Que pourrait l’Ecole contre le réchauffement climatique ?

par Denis Meuret

Professeur émérite en sciences de l’éducation, Université de Bourgogne- Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France (2008-2013)

ON S’INTERROGE sur la mission de l’Ecole dans le monde d’après la Covid 19. Pour l’imaginer, il faut moins s’interroger sur les faiblesses de l’Ecole que ce virus a révélées que se demander quel est le problème majeur auquel nos sociétés devront alors faire face. Il s’agit sans aucun doute du réchauffement climatique. A la différence de la Covid 19, ce problème n’est pas apparu brusquement, ses effets actuels sont moins graves que les siens, mais on ne trouvera pas de vaccin contre lui. Comme la pandémie, il s’agit d’un problème qui touche toute l’humanité et qui prend la forme d’une agression par la nature.

Quelles évolutions prévisibles à cause du réchauffement climatique ?

Or, jusqu’ici, l’Ecole a été pensée au niveau national, et pour traiter des problèmes sociaux ou politiques : lutter contre l’inégalité des chances sociales, produire des travailleurs compétents, des citoyens soucieux de faire vivre la démocratie, capables de vivre ensemble. Il n’est donc pas du tout évident pour quiconque (et pour l’Ecole en premier) de penser que cette dernière puisse avoir un rôle à jouer vis-à-vis du réchauffement climatique mondial, plus encore de se réorienter pour aider à y faire face. Or, il n’est aucune des grandes missions de l’Ecole que le réchauffement n’impacte : il faudra qu’elle forme à des métiers différents, qu’elle réponde à des menaces nouvelles sur notre capacité à faire société, qu’elle dote les citoyens de capacités pour partie différentes, elle sera confrontée à des inégalités nouvelles.

Les analyses sur les conséquences probables du réchauffement décrivent des canicules, des catastrophes naturelles plus fréquentes et plus fortes, des parties de la terre aujourd’hui très peuplées devenues inhabitables, parce qu’inondées ou parce qu’on pourrait (oui…) y mourir de chaleur. On peut en attendre que les inégalités entre pays, qui avaient commencé à diminuer, n’augmentent, comme d’ailleurs les inégalités au sein des pays. Nous aurons à accueillir des réfugiés climatiques, le plus souvent issus de notre propre pays.

L’ampleur de ces conséquences dépendra du plus ou moins grand succès des politiques de lutte contre le réchauffement, mais, quoi qu’il en soit, nous avions pris l’habitude d’un monde où les menaces s’acheminaient vers leur disparition et voici qu’elles vont augmenter. Ce qui semblait garanti (l’habitabilité de la planète) ne le sera plus, et la conséquence en sera une inquiétude sourde, que certains attiseront.

Pour faire court, il faut imaginer un monde plus dur, par endroits invivable, plus inquiétant, plus incertain, plus inégalitaire – mais un monde qui existera : les enfants qui naissent aujourd’hui seront en scolarité obligatoire à peu près de 2025 à 2040, vivront jusqu’en 2100, leurs enfants vivront jusqu’en 2130. Aucun scénario sérieux ne prévoit d’ici là une disparition de l’humanité qui pourrait justifier une attitude nihiliste.

De ce changement du monde, on peut anticiper des conséquences politiques. Certes, on peut penser que le réchauffement fera taire des partis qui n’ont rien à proposer pour y faire face (les populistes, dont le parti Républicain aux Etats-Unis, les intégristes religieux de toutes obédiences), mais on peut aussi imaginer un scénario noir, où des gouvernements autoritaires mènent des politiques déniant le réchauffement puis se présentent comme les mieux à même de réprimer les désordres que leur incurie aura aggravés. On peut imaginer que la violence sociale augmente, soit contre des boucs-émissaires, soit entre petits et gros émetteurs de gaz à effet de serre (une personne aux Etats-Unis en émet 160 fois plus qu’une personne au Niger, on estime que les très riches en France en émettent quarante fois plus que les plus pauvres), soit sous la forme d’une exacerbation de la violence de la confrontation entre partisans d’un capitalisme durable et partisans de la décroissance. On nous proposera sans doute aussi des solutions de plus en plus radicales pour faire diminuer la population de la terre.

L’ampleur de ces évolutions, leur rythme, leurs conséquences sociales et politiques dépendent de nous. La plupart des Etats, les grandes villes, les grandes entreprises elles-mêmes, se mobilisent, pas assez pour mettre l’humanité sur une trajectoire rassurante, mais ils se mobilisent. Dans cette occurrence, on aimerait que l’Ecole aide. Or l’Ecole, actuellement, semble considérer que la situation actuelle n’appelle de sa part aucune réorientation majeure, alors que le réchauffement menace le monde de progrès, gouverné par la raison, qui a développé l’Ecole et que l’Ecole a jusqu’ici servi en retour.

L’Ecole confrontée au réchauffement climatique

Les prescriptions sur ce que l’Ecole doit enseigner traitent le réchauffement comme un phénomène secondaire. L’OCDE, dans un rapport de 2016 sur les compétences que l’Ecole doit transmettre pour « relever les défis du XXIe siècle », fait figurer parmi ces défis l’obésité des enfants mais non le réchauffement. En France, que ce soit dans la définition du socle commun de connaissances et de compétences ou dans les programmes scolaires, le réchauffement occupe une place tout à fait mineure, ses conséquences sociales ne sont pas abordées. De plus, l’enseignement vise à faire comprendre aux élèves leur « responsabilité » dans la lutte contre le réchauffement, mais n’évoque aucune capacité à leur transmettre en ce domaine, comme si cette lutte réclamait frugalité, mais non connaissances et compétences. Ces programmes ne représentent pas l’élève comme inquiet du réchauffement, comme se demandant quoi faire. Ils visent surtout à le rendre « conscient », ce qui est aussi le but de la « semaine de l’éducation au développement durable », qui mobilise les élèves une fois par an.

Dans le monde, l’Ecole finlandaise est probablement celle dont le programme prend le plus au sérieux la menace du réchauffement. Dans celui qui a été élaboré récemment après une large consultation des professeurs et des élèves, la « capacité des élèves à vivre de façon soutenable » est un des trois « buts » de l’éducation, « comprendre la nécessité de vivre de façon soutenable » est une des quatre « valeurs » de l’éducation, « l’implication dans la construction d’un futur soutenable » est une des sept « compétences » que l’Ecole doit transmettre.

Il semble que les Ecoles, heureusement, fassent un peu plus en la matière que ce qui leur est prescrit. Un rapport précurseur de l’OCDE [1] sur les compétences environnementales des élèves, d’après les données de PISA 2006, montre, au niveau mondial, des élèves très majoritairement soucieux, dans tous les milieux sociaux, des problèmes liés à l’environnement, y compris en France, ce qui tend à montrer que ce n’est pas d’abord pour augmenter le sentiment de responsabilité qu’il faut mobiliser l’Ecole. Il montre des élèves disposant de compétences en ces domaines, qu’ils disent avoir acquises surtout à l’Ecole (en géographie et en sciences), puis sur internet et les médias, et fort peu dans leur famille. La compétence moyenne des élèves français est proche de celle de l’OCDE, mais hélas, comme en d’autres domaines, les inégalités sociales y sont parmi les plus fortes. Toutefois, l’approche relative qui est celle de PISA trouve ici ses limites. Nous aurions besoin d’une norme sur le niveau de compétences nécessaire pour générer des comportements et des attitudes capables de faciliter la réduction des émissions et de mesurer combien d’élèves l’atteignent.

Mettre les élèves en capacité de comprendre le réchauffement climatique et surtout de faire face à ses conséquences requiert autre chose et plus de la part de l’Ecole que sa contribution actuelle à la connaissance des mécanismes du réchauffement.

A terme, on peut imaginer une mise en danger de l’Ecole elle-même. D’une part, il est probable que les élèves réagiront par le désengagement et la désaffection à ce qu’ils percevront de plus en plus comme une marque de désintérêt de la plupart des disciplines pour ce que leurs professeurs prétendent les aider à préparer : leur avenir. D’autre part, le retour à l’état de nature, qu’il soit rousseauiste (de petites communautés frugales) ou hobbesien (de petites hordes violentes se disputant de quoi s’abriter et se nourrir), s’accompagnerait évidemment d’une disparition de l’Ecole, entre autres faute de ressources.

Ce que devrait faire une Ecole vraiment mobilisée contre le réchauffement devrait être décidé à partir d’une consultation incluant, dans tous les pays, chercheurs, enseignants, et bien sûr élèves. A titre de contribution, voici ce qui me parait résulter de l’analyse ci-dessus.

Ce que l’Ecole devrait enseigner

La réaction la plus dangereuse au réchauffement est sans doute une sorte de nihilisme larvé : la vie ne vaut rien puisqu’elle est tellement menacée, il n’y a pas de raison de chercher à la protéger. L’Ecole peut le prévenir en donnant envie aux jeunes de continuer ce monde (nature et société), en montrant et faisant aimer davantage les accomplissements de l’humanité : humains, artistiques, techniques, mais aussi en donnant à chacun conscience de la valeur que lui reconnait l’Ecole. Humiliations et injustices sont, de ce point de vue, des aliments du nihilisme. Une Ecole qui aime le monde et qui aime ses élèves le prive d’aliments.

Au-delà, on peut envisager deux lignes d’action, la première plus urgente dans les pays les plus gros émetteurs de gaz à effets de serre, la seconde plus urgente dans les pays menacés plus immédiatement par le réchauffement.

1. Equiper les élèves de connaissances et d’attitudes favorables à la limitation du réchauffement.

Il faut donner aux élèves une connaissance de l’ampleur du réchauffement, une compréhension de ses causes (cela, l’Ecole s’y efforce aujourd’hui, en particulier le nouveau programme), mais aussi de son histoire et de ses conséquences, d’une façon évidemment adaptée à leur âge. Le réchauffement est un phénomène complexe, le comprendre n’est pas simple. Ce ne serait pas déroger, pour le GIEC, que d’élaborer, aidé par des enseignants, un résumé de ses rapports pour les enfants, un autre pour les adolescents, comme il en fait un pour les décideurs.

Il faut enseigner aux élèves les comportements à adopter pour émettre moins de gaz à effets de serre, qui ne sont pas tous évidents. L’Ecole doit donc affronter les raisons que les individus ont de ne pas changer de comportement. Or, pour en changer, il faut d’abord en être capable (l’Ecole doit doter les individus d’une certaine flexibilité), il faut aussi penser que le comportement que l’on vous demande d’adopter est efficace et qu’il est juste que vous l’adoptiez.

L’Ecole doit donc présenter les différentes politiques ou comportements possibles (développer le nucléaire ou l’éolien, taxer ou non les émissions de carbone, manger local ou manger moins de viande, etc.) du point de vue de leur capacité à diminuer les émissions et de leur équité. Elle doit aussi aborder la question des effets collectifs des comportements de chacun [2]. Cela importe parce que les enfants sont plus que d’autres enclins à surestimer les conséquences de leur comportement (la planète mourra demain si je laisse couler l’eau en me lavant les dents), mais aussi parce que les adolescents ont trop de choses importantes à penser pour s’y intéresser.

Cela aurait des conséquences sur l’organisation de l’enseignement. La part des formes interdisciplinaires d’enseignement augmenterait puisque le réchauffement est une question interdisciplinaire. L’importance de chaque discipline dépendrait aussi de sa contribution à la prévention du réchauffement et chacune devrait viser davantage cet objectif. Un rapport récent du Conseil Supérieur des Programmes fait des propositions novatrices en ce sens. Par exemple, les enseignements artistiques devraient davantage développer les capacités d’attention et d’observation des élèves, le français devrait davantage « s’affirmer comme la discipline de la sensibilité et de la culture humaniste », l’Education physique devrait confronter les élèves à des milieux plus incertains et développer les activités de pleine nature, la technologie devrait considérer les contraintes environnementales lors de la conception d’un objet, etc. On pourrait aussi imaginer de développer, en Maths, l’enseignement de ce qui aide à prendre en compte l’incertitude (marges d’erreur, probabilités, etc.) ; en Histoire, davantage l’histoire du climat, des grandes catastrophes et de la façon dont on y a fait face ; dans la Littérature, en étudiant des œuvres qui développent le sentiment de la nature, qui traitent de catastrophes ; en Sciences Economiques et Sociales, les conséquences attendues du réchauffement dans ce domaine.

2. Equiper les élèves de capacités et d’attitudes leur permettant de faire face aux conséquences du réchauffement, à la fois pour eux-mêmes et pour la société.

Le plus probable, on l’a vu, n’est pas un effondrement généralisé de la civilisation, mais un monde moins prévisible, plus dur, plus incertain, plus inégal, peut-être plus violent, des situations inédites, un monde qui appelle de nouvelles solutions techniques, de nouveaux comportements, un monde soumis à des tentations politiques autoritaires.

L’Ecole doit mettre les élèves en capacité de faire face autant que faire se peut à cette situation, à la fois pour eux-mêmes et en tant qu’ils partagent la responsabilité collective du monde.

Pour cela, elle devrait développer davantage certaines des compétences que l’on appelle en France, socio-affectives ou, aux Etats-Unis, socio-émotionnelles, dont l’enseignement fait déjà l’objet d’expériences et de recherches qu’il faudrait multiplier.

Contre l’inédit, il faudrait développer la créativité et les capacités d’innovation. On a montré qu’il ne s’agit pas là de qualités réservées à quelques âmes d’élite (Dirani, 2017). Cela s’apprend.

Contre l’incertitude, il faut développer les capacités d’adaptation. Les scénarios du GIEC sont d’ailleurs d’autant moins pessimistes qu’ils anticipent une bonne capacité d’adaptation des populations au réchauffement. Cela passe, face aux difficultés, par une attitude orientée non pas vers la recherche des coupables ou l’appel à un sauveur mais vers la résolution des problèmes.

Contre l’imprévisibilité, il s’agit sans doute d’abord d’aider à accueillir ce qui survient sans panique, rationnellement. Les connaissances (scientifiques, littéraires) sur ce qui est susceptible de survenir, qui font diminuer l’imprévisibilité, sont ici essentielles. Elles empêchent que l’imprévu paralyse, elles laissent les capacités d’innovation, de flexibilité, de créativité s’employer.

Vis-à-vis des catastrophes, l’Ecole doit développer la résilience, la capacité de rebondir. Au Canada, certaines Ecoles mettent en œuvre des programmes favorisant le développement de cette qualité, mais il est clair que des recherches sont nécessaires à ce sujet.

L’Ecole doit aussi développer la solidarité. En cas de catastrophe, la solidarité est le comportement qui minimise les inconvénients pour tous, c’est donc l’attitude que la raison recommande. Dans son livre Les émotions démocratiques (2011), Martha Nussbaum soutient que l’empathie, la « capacité des élèves à voir le monde du point de vue des autres », fait partie des qualités que l’Ecole doit développer pour une « démocratie saine », en particulier, peut-on ajouter, dans une société en proie au réchauffement. Pour cela, dit-elle, il faut « accorder une place centrale aux humanités et aux arts », « cultiver un type d’éducation participatif ». La lecture de certains romans ou nouvelles (pas de tous, précise-t-elle justement) nous entraine dans une identification aux personnages qui favorise l’empathie vis-à-vis des autres.

L’Ecole peut s’efforcer de diminuer la violence en développant la capacité de se confronter aux désaccords par la parole ou en enseignant aux élèves qu’il peut arriver que certains phénomènes n’aient pas de responsable, ce qui limite la recherche de boucs-émissaires.

L’Ecole pourrait donc faire quelque chose si elle voulait. En proposant un abord rationnel de cette question, en développant les compétences et attitudes qui tiennent à distance les tentations autoritaires, en nous orientant vers la recherche de solutions plutôt que de coupables, elle contribuerait à ce que, de l’épreuve du réchauffement, la solidarité et la coopération sortent renforcées, plutôt que la violence et la rivalité.

Vers une semaine du réchauffement dans toutes les écoles du monde ?

Il faut donc que l’Ecole change. Pour commencer, on pourrait instaurer au niveau mondial (le seul qui importe en la matière) la semaine du réchauffement qui n’existe aujourd’hui qu’en Europe. Au même moment de l’année dans toutes les Ecoles du monde, à plusieurs niveaux scolaires (CM2, troisième, première, par exemple), les élèves travailleraient la version scolaire des rapports du GIEC, recevraient des cours de diverses disciplines sur ce thème, des élèves présenteraient leurs travaux sur ce sujet.

L’histoire montre que les systèmes scolaires peuvent changer, et rapidement, pourvu qu’un récit qui montre l’opportunité et la faisabilité de ce changement emporte l’adhésion du public et des acteurs. Le changement dont il est question ici doit mobiliser les systèmes scolaires du monde entier, puisque le problème est mondial. Une gouvernance mondiale de l’éducation, dont nous sommes si loin, y aiderait. C’est, en tous cas, au niveau international qu’il faut lancer un chantier de recherches, une coordination entre responsables politiques, mais aussi une mobilisation des acteurs, y compris les élèves, pour dégager les grandes lignes d’une réforme des systèmes scolaires qui les orienterait vers la construction d’un monde qui, de l’épreuve du réchauffement, sorte plus solidaire et plus inventif, plus juste et plus humain.


[1] https://www.oecd-ilibrary.org/education/green-at-fifteen_9789264063600-en

[2] Note_orientations_et_propositions_Changement_climatique_Biodiversite_DD_04122019_1215177.pdf (pagestec.org)


2 réflexions sur « Que pourrait l’Ecole contre le réchauffement climatique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.