doctrine officielle prend le pas sur le débat argumenté.

Violences en milieu scolaire

Dans un billet du 8 avril 2024 sur son blog, Jean-Pierre Véran s’interroge sur la place de l’éducation dans nos collèges en réaction aux violences qui marquent l’actualité récente : “De quoi se préoccupe-t-on quand on pense « éducation » dans l’école française ? On pense immédiatement à des cours, des enseignements, comme l’enseignement moral et civique ou les fameux « cours d’empathie » annoncés par un ex-ministre devenu premier ministre. On pense à des mesures qui apparaissent régulièrement dans les programmes présidentiels, notamment du côte de la droite et de l’extrême droite : port de l’uniforme, redoublement, renforcement des mesures disciplinaires d’exclusion, apprentissage de La Marseillaise, équipe mobile de sécurité nationale… A aucun moment, on ne se questionne sur ce que Paul Langevin considérait comme fondamental : « L’école fait faire à l’enfant l’apprentissage de la vie sociale et, singulièrement, de la vie démocratique […] non par les cours et les discours, mais par la vie et l’expérience. »

Formation des enseignants

Dans une tribune au Monde de l’éducation du 2 avril 2024 (accès réservé) intitulé Formation des enseignants : « Les propositions de réforme empruntent une voie opposée à l’idée d’une autonomie professionnelle », Patrick Rayou et André Robert commentent le projet émanant d’un groupe de travail du Conseil scientifique de l’Education nationale.

En matière d’enseignement, ayant réduit les apprentissages à la réalisation de tâches parcellisées, le texte ne peut voir dans l’acte d’enseignement qu’une simple technologie proposant des méthodes détachées des savoirs et des exercices. Il recourt à une panoplie de moyens supposés renforcer l’efficacité pédagogique (sur le modèle des kits tels que ceux proposés aux enseignants britanniques par l’Education Endowment Foundation). La formation à l’évaluation consiste essentiellement à rendre l’enseignant capable de traiter les résultats obtenus par les élèves. Adoptant sans recul les préconisations de cette méthode dite d’instruction directe, ce projet constitue, de fait, une négation de la professionnalité enseignante.

“Ecoles normales du XXIe siècle”

Dans une tribune du Café pédagogique du 28 mars 2024, Jean-Pierre Véran analyse le projet gouvernemental de transformation des Inspé en ENSP. Il passe en revue les différents changements et conclut :

Si l’on perçoit dans cette transformation une tentative de faire face à la crise profonde du recrutement et d’économiser une année de formation avant l’entrée dans le métier, on perçoit surtout dans ces « nouvelles » écoles normales, la volonté du ministère de reprendre le contrôle par de la formation et du recrutement des professeurs, et d’appliquer aux contenus de la formation un modèle daté des savoirs nécessaires à cette formation. On est plus sur le modèle de l’instruction publique que sur celui de l’éducation nationale. Le ministère a changé de nom en 1932. Quatre-vingt-douze ans plus tard, la démangeaison de l’instruction publique se manifeste à nouveau, à rebours des besoins éducatifs colossaux du 21e siècle. Avec les écoles normales supérieures du professorat, le gouvernement entre dans l’avenir à reculons.

Séparatisme

Dans une tribune parue dans Le Monde du 12 mars 2024 (accès réservé), Roger-François Gauthier met en évidence que « le vocabulaire et les réalités profondes de l’école sont saturés de séparatismes qui passent inaperçus ». Il analyse les différents blocs séparés qui structurent notre imaginaire éducatif, le séparatisme, selon lui, ne se réduisant pas à la non mixité des publics d’élèves selon leur origine sociale et résidentielle.

Harcèlement scolaire

Jean-Pierre Véran analyse sur son blog cette question mise sur le devant de la scène par la nouvelle ministre : Harcèlement scolaire : ne laisser rien dans l’ombre.

Extraits : “Faire de la lutte contre le harcèlement une priorité éducative va de soi. Mais remettre en question la violence pédagogique systémique de notre organisation scolaire en faisant vivre la démocratie scolaire au lieu de la considérer comme un artifice inutile, est nécessaire pour ne pas renforcer les vulnérabilités des élèves. […] Questionner chaque année les élèves sur le harcèlement est une excellente chose. Se questionner chaque année sur ce qu’on fait pour faire reculer la violence pédagogique ordinaire de notre organisation scolaire l’est également. Donner des cours d’empathie est sans doute utile. Pratiquer l’empathie dans le quotidien de l’établissement scolaire et de la classe l’est au moins tout autant.

Collège

Jean-Pierre Véran commente sur son blog l’avis du Conseil supérieur des programmes sur le collège en date du 31 janvier 2024 : Contre-réforme du Collège : le renfort du Conseil supérieur des programmes.

Extrait : “Rien ne manque donc dans cet avis : des parcours séparés à l’exclusion de cours et de l’établissement, le Collège est bien pensé comme la grande gare de triage ou l’ordre règne : l’objectif n’est pas de former une génération entière avec des objectifs de culture commune partagée pour faire société ensemble, mais de séparer dès l’entrée en 6e les élèves pour destiner les uns à la réussite académique et les autres à l’exclusion de cette perspective, l’excellence de la voie professionnelle n’étant que le faux nez de la ségrégation scolaire.

Et aussi sur le Café pédagogique.

Comparaisons internationales

Nouvelle contribution Ecosse : la réforme du Curriculum of Excellence, un exemple d’approche curriculaire par Fiona Pate

Et toujours l’article de Luisa Lombardi : En quoi la comparaison internationale peut-elle être utile à comprendre les savoirs scolaires français ?

Interventions dans les médias

Dans AOC du 13 février 2024 (accès réservé), dans le contexte d’un remplacement précipité de ministre, Philippe Champy revient aux sources du profond mécontentement des personnels de l’Education nationale et pose la question Enseignants : ne leur manque-t-il que des tracteurs ?

Le 10 février 2024, Patrick Rayou répond aux questions de Julien Pain dans l’émission de France 2 “Vrai ou faux ?” dans le dossier “Désintox” qui passe en revue les infox touchant à l’école, notamment les dernières annonces gouvernementales sur la taille des classes (à partir de 28:30).

Dans AOC du 26 janvier 2024 (accès réservé), Roger-François Gauthier s’interroge Réarmer l’école ? Mais de quelle guerre parlons-nous ?

Extrait : “Alors que le président Emmanuel Macron ne cesse d’appeler à « réarmer » l’école, ce slogan apparaît comme la poursuite de l’armement d’une certaine conception de l’école, pour effacer l’idéal d’une école commune et pour en faire un jeu aberrant de recherche de compétition et de « résultats ». Séparatiste et désespérante, une telle école est condamnée à devenir de plus en plus inégalitaire et à assigner les élèves perdants à des savoirs minimums.

Dans Le Monde de l’éducation daté du 17 janvier 2024 (accès réservé), une nouvelle tribune de Roger-François Gauthier : Le redoublement, incarnation d’une “segmentation absurde en tronçons annuels” de la scolarité.

“[…] la propension française à juger un individu au lieu de s’en tenir à évaluer les points forts et faibles de ses prestations […] sur le parcours scolaire d’une année, rien n’est à retenir : il ne s’est rien passé, c’est “nul” […] non content de marquer son indifférence à la personne, le redoublement marque l’indifférence assez générale aux savoirs d’un système d’évaluation qui, après chaque année scolaire, pratique la politique dite de la “chasse d’eau”.”

Deux interviews de Patrick Rayou : 1. aux Cahiers pédagogiques Comme si notre système peinait désormais aussi à faire réussir les bons élèves et 2. à la revue syndicale POUR Installer une réflexion sur les finalités mêmes du système éducatif.

Une tribune de Jean-Pierre Véran sur le site de Vers le haut Question de confiance : passons de l’école de la séparation à l’école de la relation !

Un article de Régis Malet à découvrir dans les Cahiers pédagogiques (n° 590 de janvier 2024) Pisa et ses mirages.

Un billet de Philippe Champy sur son blog Mediapart Pisa et l’École : une loupe qui rend myope. Repris par le Café pédagogique du 22 janvier 2024.

Lettre ouverte du CICUR sur le collège

Le Café pédagogique a publié le 1er décembre 223 la Lettre ouverte sur le collège Inventer enfin le collège de la culture commune que le CICUR a adressée au ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, 5 jours avant les dernières annonces du ministre. Extrait de la conclusion : “Nous affirmons ici la nécessité d’un collège de la culture vraiment commune, redéfini dans ses finalités, et par conséquent ses contenus d’enseignement et modes de fonctionnement, visant non à sélectionner mais à élever tous les jeunes de notre pays au niveau qu’exige leur confrontation aux problèmes du monde contemporain.

À vos agendas !

Mai 2024

Parution au format papier du Manifeste pour le collège de Roger-François Gauthier et Jean-Pierre Véran

Déjà disponible en version numérique sur toutes les plateformes.
Disponible courant mai au format papier sur commande dans toutes les librairies.

Rétrospective

28 mars 2024

La huitième séance du séminaire CICUR sera consacrée au thème un enseignement “professionnel”: pour qui ? pour enseigner quoi ? dans quel lycée ?

La séance en visioconférence (Zoom) de 9h30 à 12h30, ouverte à tous sur inscription, sera animée par Denis Paget et Vincent Troger.
De nouvelles finalités pour l’enseignement professionnel ? 

Depuis plus de deux ans, le CICUR conduit une réflexion collective qui interroge l’organisation et les finalités de l’école tant du point de vue des savoirs enseignés que des modalités de leur transmission, l’ensemble constituant ce qu’il est convenu d’appeler le curriculum. Dans ce cadre, le CICUR a organisé un séminaire filé dont les séances ont été consacrées aux questions des politiques curriculaires, des troubles du sens de la scolarité, de l’évaluation à l’école, de la culture et de l’éducation scolaire. Un premier bilan de ces travaux a fait apparaître la particularité de l’enseignement professionnel et la nécessité de lui consacrer une séance spécifique. En effet, en cherchant à associer dans un cadre scolaire une ambition éducative et humaniste avec une réponse aux demandes des employeurs, l’enseignement professionnel met très clairement en évidence certaines des  tensions vives qui traversent les systèmes éducatifs dans les sociétés d’économie de marché.  

Les questions abordées

Les organisateurs ont retenu quatre questionnements auxquels les intervenants de cette séance ont accepté de répondre. 

  1. Presque la moitié des bacheliers professionnels poursuivent des études en BTS et les formations en apprentissage se sont significativement développées ces dernières années. Le lycée professionnel (LP) doit-il renouveler le positionnement de ses finalités dans ce nouveau contexte ?
  2. Comment le LP arrive-t-il à concilier la relation entre savoirs théoriques et savoirs pratiques, savoirs utiles et savoirs culturels ? Quel bilan peut-on tirer des expériences antérieures conduites en ce domaine? Quels acquis pédagogiques du LP pourrait-on étendre au collège et au lycée général et technologique (LGT) ?
  3. Les diplômes professionnels et technologiques sont les seuls à faire l’objet dune négociation entre représentants des employeurs, des syndicats de salariés et de ladministration avant d’être promulgués, modifiés ou supprimés. En 2019, les commissions professionnelles consultatives qui font ce travail paritaire ont été modifiées, mais elles continuent de travailler beaucoup comme en témoigne leur programme de 2023 et 2024. Quelles sont les grandes tendances de ces évolutions pour les principaux secteurs économiques, pour les métiers industriels et pour  les métiers de service ?  
  4. Peut-on faire évoluer le caractère très genré des études professionnelles ? 
Les intervenants
  • Vincent Troger, maître de conférence émérite au centre de recherche en éducation de Nantes
  • Bernard Desclaux, ancien directeur de CIO
  • Fabienne Maillard, professeur en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Paris 8
  • Xavier Sido, maître de conférences en sciences de l’éducation et de la formation et membre du laboratoire CIREL (Centre Interuniversitaire de Recherche en Education de Lille), équipe Théodile.

13 janvier 2024

Rencontre-débat de l’AFEF : Enseigner le français, quelle continuité… de la maternelle à l’université, la question du curriculum.
Avec la participation de Denis Paget et Luisa Lombardi.

Comment nous situer dans la logique d’un curriculum qui permettrait à tous les élèves d’acquérir progressivement les compétences de compréhension de l’écrit, indispensables à la réussite scolaire et professionnelle, mais également de développer l’habitude de l’écriture, de la lecture, de la prise de parole et de la réflexion pour devenir des personnes et des citoyens éclairés ? 


14 décembre 2023

Régis Malet et Philippe Champy interviennent aux Controverses de l’Université de Bordeaux le 14 décembre à 18h30 sur le thème Les neurosciences en éducation et en formation : effet de mode ou révolution?

Présentation de la controverse Depuis le début des années 2000, et plus encore depuis le milieu des années 2010, les neurosciences ont fait une entrée fracassante dans le champ de l’éducation et de la formation, en s’imposant comme une référence centrale pour les décideurs, et en séduisant un nombre croissant d’enseignants et de parents.
Ce succès, qui repose sur les travaux et les initiatives d’universitaires neuro-psychologues pour la plupart, divise le monde académique. Pour certains scientifiques, l’étude des mécanismes de la connaissance à travers des méthodes médicales (IRM, biologie moléculaire) permet de fonder les processus d’apprentissage sur des données objectives et de révolutionner l’éducation.
Pour d’autres en revanche, la neuro-éducation est d’un intérêt très limité, notamment parce qu’elle réduit les élèves et les étudiants à des cerveaux, et ignore la complexité des interactions sociales. Si le recours à l’imagerie médicale crée un effet de crédibilité, les énoncés produits par la neuro-éducation ne seraient pas plus fiables que ceux issus d’autres méthodes utilisées de longue date.


8 décembre 2023

Philippe Champy participe à Evreux à une table ronde animée par Régis Guyon aux côtés de Cintia Indarramendi dans le cadre du Festival international du film d’éducation (FIFE). Quels enjeux traversent le monde éducatif actuel & dessinent l’école qui vient ?

Présentation de la table ronde L’école, comme institution, est bousculée de toute part, sous l’effet de crises qui se jouent à de multiples niveaux dans la société — crise des institutions, défiance à l’égard des gouvernants, creusement des inégalités, etc. Et les professionnels de l’école, et de l’éducation rencontrent des difficultés de plus en plus grandes pour affirmer un projet éducatif clair, fruit d’un consensus large, et apaisé. Et les réformes récentes montrent à quel point il est indispensable d’installer des espaces de controverses pour poser un processus de mise en œuvre tenant compte de l’expertise et de l’expérience de toutes et tous sur des sujets aussi divers et importants que les processus d’acquisition des savoirs, les relations maître-élèves, les inégalités de réussite, le traitement des informations, les modalités d’évaluation, etc. Avec nos deux invités, nous proposons de débattre sur les enjeux fondamentaux qui traversent actuellement le monde éducatif, et qui dessinent l’école qui vient.


6 décembre 2023

Conférence en distanciel de Gian Franco Pordenone intitulée La Cité des Métiers dans un collège de la Suisse italienne : une démarche ethnographique issue d’une action sociale territorialisée au séminaire thématique RIRE (Relations, identités et reconnaissance en éducation) qui se tiendra à l’Université de Limoges, mercredi 6 décembre 2023, de 14h00 à 16h00 en salle C211 ou via le lien.


1er décembre 2023

Le Café pédagogique a publié la Lettre ouverte sur le collège Inventer enfin le collège de la culture commune que le CICUR a adressée au ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, 5 jours avant les dernières annonces du ministre. Extrait de la conclusion : “Nous affirmons ici la nécessité d’un collège de la culture vraiment commune, redéfini dans ses finalités, et par conséquent ses contenus d’enseignement et modes de fonctionnement, visant non à sélectionner mais à élever tous les jeunes de notre pays au niveau qu’exige leur confrontation aux problèmes du monde contemporain.


17 novembre 2023 : septième séance du séminaire CICUR

Quelles postures des acteurs de l’éducation pour une école adoptant une vision curriculaire?

Séance organisée par le groupe de travail «Quels professionnels de l’éducation imaginer et former ?” piloté par Philippe Champy et Sihame Chkair.


13 novembre 2023 : sixième séance du séminaire CICUR

Les troubles du sens et l’approche curriculaire (suite)

Séance organisée par le groupe de travail «Quels savoirs porteurs de sens pour tous les élèves ?», piloté par Patrick Rayou et Vincent Troger.


20 octobre 2023

Dans un nouvel article de The Conversation, Charles Hadji analyse les trois rôles qui, selon lui, devraient être ceux des enseignants en réponse aux trois attentes d’une école confrontée au monde d’aujourd’hui. Extrait de l’introduction :

Trois ans après l’assassinat de Samuel Paty, le terrorisme vient à nouveau de frapper l’école, qui devient ainsi clairement une cible spécifique du djihadisme. Mais si les enseignants sont devenus une cible, c’est qu’ils sont aussi un rempart. Un rempart contre l’obscurantisme qui caractérise et anime leurs agresseurs, et menace toute la société. Ils se trouvent ainsi de facto, sans l’avoir vraiment voulu, chargés d’une mission qui dépasse la simple (mais déjà assez difficile !) mission d’enseigner : celle d’être un pilier dans la tourmente, pour toute la nation française.
Il y a désormais un décalage entre ce que l’on attend de l’école, et ce que les enseignants sont habitués à y faire, en ayant été formés spécifiquement pour cela. Car ils doivent être plus que de simples enseignants, et cela n’est sans doute, pour eux, ni évident, ni facile.
Pour apprécier la charge que représente cette nouvelle tâche, et l’étendue du changement touchant le métier de professeur (des écoles comme de collège ou de lycée), on peut l’appréhender à partir de trois attentes essentielles touchant désormais l’école
.


5 octobre 2023

Enseigner l’humain à l’humain. Partout. Traduction en français de l’article de Roger-François Gauthier paru dans le quotidien italien Avvenire.


27 septembre 2023

Regarder la conférence


20 septembre 2023 : le CICUR a fait sa rentrée avec une nouvelle séance de son séminaire

Le 20 septembre, de 13h30 à 16h30, a eu lieu la cinquième séance du séminaire filé du CICUR, organisée par le groupe de travail “Evaluer les élèves dans une approche curriculaire“, piloté par Lucie Mougenot et Mariem Siala. Elle a eu pour thème : Que devrait être une évaluation émancipatrice, tenant compte des curricula et des savoirs ?


12 septembre 2023

A lire dans son intégralité dans Le Monde du 12 septembre, la tribune de Roger-François Gauthier intitulée : « L’éducation, plutôt qu’un domaine réservé, ne doit-elle pas être un domaine à préserver des interventions de l’exécutif ? »

Quelques brèves citations : “[…] si les ministres français (ou donc le président) ont la part belle pour apparaître comme les grands manitous des savoirs, ce qui est en soi choquant, c’est parce que notre République, à la différence de beaucoup de pays, n’a jamais produit de texte haut placé pour définir l’école, ce qu’on attend d’elle et les savoirs qu’elle diffuse en termes de grandes orientations et de principes. […] En France, cette carence laisse finalement le jeu scolaire sans cadre bien défini, et donc promis, sans surprise, d’une « réforme » à l’autre, aux errements et aux échecs. Pour tous ces motifs, nous considérons qu’il faut, au plus vite, retirer au pouvoir exécutif toute compétence en matière de programmes d’enseignement.”


Une nouvelle note de lecture de Jean-Pierre Véran, consacrée à l’ouvrage collectif, dirigé par Sihame Chkair et Sylvain Wagnon (De Boeck, 2023).

Lire l’interview de Sihame Chkair au Café pédagogique sur les données probantes et leurs utilisations en éducation.


Juillet-août 2023

Vient de paraître

Dans ce hors série de 52 pages de Politis dirigé par Laurence De Cock, en kiosque le 29 juin, parmi de nombreuses contributions, on peut lire l’article de Philippe Champy et Roger-François Gauthier Qui sait à quoi servent les “savoirs scolaires” ? A ne pas rater !


Plusieurs tribunes de Roger-François Gauthier ont paru dans Le Monde de l’éducation et le Café pédagogique.

Face aux émeutes urbaines, « l’école semble échouer depuis des décennies à enseigner ce qu’elle appelle l’éducation civique » (lemonde.fr) (4 juillet 2023)

Autoritarisme présidentiel et logiques privées : jusqu’où dans l’obstination ? (cafepedagogique.net) (12 juillet 2023)


28-29-30 juin 2023

Colloque international
L’Éducation nouvelle : héritages, (ré)inventions, actualité

Université Paris-Panthéon-Assas, 92 rue d’Assas, 75006 Paris


12 juin 2023 : quatrième séance du séminaire CICUR

Les troubles du sens et l’approche curriculaire (suite)

Le thème de cette séance, organisée par le groupe de travail “Quels savoirs porteurs de sens pour tous les élèves ?”, porte sur la comparaison internationale. Cette séance (la deuxième du groupe de travail) est animée par Patrick Rayou et Vincent Troger, co-pilotes du groupe de travail. Les 3 intervenant.es de cette séance sont Luisa Lombardi, Raphaël Gani et Maira Mamede, avec la participation de Elisabeth Bautier, Marie-France Bishop, Maryline Coquidé et Yves Reuter.


22 mai 2023

A la Librairie Kléber de Strasbourg, le lundi 22 mai, dans le cadre de la rencontre “Lire en Question(s)”, partenariat entre l’Université de Strasbourg et la librairie, Philippe Champy, co-auteur de Contre l’Ecole injuste ! a échangé avec des étudiants de l’Inspé de Strasbourg autour du livre.


9 mai 2023

Pour un débat public sincère, ouvrons la boîte noire de l’école française, une tribune de Jean-Pierre Véran à la demande de l’association Vers le haut.

Egalement sur son blog :


27 -28 avril 2023

https://aoc.media/opinion/2023/04/26/il-faut-revolutionner-les-savoirs-scolaires-1-2/

Il faut révolutionner les savoirs scolaires ! (2/2) – AOC media

Dans la rubrique “Le forum”, figurent deux interventions de Roger-François Gauthier :

L’évaluation des élèves en France : pourquoi elle ne mérite pas la moyenne ? (7 avril 2023)

Politiques éducatives et scénarios curriculaires (13 avril 2023)


12 avril 2023 : troisième séance du séminaire CICUR

Questionnements sur la culture et l’éducation scolaires, leur rapport à l’universel et à la vérité

Séance en visioconférence (Zoom) organisée par le groupe de travail « Quelle Ecole pour faire entrer dans la culture de l’humanité ? », piloté par Denis Paget.

Lire le compte rendu de cette séance du séminaire par Nicole Priou sur le site des Cahiers pédagogiques.


25 mars 2023

Participation de Jean-Pierre Véran à l’atelier 2 sur le thème “Le temps de chacun, le temps de tous dans la communauté éducative” dans le cadre du 44e colloque national de l’AFAE (24-25-26 mars à Paris) intitulé “Temps et contretemps à l’École”.

Pour plus d’information : Texte-Atelier-2.pdf (afae.fr)


18 mars 2023

Webinaire organisé par les Cahiers pédagogiques-CRAP :
Travailler en collaboration à l’école, avec Patrick Rayou et Jean-Pierre Véran

Pour revoir le webinaire, c’est ici


Mars 2023

Vous avez dit “culture générale” ?

Le CICUR a remis cette contribution collective après que plusieurs de ses membres ont été sollicités dans le cadre des travaux de l’Académie des sciences morales et politiques autour de la “culture générale”, une initiative d’Olivier Houdé.


27 janvier 2023

Les troubles du sens et l’approche curriculaire

Séance en visioconférence (Zoom) organisée par le groupe de travail « Quels savoirs porteurs de sens pour tous les élèves ? »


26 janvier 2023

Interview de Jean-Pierre Véran sur les travaux du CICUR dans la lettre d’information de l’UNSA-Education.

Pour lire l’interview : Comment remettre les savoirs au centre du débat éducatif ? – UNSA‑Education.com (unsa-education.com)


22 janvier 2023

Sur France Culture, dans le cadre de l’émission “Divers aspects de la pensée contemporaine”, Emmanuelle Huisman-Perrin (Union rationaliste) s’entretient avec Roger-François Gauthier et Philippe Champy, auteurs de Contre l’école injuste ! 

Pour réécouter l’émission : Contrer l’injustice à l’école


16 janvier 2023

Dans le quotidien Le Monde, présentation par Luc Cédelle de l’ouvrage Contre l’école injuste !, accompagnée d’une interview de Philippe Champy dans laquelle la démarche du CICUR est évoquée à grands traits.

Lire l’article (abonnés) : « Constatant une crise de l’“école républicaine”, nous cherchons à comprendre les échecs des réformes successives » (lemonde.fr)


Participation de Patrick Rayou à l’émission “Le Talk” de France Info sur le thème “Orthographe, lecture : pourquoi le niveau des élèves français est-il en baisse ?”

Pour revoir l’émission : REPLAY – Orthographe, lecture : pourquoi le niveau des élèves français est-il en baisse ? Le débat du Talk franceinfo (francetvinfo.fr)


13 janvier 2023

Participation de Philippe Champy et Roger-François Gauthier, auteurs de Contre l’école injuste !, à une audition de la commission Culture et éducation de Génération Ecologie sur le thème : “Repenser les savoirs à enseigner”.


9 janvier 2023

Participation de Jean-Pierre Véran et Régis Malet à l’émission Être et savoir de Louise Tourret sur France Culture, consacrée au thème : “Peut-on se réconcilier avec le collège ?”

  • Mara Goyet, Autrice, romancière, professeure d’histoire géographie au collège
  • Jean-Pierre Véran, Membre professionnel du laboratoire BONHEURS chez CY Cergy Paris Université
  • Régis Malet, Professeur en Sciences de l’éducation et éducation comparée (Université Bordeaux IV)

Présentation de l’émission
Perçu comme le maillon faible de notre système scolaire et cycliquement réformé, le collège français souffre d’une bien mauvaise image : les élèves s’y ennuieraient, la troisième se termine par une orientation hiérarchisée entre différents types de lycées, y enseigner est difficile et peu valorisé… D’ailleurs, les candidats ne se bousculent pas au portillon.

Ainsi, Pap Ndiaye parlait d’homme “malade” de notre système. Le ministre de l’Education nationale a annoncé début janvier 2023 que le collège serait sa priorité avec, pour commencer, la mise en place d’un renforcement des mathématiques et du français en sixième et l’intervention de professeurs des écoles.

Pour réécouter l’émission : Peut-on se réconcilier avec le collège ? (radiofrance.fr)


30 novembre 2022 : table ronde “L’école pour tous. Oui, mais comment ?”

Le Café pédagogique a organisé une table ronde « L’école pour tous, oui. Mais comment ? » le mercredi 30 novembre au salon Educatech à Paris – Porte de Versailles.
Philippe Champy, Roger-François Gauthier (auteurs de « Contre l’école injuste ! ), Marc Douaire (Président de l’Observatoire des Zones Prioritaires) et Jean-Yves Rochex (Professeur émérite de Sciences de l’éducation) y ont pris la parole.

Pour lire un résumé du débat : L’école pour tous ? Oui, mais comment ? – Le Café pédagogique (cafepedagogique.net)


19 et 20 novembre 2022

Participation de Philippe Champy, Roger-François Gauthier et Vincent Troger aux Journée de Larrazet ,organisées par Alain Daziron, sur le thème “Réfléchir et habiter l’école”.

16 novembre 2022 : première séance du séminaire CICUR

Quelle(s) politique(s) curriculaire(s) pour l’école du XXIe siècle ? Regards internationaux croisés

Séance en visioconférence, organisée par le groupe de travail « Politique(s) curriculaire(s) »


1er octobre 2022 : webinaire avec les auteurs de Contre l’École injuste !

LE CRAP-Cahiers pédagogiques, en partenariat avec les éditions ESF Sciences Humaines, organise le samedi 1er octobre 2022 à 10h30 un débat éducatif ayant pour titre « Contre l’école injuste ».
Texte d’annonce

Ce débat éducatif accueillera Philippe Champy et Roger-François Gauthier, auteurs du livre Contre l’école injuste !. Cet ouvrage bref et percutant dénonce les blocages et les imaginaires qui caractérisent la forme actuelle de l’École en France et empêchent sa démocratisation. L’angle choisi est fort intéressant car ce sont les savoirs scolaires eux-mêmes qui sont interrogés : comment participent-ils à la mise en place d’inégalités de toutes sortes dans le système scolaire ?

À l’heure de la diffusion à grande échelle de fake news et de théories complotistes, apprendre la culture de l’autre est devenu un outillage indispensable pour tout futur citoyen, tous les savoirs dont l’École est responsable doivent être repensés afin d’assumer d’authentiques finalités démocratiques et d’être au clair avec les défis planétaires qui se posent à l’humanité.

Ces questions fondamentales et d’autres encore seront abordées avec les auteurs.


27 septembre 2022 : parution de l’article “Quels savoirs pour une école juste ?” dans AOC

Par Roger-François Gauthier et Philippe Champy

“La rentrée scolaire a vu Emmanuel Macron dresser de lui-même un bilan très négatif de l’état du système scolaire, sans pour autant remettre en cause les mécanismes de sélection qui président à son fonctionnement. Mère de toutes les batailles, l’injustice à l’école ne donne lieu qu’à des mesurettes, alors qu’elle supposerait une refonte complète. En effet, sans justice scolaire, sans égalité dans l’accès au savoir, comment la France peut-elle prétendre à la démocratie ?”

Lire l’article (abonnés)


18 août 2022 : parution de Contre l’École injuste ! dans le cadre des activités du CICUR

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage, bref et percutant, dénonce les blocages et les imaginaires qui caractérisent la forme actuelle de l’École en France et empêchent sa démocratisation.

Philippe Champy et Roger-François Gauthier ont choisi de traiter la question sous un angle original, celui des savoirs scolaires eux-mêmes : quels savoirs l’École enseigne-t-elle ? Quels impacts réels ces savoirs ont-ils sur les élèves ? Les auteurs s’étonnent que ces sujets de fond restent éludés alors même que la critique des inégalités de toutes sortes qui caractérisent l’École est désormais admise.

Héritage souvent inconscient de traditions reconduites sans examen, l’École se construit avec des disciplines trop étanches et des savoirs scolaires fractionnés entre l’école primaire, l’enseignement secondaire et l’enseignement professionnel. Une organisation qui ne répond pas à l’apprentissage du monde complexe dans lequel les élèves d’aujourd’hui doivent apprendre à vivre.

À l’heure de la diffusion à grande échelle de fake news et de théories complotistes qui voudraient ébranler toute idée de vérité et d’humanité, mais où apprendre la culture de l’autre est devenu un outillage indispensable pour tout futur citoyen, tous les savoirs dont l’École est responsable doivent être repensés, afin d’assumer d’authentiques finalités démocratiques et d’être au clair avec les défis planétaires qui se posent à l’humanité.

Disponible dans toutes les librairies.

Plus d’infos sur le site de l’éditeur

24 mai 2022 : tribune du CICUR parue dans Le Monde [extraits]

Changer l’école : pour « une nouvelle politique des savoirs, ambitieuse pour tous »

Quelles finalités donnons-nous à l’école ? Quels savoirs, quelle culture souhaitons-nous que les futurs citoyens maîtrisent ? A la veille des élections législatives des 12 et 19 juin, un collectif de spécialistes du système éducatif et des programmes scolaires interpelle en ce sens les candidats à la députation.

[…] Il y a donc urgence, en début de législature, à poser dans des termes nouveaux la question fondamentale que chaque société ne peut pas ne pas se poser à propos de son école : quelles finalités lui donnons-nous, pour préparer nos enfants et nos jeunes à vivre, et dans quelle société ? Et, bien évidemment, en corollaire de cette question, quels savoirs, quelle culture souhaitons-nous que tous les futurs citoyens maîtrisent ?

[…] Ni en 2005 ni en 2013 ni, a fortiori, en 2019, n’a été remise en question une organisation de l’école caractérisée par un rigoureux cloisonnement entre les savoirs qui sont enseignés et ceux qui ne le sont pas. Parmi ceux qu’on enseigne, cloisonnement à nouveau entre les savoirs qui font l’objet de disciplines scolaires et ceux qui n’en font pas. Les premiers sont hiérarchisés et classés par les programmes scolaires, transmis dans des « cours » bien identifiés, les seconds sont relégués au rang d’« éducation à », de « parcours éducatifs » assurés ou non, faute de temps d’apprentissage dédié.

[…] Cette école ne saurait être l’école française du XXIsiècle, qui doit répondre à de nouveaux défis culturels, climatiques, éthiques, scientifiques dans un contexte informationnel bouleversé par la révolution numérique et les réseaux sociaux. Qui peut croire encore au mythe de l’« école sanctuaire » où, à l’abri du monde, les élèves communieraient exclusivement dans des savoirs scolaires intemporels et dans la fiction d’un roman national ? Quelle confiance les jeunes et les parents pourraient-ils avoir encore en une école de l’inégalité des chances organisée ?

L’enjeu de la nouvelle législature est donc clair. Soit l’école française continue sur le même modèle, creusant les inégalités au lieu de lutter contre elles, se contentant d’assurer à la masse des élèves une employabilité de travailleur peu qualifié et de poursuivre la distillation d’une élite dirigeante. Pour préparer une société toujours plus inégalitaire, ce peut être le bon chemin. Soit, en conscience, la nation et ses représentants élus en juin dessinent une nouvelle politique des savoirs, ambitieuse pour tous.

Cela passe par la redéfinition de finalités plus claires que la « transmission des connaissances » (oui, mais lesquelles ?) et « faire partager aux élèves les valeurs de la République » (oui, mais comment ?), d’après l’article L. 111.1 du code de l’éducation.

Cela passe ensuite par la définition des savoirs enseignés et appris, et de leur mise en œuvre pédagogique susceptible de susciter intérêt et engagement des élèves. Ces savoirs ne doivent pas être définis à partir des disciplines scolaires existantes, mais à partir des enjeux culturels, scientifiques, éthiques, que l’humanité doit affronter au XXIsiècle. Les organisations disciplinaires et interdisciplinaires seront définies à partir de ces enjeux.

Cela passe également par une conception nouvelle :

  • de la culture scolaire, ouverte à toutes les cultures du monde et non plus limitée à la transmission d’une culture nationale ;
  • de la gouvernance des organisations scolaires, le pilotage bureaucratique laissant place au respect du travail et des décisions collectives au niveau des écoles et des établissements scolaires en y associant les élèves et les familles ;
  • des temps et espaces scolaires, mieux adaptés à la formation physique, intellectuelle, pratique, sensible et sociale des futurs citoyens ;
  • du recrutement et de la formation de tous les professionnels de l’éducation ;
  • des modalités d’affectation, d’évaluation et de certification des élèves, en privilégiant la mixité sociale des établissements et des modalités formatrices d’évaluation et d’examen fondées sur autre chose qu’une moyenne générale dépourvue de sens.

Tel est le sens de la lettre ouverte adressée par le Collectif d’interpellation du curriculum aux candidates et candidats aux élections législatives pour les appeler à promouvoir une grande consultation démocratique sur l’école que nous voulons : une école émancipatrice pour tous.

11 mai 2022 : interventions de Jean-Pierre Véran

Villeurbanne (CCVA) – Dans le cadre de la Journée de l’innovation pédagogique sur le thème “Faire équipe, créer un collectif”, rencontre-débat avec Jean-Pierre Véran, Refonder le curriculum scolaire : un enjeu collectif ? (14h30-15h10).
[Vidéo de l’intervention]
Lyon (Amphi Canopé) – Dans le cadre de la saison 4 de l’AFAE sur le thème “De la parole des élèves… au pouvoir des élèves”, conférence inaugurale de Jean-Pierre Véran (16h30-19h30).

8 mars 2022 : Lettre ouverte aux candidates et candidats aux élections législatives sur ce que l’École doit enseigner aux élèves


L’activité du CICUR depuis 2021

A la suite de la Rencontre CICUR du 20 novembre 2021 à la Bibliothèque nationale de France (BnF, Paris), l’activité du CICUR se déploie sur trois grands axes.

1. Des prises de position publiques

  • Dans le cadre de la campagne électorale française (élections présidentielle et législatives), le CICUR a publié le 8 mars une Lettre ouverte aux candidates et candidats aux élections de 2022 sur ce que l’École doit enseigner aux élèves.
  • Le Monde du 15 mars 2022 a publié également une tribune intitulée « Les programmes sur l’éducation des candidats à la présidentielle demeurent des outils de communication et des catalogues de promesses » rédigée par Elisabeth Bautier, Marie-France Bishop, Maryline Coquidé, Patrick Rayou, Yves Reuter, Gérard Sensevy, Vincent Troger, toutes et tous membres du CICUR.
  • En août 2022, sous la plume de Philippe Champy et Roger-François Gauthier, le CICUR publiera chez ESF un petit ouvrage intitulé Contre l’École injuste afin de faire connaître la problématique curriculaire du CICUR au public des professionnels de l’éducation et des décideurs, des parents et des élèves.
  • Dans le courant de l’année, une nouvelle version enrichie du texte « boussole » qui sert de cadre de réflexion au CICUR sera également publiée.

2. La poursuite du travail de réflexion collectif

Comme présenté à la Rencontre CICUR de novembre dernier, cinq groupes de travail ont été mis en place en 2022-2023.

  • Quelle École pour faire entrer dans la culture de l’humanité ? piloté par Denis Paget
  • Quels savoirs porteurs de sens pour les élèves ? piloté par Patrick Rayou et Vincent Troger
  • Qu’évaluer chez les élèves et comment ? piloté par Mariem Siala et Lucie Mougenot
  • Quels professionnels de l’éducation imaginer et former ? piloté par Philippe Champy et Sihame Chkair
  • Quelle politique curriculaire pour le XXIe siècle ? piloté par Jean-Pierre Véran et Régis Malet

Un sixième groupe de travail a été créé pour étudier la dimension comparatiste et internationale.

Chaque groupe, animé par ses deux co-pilotes, est maître de ses modalités de travail (consultations, ateliers collectifs, notes de synthèse, etc.) et doit prévoir la tenue d’une séance de synthèse dans le cadre du séminaire qui sera organisé à partir de la rentrée 2022. Chaque séance de ce séminaire se tiendra en présentiel au siège du CUIP pour les intervenants et pourra être suivi à distance sur simple inscription.

Le programme de ce séminaire, commencé en 2022, sera divulgué au fil de l’année 2023-2024.

3/ Vers des états généraux de la culture et des savoirs scolaires

L’issue de ce travail de réflexion collectif devrait déboucher sur l’organisation des assises de la culture et des savoirs scolaires ultérieurement. Cette manifestation aurait pour objectif de présenter une grande synthèse des travaux réalisés et d’engager la participation de tous les acteurs concernés par les changements à opérer en matière de politique des savoirs dans l’École française.