La légitimité de l’Etat et des pouvoirs organisateurs face au curriculum

Table ronde animée par Luisa Lombardi avec la participation de Géraldine Farges, Sophie Jehel, Olivier Maulini et Elise Tenret

Présentation

Quels pouvoirs décident des savoirs à enseigner, avec quelle légitimité ? Comment les processus de production des programmes scolaires sont-ils organisés, selon quelles finalités et en respectant quels principes ? Quelles en sont les contraintes et les limites ?

Ont participé à cet espace commun de réflexion animé par Luisa Lombardi, docteure en sciences de l’éducation de l’Université de Paris, Géraldine Farges, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Bourgogne-Franche Comté, rattachée à l’IREDU (Institut de Recherche sur l’Éducation) et associée à l’Observatoire Sociologique du Changement (Sciences Po), Sophie Jehel, maîtresse de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 , Olivier Maulini, professeur associé à la Faculté de psychologie et sciences de l’éducation de l’Université de Genève, responsable du Laboratoire Innovation Formation Education (LIFE) et Elise Tenret, maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris-Dauphine, chercheuse à l’IRISSO et chercheuse associée à l’Observatoire Sociologique du Changement (Sciences-Po).

Contributions écrites

L’ambiguïté instituée ? De l’autorité académique aux compromis politiques dans l’écriture des programmes scolaires, par Olivier Maulini

Les savoirs scolaires à l’épreuve des contrôles de l’instruction dans la famille, par Géraldine Farges et Elise Tenret (présentation téléchargeable)

L’impact de la numérisation de la société et des savoirs sur l’École, par Sophie Jehel

Synthèse de la table ronde
par Luisa Lombardi