Huitième séance du séminaire CICUR : 28 mars 2024

Un enseignement “professionnel”: pour qui? pour enseigner quoi? dans quel lycée?

Séance copilotée par Denis Paget et Vincent Troger.

Présentation de la séance

De nouvelles finalités pour l’enseignement professionnel ? 

Depuis plus de deux ans, le CICUR conduit une réflexion collective qui interroge l’organisation et les finalités de l’école tant du point de vue des savoirs enseignés que des modalités de leur transmission, l’ensemble constituant ce qu’il est convenu d’appeler le curriculum. Dans ce cadre, le CICUR a organisé un séminaire filé dont les séances ont été consacrées aux questions des politiques curriculaires, des troubles du sens de la scolarité, de l’évaluation à l’école, de la culture et de l’éducation scolaire. Un premier bilan de ces travaux a fait apparaître la particularité de l’enseignement professionnel et la nécessité de lui consacrer une séance spécifique. En effet, en cherchant à associer dans un cadre scolaire une ambition éducative et humaniste avec une réponse aux demandes des employeurs, l’enseignement professionnel met très clairement en évidence certaines des  tensions vives qui traversent les systèmes éducatifs dans les sociétés d’économie de marché.  

Les questions abordées

Les organisateurs ont retenu quatre questionnements auxquels les intervenants de cette séance ont accepté de répondre. 

  1. Presque la moitié des bacheliers professionnels poursuivent des études en BTS et les formations en apprentissage se sont significativement développées ces dernières années. Le lycée professionnel (LP) doit-il renouveler le positionnement de ses finalités dans ce nouveau contexte ?
  2. Comment le LP arrive-t-il à concilier la relation entre savoirs théoriques et savoirs pratiques, savoirs utiles et savoirs culturels ? Quel bilan peut-on tirer des expériences antérieures conduites en ce domaine? Quels acquis pédagogiques du LP pourrait-on étendre au collège et au lycée général et technologique (LGT) ?
  3. Les diplômes professionnels et technologiques sont les seuls à faire l’objet dune négociation entre représentants des employeurs, des syndicats de salariés et de ladministration avant d’être promulgués, modifiés ou supprimés. En 2019, les commissions professionnelles consultatives qui font ce travail paritaire ont été modifiées, mais elles continuent de travailler beaucoup comme en témoigne leur programme de 2023 et 2024. Quelles sont les grandes tendances de ces évolutions pour les principaux secteurs économiques, pour les métiers industriels et pour  les métiers de service ?  
  4. Peut-on faire évoluer le caractère très genré des études professionnelles ? 
Les intervenants
  • Vincent Troger, maître de conférences émérite au centre de recherche en éducation de Nantes {vidéo}
  • Bernard Desclaux, ancien directeur de CIO {vidéo}
  • Fabienne Maillard, professeure en sciences de l’éducation et de la formation à l’université Paris 8 {vidéo] 
  • Xavier Sido, maître de conférences en sciences de l’éducation et de la formation et membre du laboratoire CIREL (Centre Interuniversitaire de Recherche en Education de Lille, équipe Théodile) {vidéo}
  • Débat entre les participants et les intervenants {vidéo]


Citer ce billet
CICUR (2024, 11 février). Huitième séance du séminaire CICUR : 28 mars 2024. Interpellation curriculum. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy38

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.