Le point de vue de Sihame Chkair

PhD., économiste de la santé

CE LIVRE résonne particulièrement pour moi car il a fait écho à des réalités plurielles qui me touchent humainement en tant que « personne » issue de ce système éducatif, de cette Ecole de France, professionnellement en tant qu’économiste tentant d’expliquer et de décrypter le système de santé sous toutes ses coutures pour (tenter de) permettre aux futurs professionnels de santé d’inscrire leur action de soins dans une finalité et de la charger d’un sens sociétal.

Plus personnellement aussi ces dernières semaines en tant que parent d’élève du secondaire alors que mon ainée fait ses premiers pas au collège et que je vis avec force et consternation le passage  « sans transition » de la polyvalence éducative sans notation à l’unicité pluridisciplinaire par acteur, le cloisonnement des enseignements et l’arrivée des notes qui ne cessent de pleuvoir et de classer (une réalité trop bien décrite dans votre ouvrage qui m’a fait réaliser que mes questionnements étaient bien fondés).

Parmi l’ensemble des points abordés, je me permettrais de revenir sur trois aspects principalement.

1°) A la question de savoir quelles valeurs et quels savoirs figurent dans l’Ecole de France et à quelle fin, difficile de répondre de façon simple et unilatérale. Néanmoins, un triste constat s’établit : celui de l’altération de la formation. En témoignent dans le domaine de la « culture scientifique » les éléments des débats sur les réseaux sociaux relatifs à la crise sanitaire. A partir de ma modeste expérience d’« enseignante », je retrouve ce confusionnisme entre explication scientifique et signification sociétale que vous évoquez dans votre ouvrage comme « brouillant » la compréhension de l’ensemble auprès des futurs professionnels de santé (public auprès duquel j’interviens). Si la méthode scientifique leur est acquise « en général », une vision globale portant sur les finalités du système de soins dont les multiples institutions ne sont qu’un moyen, leur manque cruellement.

Chaque année, je débute mes enseignements (auprès de publics divers : sage femmes, infirmiers, biostatisticiens, pharmaciens, internes…) par un petit questionnaire avec quelques définitions à compléter : Etat-Providence, Protection sociale, Assurance Maladie, Sécurité sociale, redistribution, PIB… Et le résultat est toujours le même : une grande majorité des répondants a une connaissance approximative voire erronée et incomplète de ces concepts de base qui fondent notre système de protection sociale. 

Le cloisonnement des disciplines, l’absence de cohérence globale dans la formation, l’absence également de certains enseignements « plus actualisés et répondant aux enjeux d’aujourd’hui et de demain » semblent être des éléments conduisant à ce triste état de fait. Et cela n’est pas bien différent lorsque j’échange avec des chefs de services ou autres cliniciens sur des questions similaires dans la mise en place de projets de recherche. S’ils sont spécialistes de leurs domaines, la question de l’impact de leur pratique sur le système de soins leur échappe totalement. Pire encore, ils n’y sont pas sensibles, ce qui est quand même paradoxal si l’on se réfère au principe de notre système fondé sur « la solidarité collective ». Comment celle-ci peut-elle être optimisée alors qu’elle n’est qu’un vague concept pour la plupart ?

2°) Au sujet de l’entité apolitique se situant au-dessus des programmes qui serait le pilote central de la politique curriculaire que vous suggérez, je trouve à titre personnel que cela relève du bon sens tant il semble paradoxal et contre-sensé de laisser une telle mission de détermination des savoirs qui vont marquer et guider autant le présent que l’avenir d’une société à un organe décisionnaire par essence éphémère.

Je me permettrais un petit parallèle entre votre questionnement au sujet de l’affinement des instructions nationales en matière d’apprentissages et de programmes « au niveau des différents établissements scolaires, en fonction de leur environnement régional, culturel, économique et démographique » et la politique de santé au travers notamment du Plan National Santé Environnement (PNSE). Publié et actualisé tous les 5 ans, celui-ci est adapté à chacune des régions au regard de ses spécificités territoriales (dans le cadre du Plan Régional de Santé Environnement). A partir de la date de publication du PNSE, les régions ont deux ans pour étudier la feuille de route nationale, réunir l’ensemble des acteurs, mener des études afin d’adapter le plan national à leurs spécificités. En lisant votre référence aux « curriculums d’établissements inscrits dans le cadre de directives nationales fortes existant dans des pays à cultures éducatives aussi diverses que l’Italie, l’Angleterre, ou la République Tchèque », cela m’a fait penser à ce parallèle avec la politique de santé. C’est donc bien que nous sommes capables en France d’une telle adaptabilité, dans le milieu sanitaire du moins… Un transfert de cette vision dans le monde éducatif français serait-il si complexe ?


3°) Enfin, pour conclure ces réflexions, je reviendrais sur l’incertitude qui marque nos sociétés de nos jours. Comme vous l’évoquez dans votre ouvrage et votre tribune[1], « ce qui allait de soi se trouve contesté. Des connaissances scientifiques qui pouvaient parfois être diffusées comme des dogmes sont mises en question. […] Une école qui au lieu des seuls savoirs imposés dans d’archaïques carcans, aiderait les élèves à découvrir l’histoire des incertitudes humaines, à faire la carte du certain, de l’incertain, de ce qui pourra devenir connaissance et de ce qui restera incertain, prodiguerait une aide inédite à l’ambition première d’aider les élèves à se repérer dans les complexités du monde. Si notre monde est surpris du niveau des incertitudes auxquelles il est confronté, l’école ne peut rester dans ses anciennes postures quant à la connaissance. » C’est là une question majeure à laquelle nous n’avons d’autre choix que d’apporter une réponse. Comment permettre aux générations futures de relever des enjeux que nous ne connaissons peut-être même pas encore ? En santé, en raison de cet incertain croissant, le concept de résilience commence à se forger une place importante. Cette approche vise à doter notre système d’armes, d’outils nous permettant de nous adapter au mieux à l’incertitude. Ainsi n’est-ce pas là un des nouveaux enjeux de l’Ecole de France : rendre les élèves résilients face à l’incertain de notre futur ?


[1] Roger-François Gauthier, « Ne peut-on envisager que l’école change son positionnement en matière de savoirs, s’ouvre au complexe et fasse sa place à l’incertain ? », Le Monde, 22 septembre 2022. « Ne peut-on envisager que l’école change son positionnement en matière de savoirs, s’ouvre au complexe et fasse sa place à l’incertain ? » (lemonde.fr)



Citer ce billet
curriculum2020 (2022, 22 novembre). Le point de vue de Sihame Chkair. Interpellation curriculum. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfqx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.