D’une citoyenneté empêchée à une éducation citoyenne, collectif

Les recensions de la rubrique Lectures critiques ne visent pas à rendre compte de façon exhaustive des ouvrages ou textes considérés. Elles s’attachent surtout à montrer en quoi l’approche curriculaire des questions éducatives y trouve matière à penser.

Le Bord de l’eau, 2021.

Note de lecture, par Jean-Pierre Véran

Familiers des Lumières (Bernardin de Saint-Pierre, Kant, Montesquieu), d’Arendt, d’Ardoino et de Ricoeur seront à la lecture de cet ouvrage en pays de connaissance. Produit de 11 auteurs dont 7 appartiennent à l’Université catholique de l’ouest, cet ouvrage est inégal selon ses chapitres.

Ses deux parties ont le mérite de poser d’abord la constat d’une citoyenneté empêchée par l’appartenance religieuse, culturelle, ethnique avant de poser l’éducation comme moyen politique, à travers le prisme cosmopolitique, de l’enfance, de la jeunesse et de l’âge adulte.

On en retiendra l’intérêt de penser la citoyenneté à partir des oubliés (subaltern studies) pour qui se dessinent quatre modèles : responsabiliser (compétition généralisée contre la prétendue culture de l’excuse), recourir à l’autorité (massification des citoyens, Fahrenheit 451), à l’intercommunautaire (enfermement dans son groupe d’appartenance, morcellement social), ou vivre ensemble dans la coopération, complémentarité, réciprocité, mutualité (présence, disponibilité, attention mutuelle, produire du sens ensemble).

On sera frappé par le chapitre consacré au Rwanda, qui montre comment, d’avant la colonisation à l’indépendance en passant par la colonisation, l’ethnicité a empêché la réalisation d’une communauté de citoyens.

A propos de la révolution numérique et de son impact politique, rien de neuf sous le soleil (qu’est-ce qu’une « véritable éduction au numérique » ?). On pourra ne pas s’attarder sur le chapitre consacré aux patrons français, et celui qui traite de la citoyenneté en seconde partie de vie (l’échange avec les autres et le projet en constituent les mots-clés).

En revanche, on s’appesantira sur le chapitre « citoyenneté mondiale et éducation cosmopolitique ».Partant du Projet de paix perpétuelle (1795) de Kant, fondateur du droit cosmopolitique (homme citoyen du monde, hospitalité universelle, droit de visite à inscrire dans le droit international aujourd’hui), il revient sur « l’avènement du monde » (Lussault, Morin, Habermas) ; il s’agit de passer du cosmopolitisme contraint au cosmopolitisme volontaire et conscient, du multiculturel à l’interculturel ; pour cela, trois principes s’imposent : moral (égale dignité de tous les êtres humains), politique (citoyenneté cosmopolitique), culturel (interculturalité). Pour promouvoir une éducation à la solidarité et à l’hospitalité, apprendre de l’étranger pour maintenir vivante sa culture d’origine, il faut cultiver une dimension critique : déconstruire les stéréotypes (l’Orient).

A travers trois chapitres, l’ouvrage examine la citoyenneté du point de vue de l’enfance, de la jeunesse et de l’âge adulte. Pendant l’enfance, le rôle de la pédagogie est de créer une responsabilité symbolique en utilisant le support des albums de jeunesse qui favorisent le partage et le lien. Le suivi de jeunes étudiants en réorientation met en lumière le fait pour eux de ne se sentir ni attendus, ni accueillis, ni à leur place. L’homo economicus ne peut suffire comme objectif de formation, viser l’homo collectivus et religatus est indispensable. Il ne suffit pas d’enseigner la vie, mais le monde (Arendt). Dans la formation des adultes, développer l’esprit critique et la culture doit l’emporter sur les seuls objectifs d’adaptation à court terme. En s’appuyant sur la réflexion de Paul Ricoeur, un chapitre invite à former un sujet capable de parler, d’agir, de raconter, d’être responsable, à faire advenir le sujet éthique et le citoyen et insiste sur l’importance capitale de l’institution du langage à l’école.

La conclusion dégage quatre dimensions à la citoyenneté : participation (vs la défiance), solidarité (vs la méfiance vis à vis de l’Autre), responsabilité (vs l’irresponsabilité pratique), éducation (pour donner un sens à la mondialisation).

De cet ouvrage, on retiendra, pour ce qui nous concerne, un fil conducteur : la citoyenneté est forcément multiscalaire, et l’enjeu est de comprendre la mondialisation pour surmonter les phénomènes de repli en puisant dans l’ouverture à l’Autre (étranger, migrant), dans l’interculturel plutôt que dans le multiculturel, et dans la pensée critique, les moyens d’assumer la responsabilité du monde (au sens arendtien) et la finitude de son existence, dans ce que les auteurs appellent une citoyenneté existentielle : le débat, la controverse, la confrontation sans massacre ni domination ; « une laïcité dynamique, active, polémique, où le maximum de ce que j’ai à demander à autrui n’est pas d’adhérer à ce que je crois vrai, mais de donner ses meilleurs arguments » (Paul Ricoeur).



Citer ce billet
curriculum2020 (2021, 9 avril). D’une citoyenneté empêchée à une éducation citoyenne, collectif. Interpellation curriculum. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfq0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.