Jalons : Informatique et curriculum

Le texte présenté ici, sous le nom de “jalon” pour indiquer son statut provisoire, s’inscrit dans une démarche de réflexion visant à questionner. Au total, c’est plus d’une vingtaine de jalons qui sont proposés dans ce blog.
Pour sortir du simplisme ordinaire, chaque jalon tente de remonter à l’histoire, de porter la lumière sur quantité d’angles morts et, au bout du compte, de formuler des questions qui interpellent… non pas les seuls spécialistes, mais tout un chacun.
Bien sûr, une intention peut être un pari : celui de penser qu’il peut être particulièrement productif de travailler ces questions en cohérence, dans une perspective nouvelle, dite “curriculaire”, c’est-à-dire débordant le cadre ordinaire des programmes, des ordres d’enseignement et des disciplines instituées en s’intéressant à la légitimité de ce qu’enseigne l’école, aux valeurs que portent les savoirs qu’elle diffuse et à la façon dont elle évalue les élèves.
Ces textes sont l’une des matières première de l’événement intitulé Ecole de la fracture ou Ecole de la culture ? Les savoirs au centre du débat (Paris, Grand Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, samedi 20 novembre 2021).

A. Quels désaccords ?

La grande majorité des citoyens vivent aujourd’hui accompagnés d’outils informatiques qui leur permettent l’accès facile à une infinité d’informations, qui ouvrent à de nouvelles formes de relations sociales et qui modifient profondément le travail dans tous les secteurs. Objets merveilleux mais aussi addictifs et dangereux, ils nécessitent pour tous une connaissance précise et critique de cet environnement informationnel, une maîtrise des outils, un “accès sûr, légal et éthique” (EMI) et une conscience de son identité numérique. Ces connaissances d’usagers sont un élément de la culture scolaire commune, introduisant une exigence de « littératie numérique » dans toutes les disciplines.

Une formation à l’usage des logiciels et des ordinateurs est nécessaire mais elle n’est pas suffisante. Il faut sans tarder généraliser un enseignement de la science informatique et de ses usages ; ce qui suppose d’étudier dès l’école primaire les principes de base de l’algorithmique, les principes de la programmation et des concepts essentiels de l’informatique. Il faut poursuivre la création d’une discipline scolaire nouvelle, généraliser cet enseignement et donc recruter au plus tôt un grand nombre de professeurs spécialistes.

B.  D’où viennent-ils ?

Après une première introduction d’un enseignement d’informatique au lycée en 1970, les plans se sont succédé . En 1970, l’informatique était envisagée à la fois comme outil pour les disciplines et comme objet d’enseignement. L’entreprise Thomson y jouait sa survie. Mais la finalité restait floue. Le choix de la création d’un langage informatique spécifiquement scolaire (LSE) s’est vite révélé une impasse. L’option du lycée est supprimée une première fois en 1992, rétablie en 1995, supprimée une deuxième fois en 1999 par Claude Allègre qui lui substitue un enseignement des TICE aboutissant au Brevet informatique et internet (B2I), en partie pris en charge par la technologie. Il faut attendre 2012 pour que soit recréé un enseignement de spécialité optionnel (ISN) en terminale S. En 2015, le CSP produit un programme d’enseignement d’exploration Informatique et création numérique (ICN) en seconde. La réforme du lycée de 2019 supprime les Enseignements d’exploration (EDE) de seconde et intègre dans le tronc commun un enseignement de Sciences numériques et technologie (SNT) dont le contenu est sensiblement différent d’ICN. En première et terminale est créée une spécialité Numérique et sciences informatiques (NSI).

Au niveau de l’école et du collège, le B2I est exigé mais reste une formalité et n’a pas fait l’objet d’un enseignement systématique. Il faut attendre le Socle commun de 2015 pour que s’engage la création d’un curriculum intégrant l’informatique dès le cycle 2 à l’école primaire : “L’élève connaît les principes de base de l’algorithmique et du codage ; il pratique des langages simples de programmation”. Cet enseignement se partage entre les mathématiques et la technologie dès le cycle 3. Il est articulé à un programme d’éducation aux media et à l’information (voir le jalon Numérique éducatif et curriculum ).

C.  Quelles conséquences ?

L’usage du mot “numérique” a progressivement étendu le champ de l’informatique comme un savoir transversal à toutes les disciplines et indispensable à tous les domaines de la vie. Il a donné lieu à la désignation d’une nouvelle littératie dont la définition n’est pas sans importants flottements. Elle inclut connaissance de la programmation informatique mais aussi acquisition de compétences générales concernant l’usage des ordinateurs et des technologies permettant le développement de compétences critiques, voire de modes de pensée d’un type nouveau.

Faute d’une réflexion réellement curriculaire, hésitations et tergiversations n’ont pas manqué depuis plus de 30 ans sur la place à accorder à la science informatique dans le curriculum des élèves. Il aura fallu attendre la rentrée 2019 pour qu’existe un continuum prescrit en la matière sur l’ensemble de la scolarité. Encore est-ce plus théorique que réel… Plus généralement, l’enseignement de l’informatique est aujourd’hui adossé à un référentiel des compétences numériques élaboré par la Commission européenne (DIGCOMP) et décliné en France sur 8 niveaux. Il doit donner lieu à certification à la fin du cycle 4 du collège et du cycle terminal du lycée (PIX), remplaçant ainsi le B2I et le C2I.

D. Quelles questions de fond ?

  • Doit-on introduire un enseignement de la science informatique comme un élément important du curriculum de l’école au lycée ? Pour tous, pour certains, à quel niveau ?
  • En quoi le choix d’introduire une nouvelle discipline interroge-t-il l’équilibre de l’ensemble et particulièrement le contenu de l’enseignement de technologie ? Le taux d’abandon important de la spécialité en fin de première, qui semble se dessiner, est-il lié à la nouvelle organisation du lycée (abandon obligatoire d’une spécialité en terminale) ou révèle-t-il un découragement des élèves devant la difficulté du programme et la difficulté à l’enseigner ?
  • Peut-on escompter que la nouvelle certification PIX sera moins formelle que la validation B2I ?

1 réflexion sur « Jalons : Informatique et curriculum »

  1. Quelques idées en vrac (elles nécessiteraient un article propre, et une réflexion plus poussée. Ne serait-ce pas justement le statut des jalons ?)

    L’utilisation du mot numérique pour signifier informatique ainsi que du mot codage pour signifier programmation sont caractéristique d’une absence de réflexion et de compétence des décideurs.
    Dans les années 70 et 80 (et j’espère que c’est encore le cas) on faisait la différence entre analogique et numérique : numérique signifiait “qui utilise des symboles pour transcrire une information”. Le pécheur qui écarte les bras pour donner la taille d’un poisson travaille de façon analogique. Le langage est numérique : il utilise des symboles (phonèmes) pour transmettre des idées. Un livre est numérique. C’est pour cela que “numériser” un livre est un contresens, et est également totalement inefficace : une page contient un millier de symbole. Sa soi-disant numérisation génère des millions de symboles. La révolution numérique a eu lieu lors de l’invention de l’écriture, et l’école utilise des outils numériques (les livres) depuis des millénaires. En revanche, la révolution informatique a eu lieu récemment (années 30 ?) une seconde révolution a eu lieu avec la miniaturisation (années 70 ?) et une troisième révolution a eu lieu avec la démocratisation de l’outil et la mise en réseau généralisée(années 90 ?) Peut-être y aurait- il lieu de marquer deux étape : démocratisation et worldwide web ?

    Idem pour le codage. Le code est généré pas des compilateurs à partir des programmes que les humains écrivent. On ne code plus depuis la fin des années 80 (et encore, c’était anecdotique, réservé à des activité de niche (micro-contrôleurs et programmation temps-réel) dans lesquelles les compilateurs n’étaient pas assez performants pour générer un code assez compact ou assez rapide.
    L’argot des programmeurs utilise encore le mot “codage” mais son adoption par l’éducation nationale est regrettable.

    L’informatique est une discipline à part entière et devrait être enseignée par des informaticiens compétents : il y en a très peu dans l’éducation nationale avant le supérieur, on les trouve principalement parmi les professeurs de S.I. ou les ingénieurs reconvertis, justement très souvent en S.I., ou encore Eco-Gestion, Math-Sciences etc.
    L’institution éducation nationale est tellement étrangère à l’informatique qu’elle est persuadée qu’il est inutile de faire appel à des professionnels pour gérer sa propre informatique, qu’il est inutile d’avoir un diplôme (pourtant délivré par elle même) pour travailler pour elle, et qu’elle est incapable d’évaluer la qualité de ses sous-traitants. Des AEDs gèrent l’informatique des lycées, IACA est une ineptie dont la plupart des fonctionnalités essaient de recopier ce que le logiciel de base du serveur fait déjà, mais que le programmeur originel de IACA ne maitrisait manifestement pas suffisamment. Index éducation a développé un produit (pronote) avec des choix d’ergonomie souvent opposés aux normes de programmations en vigueur en matière d’interface HM, et la formation de ses utilisateurs à l’outil est inexistante, preuve s’il en est que l’éducation nationale n’est pas persuadée qu’il est nécessaire d’apprendre l’informatique, ni donc de l’enseigner.
    Aucun des outils précédemment cités n’aurait même été autorisé à répondre à un appel d’offre pour une consultation organisée par un organisme compétent en informatique.
    Il convient cependant de noter que l’administration a réalisé les même erreurs en informatisant la SNCF et la sécurité sociale dans les années 70, preuve que l’état et les partenaires sociaux étaient à l’époque incapables, l’un comme les autres, de faire mobiliser les compétences nécessaires pour évaluer un projet informatique. Les critiques émises à l’époque concernant l’ergonomie, la perte d’information et le recul des fonctionnalités offerte au public (donc des droits des usagers) sont hélas toujours valides aujourd’hui, et nous assistons encore aujourd’hui à la présentation comme “progrès notables” de fonctionnalités qui étaient naturelles au début des années 70.
    L’échec récent de la mise en place du logiciel de paie pour la défense nationale montre que le problème n’est toujours pas résolu, et que la formation à l’informatique n’est toujours pas en place, au point que même les élites ne sont pas en situation de gérer ou déléguer le suivi d’un projet d’envergure et ne sont même pas consciente de leur incapacité à gérer cette situation.
    Je me rends compte qu’il y a là matière à plusieurs publications voire à un mémoire.
    A suivre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.