Frise : France XVIIIe-XIXe siècles

Retentissement tardif et partiel en France de la réforme allemande
Le paradigme pédagogique coménien apparaît plus tardivement, « il devient plus vif à mesure que la Révolution approche ».
(E. Durkheim, op.cit., p. 331)
On en note les effets
– chez Rousseau : « vivre est le métier que je lui veux apprendre », dit-il à propos d’Emile.
– chez Diderot : « substituer à l’étude des mots l’étude des choses ».

De multiples plans éducatifs voient le jour sous la Révolution sans efficacité particulière. Il faut néanmoins souligner l’importance du projet de Condorcet qui se traduit par la création des Écoles centrales (1795) destinées à remplacer les collèges d’Ancien Régime : toutes les disciplines scientifiques y prennent place selon un plan méthodique.

« La vieille unité de la classe se trouvait dissociée en une pluralité de cours parallèles »
(E. Durkheim, op.cit., p. 343)

Il se produit temporairement un renouvellement des cadres scolaires, des matières enseignées, des méthodes, mais l’échec final est lié aux circonstances politiques.

En 1802 sont créés, à la place des Ecoles centrales, les lycées « avec, aussi, de petites écoles secondaires, préparation au lycée, sous le nom de Collèges. L’organisation, les matières et les méthodes d’enseignement redevinrent ce qu’elles étaient sous l’Ancien Régime ».
(E. Durkheim, op.cit., p. 349)

On assiste à une centralisation extrême avec la création de l’« Université» napoléonienne  (1806) c’est-à-dire un corps unique « chargé exclusivement de l’éducation et de l’enseignement publics » s’étendant au territoire entier et embrassant toutes les formes d’activités scolaires.

L’histoire scolaire du XIXe siècle révèle une extraordinaire instabilité : 15 plans d’études se sont succédé.

« Les programmes sont dans un mouvement perpétuel ». En particulier les sciences « sont dans un perpétuel état de nomadisme », tantôt intégrées, tantôt reléguées.
(E. Durkheim, op.cit., pp. 352-353)

Deux conceptions des plans d’études s’affrontent dans les lycées et collèges au XIXe siècle (tradition versus modernisme) ce qui va particulièrement se cristalliser au début du XXe siècle dans la réforme de 1902.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.