Bienvenue sur le blog du CICUR

À la une...

Séminaire CICUR #3 : Questionnements sur la culture et l’éducation scolaires, leur rapport à l’universel et à la vérité

Les inscriptions à la troisième séance du séminaire du CICUR le 12 avril sont ouvertes (tout public). Pour connaître le programme et s’inscrire, c’est ici.


Dans notre forum, un nouvel article de Luisa Lombardi qui explique
pourquoi la notion de curriculum et l’approche curriculaire permettent de bâtir et de partager une politique éducative repensée.


Pour revivre en vidéo la deuxième séance du séminaire CICUR sur “les troubles du sens et l’approche curriculaire”, c’est ici.


La frise chronologique, conçue par André D. Robert et Mariem Siala est téléchargeable et consultable ici. Elle sera poursuivie et complétée ultérieurement.

À vos agendas !

12 avril 2023 : troisième séance du séminaire CICUR

Questionnements sur la culture et l’éducation scolaires, leur rapport à l’universel et à la vérité

Séance en visioconférence (Zoom) organisée par le groupe de travail « Quelle Ecole pour faire entrer dans la culture de l’humanité ? », piloté par Denis Paget.

Séance en visioconférence ouverte au public
sur inscription ici.

Les quatre questions mises en débat

1 Qu’est-ce qui relève de l’universel et du particulier au sein de la culture scolaire ?

Le système éducatif français vit sur l’illusion de la valeur universelle incontestable de l’école de la République incarnée dans des modes de pensée, dans des savoirs particuliers et dans la valorisation de certains exercices scolaires qui lui sont propres. La culture scolaire en vigueur fait de certains singuliers sociaux et occidentaux (goût, valeurs, modes de vie, etc.) un prétendu universel de la culture.

Ce qui est universel c’est le fait que le petit humain a besoin d’être longuement initié à des systèmes de savoirs qui seuls lui permettent un accès au monde et à la vie collective auquel il est nécessairement assujetti. Il hérite ainsi d’un corpus de connaissances et de visions du monde qu’il partagera avec d’autres, plus ou moins nombreux, et qu’il devra lui-même reconsidérer.

En ce sens la culture n’est pas un objectif, car tout humain est par définition « cultivé », ce qu’on ne dirait pas de l’animal.

Donc quand on propose d’inscrire la culture comme finalité de l’éducation c’est de la nécessité d’une « conscience de la culture » dont on parle, conscience d’être impérativement un être cultivé,  conscience d’être ce qu’on est : un humain. En ce sens l’appartenance à un universel humain est bien réelle. La culture scolaire que nous envisageons et que nous soumettons au jugement critique se situe moins comme transmission d’une culture particulière que comme devant se référer à l’aventure humaine dans toute sa diversité et à l’apprentissage des valeurs de l’humanité. Pour le CICUR la fonction anthropologique de la culture humaine doit servir de guide à la construction d’un curriculum adapté à notre époque. Mais un enfant grandit aussi dans une langue et une culture particulière, berceau de sa socialisation progressive. Deux échelles que l’école doit sans cesse ajuster quand il s’agit de construire le curriculum. Quelle articulation entre ces deux pôles ?

Les enfants d’aujourd’hui vivent dans un contexte de doutes, de prolifération de fausses nouvelles et de mise en question des vertus de la science qui n’est pas sans inquiéter les éducateurs. Ce peut être une chance extraordinaire de développement d’un nouveau curriculum davantage centré sur les capacités réflexives et métacognitives permettant de travailler à la recherche de vérité, plutôt qu’à l’enseignement de savoirs érigés en dogmes. Les jeunes doivent pouvoir mieux se repérer dans la cartographie des savoirs.

Pour autant il existe bien une tension entre l’universel et le particulier qu’il serait vain d’ignorer. Nous proposons d’abord de faire réfléchir les élèves sur ces divers niveaux de culture, c’est-à-dire sur la pluralité des échelles et des réalisations de la culture de l’humanité.

Ensuite, « outiller les élèves […] pour que pensée critique et visée universelle s’équilibrent […]. évitant le dogme qui enferme aussi bien que l’absolu relativisme qui égare », avons-nous écrit. Mais ce projet est loin d’être simple…

2 Comment concilier l’esprit de vérité, la conscience des normes et l’attention portée aux variations et particularismes culturels ?

Une fois qu’on a décidé que la culture scolaire serait construite d’abord à partir d’une approche anthropologique (ce qu’on sait de l’humain qui est porté par la science, et bien sûr toujours provisoire), on se doit de colorer l’apport de l’École selon plusieurs échelles (élèves, communautés diverses, humanité, planète). Mettons qu’en un pays comme la France l’échelon « national » soit un visage de « communauté ». En écrivant cela, on ne cherche pas « la vérité », on sait qu’il y aura divers statuts de vérité aussi, et on ne le cache pas, mais on privilégie le sens de ce qu’on enseigne par sa capacité à articuler ces divers niveaux.

Du point de vue de l’élève les savoirs scolaires peuvent être assez congruents avec les savoirs familiaux et les pratiques culturelles des divers groupes auxquels il peut appartenir ou avec les savoirs accessibles sur internet ou sur les réseaux sociaux, mais ils peuvent aussi être très différents, voire en rupture avec ce qui s’apprend à l’école. L’École ne peut ni tout enseigner ni tout ignorer. Que doit-elle faire alors pour inclure tous les élèves, pour éviter toute forme de discrimination, pour valoriser plutôt que stigmatiser ceux qui sont élevés dans d’autres cultures, dans d’autres langues, avec d’autres codes sociaux ? Que doit-elle faire aussi pour mieux tenir compte des évolutions de la structure familiale qui modifie fortement les mécanismes de transmission intergénérationnels ?

3 Comment travailler à l’échelle des disciplines (conscience du classement disciplinaire) et à l’échelle d’une éducation plus générale et plus complexe ?

Partir exclusivement des disciplines pour construire le curriculum c’est se condamner à une vision fractionnée et immuable de la formation qui laisse de côté l’analyse des besoins des élèves pour aborder les problèmes auxquels ils sont et seront confrontés. C’est aussi empêcher les enseignants de penser en termes de curriculum global.  On sait que cette approche traditionnelle génère la multiplication des « éducations » à tous les problèmes contemporains auxquels les sociétés attendent que l’École initie les élèves. Changer de perspective implique deux questions :

  1. Ne faudrait-il pas d’abord inventorier les grandes questions posées à l’humanité pour envisager ensuite comment les disciplines, en coopération ou spécifiquement, pourraient contribuer à leur compréhension ?
  2. Comment la formation des enseignants pourrait-elle mieux qu’elle ne le fait aujourd’hui éveiller une « conscience curriculaire » ?

Ajoutons à ces deux questions comment former les élèves à des systèmes de valeurs qui régissent les attitudes sociales et les comportements moraux et qui ne relèvent pas d’une simple acquisition de compétences mais qui touchent aux vertus personnelles et civiques des futurs adultes ?

 4 Comment équilibrer acquisition des langages et concepts propres des disciplines et souci de développer les capacités d’action des élèves ?

L’enseignement au travers des disciplines ne vise pas à faire acquérir une expertise dans cette discipline mais à armer conceptuellement, linguistiquement les élèves pour les rendre capables d’agir dans et sur leur environnement social, civil, familial, professionnel. Ne pas se contenter de cours et de discours sur, mais favoriser la prise d’initiative individuelle et collective, l’action concrète en coopération avec d’autres est essentiel.

Encore une fois, si on part des grandes questions posées à l’humanité (les transitions écologique, climatique, démographique, numérique…) comment l’apport des disciplines pourrait-il privilégier davantage l’éducation à l’action responsable en cultivant aussi le savoir-relation et non plus seulement le savoir disciplinaire ?

Programme

MATINÉE

10h00 – Introduction de la séance par Denis Paget

10h10 – Intervention de Bernard Scheuwly, professeur honoraire de didactique des langues à l’Université de Genève, ancien doyen de la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, sur les questions 3 et 4

10h35 – Intervention de Martine Boudet, professeure agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature française, chercheure en anthropologie culturelle, chargée de séminaire à l’EHESS sur la question 2

11h00 – Intervention de Manuel Perrenoud, assistant d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève, équipe LIFE (laboratoire Innovation Formation Education), sur les questions 1 et 3

11h25 – Débat animé par Denis Paget entre les intervenants et réponses aux questions des participants (posées via le chat)

12h30 – Fin de la séance de la matinée

APRÈS-MIDI

14h00 – Intervention de Dominique Bucheton, professeure honoraire en science du langage et sciences de l’éducation à l’Université de Montpellier, sur la question 4

14h25 – Intervention de Jean-Marie De Ketele, professeur émérite à l’Université catholique de Louvain, sur la question 1

15h00 – Intervention de Stéphane Bonnery, professeur en sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, sur plusieurs points du questionnement

15h25 – Débat animé par Denis Paget entre les intervenants et réponses aux questions des participants (posées via le chat)

16h00 – Fin de la séance de l’après-midi

Rétrospective

25 mars 2023

Participation de Jean-Pierre Véran à l’atelier 2 sur le thème “Le temps de chacun, le temps de tous dans la communauté éducative” dans le cadre du 44e colloque national de l’AFAE (24-25-26 mars à Paris) intitulé “Temps et contretemps à l’École”.

Pour plus d’information : Texte-Atelier-2.pdf (afae.fr)


18 mars 2023

Webinaire organisé par les Cahiers pédagogiques-CRAP :
Travailler en collaboration à l’école, avec Patrick Rayou et Jean-Pierre Véran

Pour revoir le webinaire, c’est ici


27 janvier 2023 : deuxième séance du séminaire CICUR

Les troubles du sens et l’approche curriculaire

Séance en visioconférence (Zoom) organisée par le groupe de travail « Quels savoirs porteurs de sens pour tous les élèves ? »

Le programme

  • 14h00 – Introduction de la séance par les organisateurs du groupe de travail
  • 14h10 – Interventions des quatre discutants invités : Jean-Marc Lange, Olivier Maulini, Philippe Vitale, Joël Zaffran (20 min. chacun)
  • 15h30 – Pause
  • 15h40 – Table ronde entre les invités
  • 16h15 – Échanges avec tous les participants via le chat
  • 16h50 – Conclusion par les organisateurs du groupe de travail
  • 17h00 – Fin de la séance

26 janvier 2023

Interview de Jean-Pierre Véran sur les travaux du CICUR dans la lettre d’information de l’UNSA-Education.

Pour lire l’interview : Comment remettre les savoirs au centre du débat éducatif ? – UNSA‑Education.com (unsa-education.com)


22 janvier 2023

Sur France Culture, dans le cadre de l’émission “Divers aspects de la pensée contemporaine”, Emmanuelle Huisman-Perrin (Union rationaliste) s’entretient avec Roger-François Gauthier et Philippe Champy, auteurs de Contre l’école injuste ! 

Pour réécouter l’émission : Contrer l’injustice à l’école


16 janvier 2023

Dans le quotidien Le Monde, présentation par Luc Cédelle de l’ouvrage Contre l’école injuste !, accompagnée d’une interview de Philippe Champy dans laquelle la démarche du CICUR est évoquée à grands traits.

Lire l’article (abonnés) : « Constatant une crise de l’“école républicaine”, nous cherchons à comprendre les échecs des réformes successives » (lemonde.fr)


Participation de Patrick Rayou à l’émission “Le Talk” de France Info sur le thème “Orthographe, lecture : pourquoi le niveau des élèves français est-il en baisse ?”

Pour revoir l’émission : REPLAY – Orthographe, lecture : pourquoi le niveau des élèves français est-il en baisse ? Le débat du Talk franceinfo (francetvinfo.fr)


13 janvier 2023

Participation de Philippe Champy et Roger-François Gauthier, auteurs de Contre l’école injuste !, à une audition de la commission Culture et éducation de Génération Ecologie sur le thème : “Repenser les savoirs à enseigner”.


9 janvier 2023

Participation de Jean-Pierre Véran et Régis Malet à l’émission Être et savoir de Louise Tourret sur France Culture, consacrée au thème : “Peut-on se réconcilier avec le collège ?”

  • Mara Goyet, Autrice, romancière, professeure d’histoire géographie au collège
  • Jean-Pierre Véran, Membre professionnel du laboratoire BONHEURS chez CY Cergy Paris Université
  • Régis Malet, Professeur en Sciences de l’éducation et éducation comparée (Université Bordeaux IV)

Présentation de l’émission
Perçu comme le maillon faible de notre système scolaire et cycliquement réformé, le collège français souffre d’une bien mauvaise image : les élèves s’y ennuieraient, la troisième se termine par une orientation hiérarchisée entre différents types de lycées, y enseigner est difficile et peu valorisé… D’ailleurs, les candidats ne se bousculent pas au portillon.

Ainsi, Pap Ndiaye parlait d’homme “malade” de notre système. Le ministre de l’Education nationale a annoncé début janvier 2023 que le collège serait sa priorité avec, pour commencer, la mise en place d’un renforcement des mathématiques et du français en sixième et l’intervention de professeurs des écoles.

Pour réécouter l’émission : Peut-on se réconcilier avec le collège ? (radiofrance.fr)


30 novembre 2022 : table ronde “L’école pour tous. Oui, mais comment ?”

Le Café pédagogique a organisé une table ronde « L’école pour tous, oui. Mais comment ? » le mercredi 30 novembre au salon Educatech à Paris – Porte de Versailles.
Philippe Champy, Roger-François Gauthier (auteurs de « Contre l’école injuste ! ), Marc Douaire (Président de l’Observatoire des Zones Prioritaires) et Jean-Yves Rochex (Professeur émérite de Sciences de l’éducation) y ont pris la parole.

Pour lire un résumé du débat : L’école pour tous ? Oui, mais comment ? – Le Café pédagogique (cafepedagogique.net)


16 novembre 2022 : première séance du séminaire CICUR

Quelle(s) politique(s) curriculaire(s) pour l’école du XXIe siècle ? Regards internationaux croisés

Séance en visioconférence, organisée par le groupe de travail « Politique(s) curriculaire(s) »

Le programme

MATIN

9h00 – Ouverture par les responsables du CICUR du séminaire filé : Patrick Rayou, André Robert

9h30 – Introduction à deux voix par les animateurs du groupe de travail « Politiques curriculaires ».

  • Régis MALET (IUF, Université de Bordeaux, LACES) : une démarche d’obstination démocratique.
  • Jean-Pierre VÉRAN (membre professionnel BONHEURS, CY Cergy Paris Université) : une démarche de ruptures.

10H30 -Un retour d’expérience par des membres du groupe sur le travail accompli.

  • Faouzia KALALI-CANTELAUBE (Université de Rouen Normandie, CIRNEF) : la place des disciplines dans le curriculum
  • Gianfranco PORDENONE (Docteur en sciences de l’éducation, Collège du Tessin, Suisse) : enjeux de la transformation curriculaire à l’échelle de l’établissement scolaire
  • Sarah HALIMI (Université Paris Cité, EDA) : engagement citoyen au CICUR et recherche sur les savoirs scolaires et leur régulation                          
  • Luisa LOMBARDI (experte en comparaisons internationales en éducation, docteure en sciences de l’éducation): une vision curriculaire, systémique et cohérente                                                                                                         

11h15 – Premier temps d’échange via le chat avec les participants au séminaire (30 mn)

APRÈS-MIDI

14h00 – Regards croisés sur les réformes curriculaires : table ronde avec des experts et chercheurs français et étrangers

  • Participants : Arduino SALATIN (Institut Universitaire Salésien, Venise, Italie), Bernard DELVAUX (Université Catholique de Louvain, Belgique), Aziz JELLAB (PU de sociologie associé à l’INSHEA, IGESR)
  • Animation : Régis MALET
  • Présentation : chacun des participants sera invité à éclairer le processus de réforme curriculaire auquel il a été associé ou dont il a été témoin en en marquant les avancées et les limites

15h30 – La parole aux terrains de l’éducation : table ronde de personnels d’établissements français et étrangers ayant participé aux focus groups du groupe de travail.

  • Participants : Anne DURPAIRE, directrice d’école, Frédérique BÉLAN, professeure en collège, Christophe BARBIER, CPE en EREA, Delphine HUSTACHE, principale, Laurence LUCEREAU, infirmière scolaire, conseillère technique de la rectrice, Béatrice CHEUTIN, inspectrice de l’éducation nationale, cheffe de mission académique éducation au développement durable, Françoiz BOUGAEFF, proviseure adjointe d’un établissement français à l’étranger (Ontario, Canada), deux cadres académiques.
  • Animation : Jean-Pierre VÉRAN 
  • Présentation : des praticiens de l’enseignement français en France et à l’étranger dégagent des réussites éducatives et leurs points d’appui, et les obstacles qui entravent leur généralisation.

16h30 – Conclusion à deux voix de deux grands témoins : Yves REUTER (Université de Lille) et Marc DEMEUSE (Université de Mons, Belgique) (30 min).


1er octobre 2022 : webinaire avec les auteurs de Contre l’École injuste !

LE CRAP-Cahiers pédagogiques, en partenariat avec les éditions ESF Sciences Humaines, organise le samedi 1er octobre 2022 à 10h30 un débat éducatif ayant pour titre « Contre l’école injuste ».
Texte d’annonce

Ce débat éducatif accueillera Philippe Champy et Roger-François Gauthier, auteurs du livre Contre l’école injuste !. Cet ouvrage bref et percutant dénonce les blocages et les imaginaires qui caractérisent la forme actuelle de l’École en France et empêchent sa démocratisation. L’angle choisi est fort intéressant car ce sont les savoirs scolaires eux-mêmes qui sont interrogés : comment participent-ils à la mise en place d’inégalités de toutes sortes dans le système scolaire ?

À l’heure de la diffusion à grande échelle de fake news et de théories complotistes, apprendre la culture de l’autre est devenu un outillage indispensable pour tout futur citoyen, tous les savoirs dont l’École est responsable doivent être repensés afin d’assumer d’authentiques finalités démocratiques et d’être au clair avec les défis planétaires qui se posent à l’humanité.

Ces questions fondamentales et d’autres encore seront abordées avec les auteurs.


27 septembre 2022 : parution de l’article “Quels savoirs pour une école juste ?” dans AOC

Par Roger-François Gauthier et Philippe Champy

“La rentrée scolaire a vu Emmanuel Macron dresser de lui-même un bilan très négatif de l’état du système scolaire, sans pour autant remettre en cause les mécanismes de sélection qui président à son fonctionnement. Mère de toutes les batailles, l’injustice à l’école ne donne lieu qu’à des mesurettes, alors qu’elle supposerait une refonte complète. En effet, sans justice scolaire, sans égalité dans l’accès au savoir, comment la France peut-elle prétendre à la démocratie ?”

Lire l’article (abonnés)


18 août 2022 : parution de Contre l’École injuste ! dans le cadre des activités du CICUR

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage, bref et percutant, dénonce les blocages et les imaginaires qui caractérisent la forme actuelle de l’École en France et empêchent sa démocratisation.

Philippe Champy et Roger-François Gauthier ont choisi de traiter la question sous un angle original, celui des savoirs scolaires eux-mêmes : quels savoirs l’École enseigne-t-elle ? Quels impacts réels ces savoirs ont-ils sur les élèves ? Les auteurs s’étonnent que ces sujets de fond restent éludés alors même que la critique des inégalités de toutes sortes qui caractérisent l’École est désormais admise.

Héritage souvent inconscient de traditions reconduites sans examen, l’École se construit avec des disciplines trop étanches et des savoirs scolaires fractionnés entre l’école primaire, l’enseignement secondaire et l’enseignement professionnel. Une organisation qui ne répond pas à l’apprentissage du monde complexe dans lequel les élèves d’aujourd’hui doivent apprendre à vivre.

À l’heure de la diffusion à grande échelle de fake news et de théories complotistes qui voudraient ébranler toute idée de vérité et d’humanité, mais où apprendre la culture de l’autre est devenu un outillage indispensable pour tout futur citoyen, tous les savoirs dont l’École est responsable doivent être repensés, afin d’assumer d’authentiques finalités démocratiques et d’être au clair avec les défis planétaires qui se posent à l’humanité.

Disponible dans toutes les librairies.

Plus d’infos sur le site de l’éditeur

24 mai 2022 : tribune du CICUR parue dans Le Monde [extraits]

Changer l’école : pour « une nouvelle politique des savoirs, ambitieuse pour tous »

Quelles finalités donnons-nous à l’école ? Quels savoirs, quelle culture souhaitons-nous que les futurs citoyens maîtrisent ? A la veille des élections législatives des 12 et 19 juin, un collectif de spécialistes du système éducatif et des programmes scolaires interpelle en ce sens les candidats à la députation.

[…] Il y a donc urgence, en début de législature, à poser dans des termes nouveaux la question fondamentale que chaque société ne peut pas ne pas se poser à propos de son école : quelles finalités lui donnons-nous, pour préparer nos enfants et nos jeunes à vivre, et dans quelle société ? Et, bien évidemment, en corollaire de cette question, quels savoirs, quelle culture souhaitons-nous que tous les futurs citoyens maîtrisent ?

[…] Ni en 2005 ni en 2013 ni, a fortiori, en 2019, n’a été remise en question une organisation de l’école caractérisée par un rigoureux cloisonnement entre les savoirs qui sont enseignés et ceux qui ne le sont pas. Parmi ceux qu’on enseigne, cloisonnement à nouveau entre les savoirs qui font l’objet de disciplines scolaires et ceux qui n’en font pas. Les premiers sont hiérarchisés et classés par les programmes scolaires, transmis dans des « cours » bien identifiés, les seconds sont relégués au rang d’« éducation à », de « parcours éducatifs » assurés ou non, faute de temps d’apprentissage dédié.

[…] Cette école ne saurait être l’école française du XXIsiècle, qui doit répondre à de nouveaux défis culturels, climatiques, éthiques, scientifiques dans un contexte informationnel bouleversé par la révolution numérique et les réseaux sociaux. Qui peut croire encore au mythe de l’« école sanctuaire » où, à l’abri du monde, les élèves communieraient exclusivement dans des savoirs scolaires intemporels et dans la fiction d’un roman national ? Quelle confiance les jeunes et les parents pourraient-ils avoir encore en une école de l’inégalité des chances organisée ?

L’enjeu de la nouvelle législature est donc clair. Soit l’école française continue sur le même modèle, creusant les inégalités au lieu de lutter contre elles, se contentant d’assurer à la masse des élèves une employabilité de travailleur peu qualifié et de poursuivre la distillation d’une élite dirigeante. Pour préparer une société toujours plus inégalitaire, ce peut être le bon chemin. Soit, en conscience, la nation et ses représentants élus en juin dessinent une nouvelle politique des savoirs, ambitieuse pour tous.

Cela passe par la redéfinition de finalités plus claires que la « transmission des connaissances » (oui, mais lesquelles ?) et « faire partager aux élèves les valeurs de la République » (oui, mais comment ?), d’après l’article L. 111.1 du code de l’éducation.

Cela passe ensuite par la définition des savoirs enseignés et appris, et de leur mise en œuvre pédagogique susceptible de susciter intérêt et engagement des élèves. Ces savoirs ne doivent pas être définis à partir des disciplines scolaires existantes, mais à partir des enjeux culturels, scientifiques, éthiques, que l’humanité doit affronter au XXIsiècle. Les organisations disciplinaires et interdisciplinaires seront définies à partir de ces enjeux.

Cela passe également par une conception nouvelle :

  • de la culture scolaire, ouverte à toutes les cultures du monde et non plus limitée à la transmission d’une culture nationale ;
  • de la gouvernance des organisations scolaires, le pilotage bureaucratique laissant place au respect du travail et des décisions collectives au niveau des écoles et des établissements scolaires en y associant les élèves et les familles ;
  • des temps et espaces scolaires, mieux adaptés à la formation physique, intellectuelle, pratique, sensible et sociale des futurs citoyens ;
  • du recrutement et de la formation de tous les professionnels de l’éducation ;
  • des modalités d’affectation, d’évaluation et de certification des élèves, en privilégiant la mixité sociale des établissements et des modalités formatrices d’évaluation et d’examen fondées sur autre chose qu’une moyenne générale dépourvue de sens.

Tel est le sens de la lettre ouverte adressée par le Collectif d’interpellation du curriculum aux candidates et candidats aux élections législatives pour les appeler à promouvoir une grande consultation démocratique sur l’école que nous voulons : une école émancipatrice pour tous.

11 mai 2022 : interventions de Jean-Pierre Véran

Villeurbanne (CCVA) – Dans le cadre de la Journée de l’innovation pédagogique sur le thème “Faire équipe, créer un collectif”, rencontre-débat avec Jean-Pierre Véran, Refonder le curriculum scolaire : un enjeu collectif ? (14h30-15h10).
[Vidéo de l’intervention]
Lyon (Amphi Canopé) – Dans le cadre de la saison 4 de l’AFAE sur le thème “De la parole des élèves… au pouvoir des élèves”, conférence inaugurale de Jean-Pierre Véran (16h30-19h30).

8 mars 2022 : Lettre ouverte aux candidates et candidats aux élections législatives sur ce que l’École doit enseigner aux élèves


L’activité du CICUR en 2022-2023

A la suite de la Rencontre CICUR du 20 novembre 2021 à la Bibliothèque nationale de France (BnF, Paris), l’activité du CICUR se déploie sur trois grands axes.

1. Des prises de position publiques

  • Dans le cadre de la campagne électorale française (élections présidentielle et législatives), le CICUR a publié le 8 mars une Lettre ouverte aux candidates et candidats aux élections de 2022 sur ce que l’École doit enseigner aux élèves.
  • Le Monde du 15 mars 2022 a publié également une tribune intitulée « Les programmes sur l’éducation des candidats à la présidentielle demeurent des outils de communication et des catalogues de promesses » rédigée par Elisabeth Bautier, Marie-France Bishop, Maryline Coquidé, Patrick Rayou, Yves Reuter, Gérard Sensevy, Vincent Troger, toutes et tous membres du CICUR.
  • En août 2022, sous la plume de Philippe Champy et Roger-François Gauthier, le CICUR publiera chez ESF un petit ouvrage intitulé Contre l’École injuste afin de faire connaître la problématique curriculaire du CICUR au public des professionnels de l’éducation et des décideurs, des parents et des élèves.
  • Dans le courant de l’année, une nouvelle version enrichie du texte « boussole » qui sert de cadre de réflexion au CICUR sera également publiée.

2. La poursuite du travail de réflexion collectif

Comme présenté à la Rencontre CICUR de novembre dernier, cinq groupes de travail ont été mis en place en 2022-2023.

  • Quelle École pour faire entrer dans la culture de l’humanité ? piloté par Denis Paget
  • Quels savoirs porteurs de sens pour les élèves ? piloté par Patrick Rayou et Vincent Troger
  • Qu’évaluer chez les élèves et comment ? piloté par Mariem Siala et André Canvel
  • Quels professionnels de l’éducation imaginer et former ? piloté par Philippe Champy et Sihame Chkair
  • Quelle politique curriculaire pour le XXIe siècle ? piloté par Jean-Pierre Véran et Régis Malet

Un sixième groupe de travail a été créé pour étudier la dimension comparatiste et internationale.

Chaque groupe, animé par ses deux co-pilotes, est maître de ses modalités de travail (consultations, ateliers collectifs, notes de synthèse, etc.) et doit prévoir la tenue d’une séance de synthèse dans le cadre du séminaire qui sera organisé à partir de la rentrée 2022. Chaque séance de ce séminaire se tiendra en présentiel au siège du CUIP pour les intervenants et pourra être suivi à distance sur simple inscription.

Le programme de ce séminaire sera divulgué au fil de l’année 2022-2023.

3/ Vers des états généraux de la culture et des savoirs scolaires en 2023

L’issue de ce travail de réflexion collectif doit déboucher sur l’organisation des assises de la culture et des savoirs scolaires ultérieurement. Cette manifestation aura pour objectif de présenter une grande synthèse des travaux réalisés et d’engager la participation de tous les acteurs concernés par les changements à opérer en matière de politique des savoirs dans l’École française.



2 réflexions sur « Bienvenue sur le blog du CICUR »

Les commentaires sont fermés.