Frise : France, la réforme de 1902

Depuis 1880, ont été privilégiées des formes pédagogiques nouvelles dans le secondaire : explication de textes, dissertation, version, méthode expérimentale.
En 1899, a eu lieu une large consultation sur les lycées et les collèges confiée à la Commission Ribot.
Un quart des réponses est favorable à ce qu’une scolarité « moderne » (basée sur les sciences et les langues vivantes) soit aussi longue que la scolarité classique (basée sur le latin) et à ce que le baccalauréat moderne donne les mêmes droits que le baccalauréat classique (NB : le baccalauréat est alors réservé aux seuls garçons).

Le 1er cycle (de la 6e à la 3e) englobe désormais la possibilité de 2 branches : une sans latin, l’autre avec latin (le grec est optionnel dans celle-ci à partir de la 4e).

Dans le second cycle, aux 3 sections classiques:

A : latin-grec

B : latin-langues vivantes

C : latin-sciences

s’ajoute une quatrième:

D : langues vivantes – sciences

Les libéraux, partisans du moderne, se sont affrontés aux conservateurs. Ceux-ci considèrent l’enseignement moderne comme un enseignement inférieur par essence. Ils obtiendront satisfaction 20 ans plus tard quand le ministre Léon Bérard décrètera un retour en arrière (réforme de 1923), ce qui montre bien l’importance des enjeux autour des questions de curriculum.



Citer ce billet
curriculum2020 (2023, 10 janvier). Frise : France, la réforme de 1902. Interpellation curriculum. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfrg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.