Le point de vue de Marie Blandin

présidente de la commission de la Culture et de l’Éducation du Sénat (2011-2014)

UN DIAGNOSTIC de l’école injuste : des causes ancrées dans la société et dans le « management » de l’institution ; un non-dit permanent de filtrage et de distillation dans le seul but de dégager une élite. Une piste pour se sortir de là et basculer vers une autre école : interroger puis définir les savoirs en d’autres lieux qu’au ministère.

  • « Faire humanité ensemble » (p. 72) : j’ai beaucoup apprécié, comme : « les apprentissages des élèves doivent se situer en référence à l’aventure humaine, à la diversité humaine, ainsi qu’aux valeurs de l’humanité ».
  • Ouverture sur une constitutionnalisation de quelques principes, pour avoir un cap permanent et protecteur contre le ministère prescripteur. Voir la convention de l’UNESCO sur les droits culturels, ratifiée par la France, et mise dans quatre de ses lois, mais qu’elle ignore régulièrement.
  • Conduire l’État à énoncer la finalité de ses choix (p . 6/77). C’est la base de la gouvernance transparente et éthique. Elle est indissociable de l’évaluation. Ces principes (qui devraient s’appliquer au pilotage des collectivités) sont soutenus par une méthode rigoureuse élaborée par la Société Française de l’Évaluation (La charte de l’évaluation | Société Française de l’Évaluation (sfe-asso.fr)).
  • Dans la partie d’analyse des causes, dont l’imaginaire des gens, j’aurais ajouté le confort de la reproduction et la résistance classique au changement : 1) Pour les parents, le confort de deviner à distance des cadres familier (emplois du temps, notes, modes d’orientation). 2) Pour les enseignants, la facilité de reproduire des modes de relation (par ex. les fiches d’accueil de rentrée qui sont la première ségrégation – nom de la mère, du père, profession des parents -, dans l’ignorance de l’état de la société (poids des familles monoparentales, enfants placés, nombre de sans-emploi). 3) Pour les élèves, le zapping engendré par les séquences horaires des emplois du temps : les meilleurs s’y fatiguent, les moins bons pratiquent l’esquive, aucun ne peut trouver à s’impliquer en profondeur et à son rythme dans un sujet. La relation pédagogique est hachée. L’intervention à plusieurs voix n’y trouve pas sa place.
  • Et bien sûr je suis triste que la belle avancée « faire humanité ensemble » ne s’accompagne pas du volet « se mettre en harmonie avec le reste du monde vivant ». Ce n’est pas une lubie d’écologiste. L’érosion de la biodiversité, la raréfaction des ressources, les soubresauts climatiques ne permettent plus que l’on forme les générations futures dans le culte de la technologie et l’ignorance de notre interdépendance. Là il y a un vrai manque. L’actualité n’a pas pu vous échapper : feux gigantesques, fleuves à secs et inondations, guerres adossées aux flux d’énergie et de céréales. Tout au plus trouve-t-on (p. 84) : « auxquels on doit ajouter la planète, l’espace commun où tous les peuples vivent et cohabitent ». Réduire le non humain à un simple « espace » est une approche très restrictive. Pourtant page 31, il est bien écrit en gras « Car ces savoirs peuvent […] définir la société de demain […] et ce que seront les attitudes de pensée et, en partie, les croyances des personnes qui la composeront ». Et je n’imagine pas que la société puisse vivre décemment et en paix sans savoir sur les interactions dont elle dépend.
  • La nécessité d’enseigner les valeurs de la République : effectivement non seulement elles ne sont pas la base de la définition des savoirs, mais lorsqu’elles fondent un morceau de programme (enseignement moral et civique), elles sont bafouées au quotidien dans la vie scolaire où elles s’appliquent très mal. Quant à la laïcité à la française, le sujet inflammable n’a pas donné lieu à des formations professionnelles autres que des définitions.
  • Anthropologie (p. 43) : « Des enseignements importants sur le plan de la société ne sont pas représentés (droit, médecine, psychologie, urbanisme, architecture, audiovisuel, pratiques documentaires, diversité des langues…) » : Philippe Descola[i] disait que les disciplines dont il déplorait qu’elles ne fussent pas enseignées à tous étaient l’anthropologie et l’écologie, pour « être au monde en harmonie ». L’anthropologie, cela résonne avec vos propos (p. 72). L’écologie cela résonne avec mes préoccupations.
  • P. 46 et 47. Je peine à comprendre la distinction entre explication scientifique et visée sociétale (qui concernerait l’environnement et la santé). Pour moi tout part des faits, de la science, supportée par sa démarche expérimentale et d’observation. Ce que des décideurs en déduisent pour énoncer des messages sanitaires ne fait pas partie de la culture scientifique, mais d’un débat collectif sur notre devenir. Vous écrivez que science et nature sont souvent opposées dans les discours, je pense d’une part qu’il s’agit plutôt de technoscience (applications) que de science (connaissance) ; et que d’autre part la connaissance des mécanismes naturels (biodiversité, régulations, cycles, écosystèmes, climat) ne sont que des sciences en friche parce qu’elles n’étaient pas valorisables (brevets) jusqu’à nos jours. C’est seulement maintenant (hélas) qu’elles vont prendre de la valeur et toute leur place par l’aide aux prévisions (pandémies, évolution du trait de côte, adéquation des cultures, anticipation des migrations).
  • P. 58. Souvenir ému d’une professeure PEGC heureuse formée à l’université et en école normale, enseignant les sciences de la vie et de la terre, la physique, le dessin, et l’éducation physique et sportive, et ayant œuvré pour que ce soit au sein des mêmes classes.
  • Eduquer au discernement. Donner des outils pour gérer rationnellement la « mise en doute » est effectivement nécessaire dans ce monde d’informations aux multiples émetteurs, aux canaux amplifiés de fake-news, aux intérêts masqués, aux institutions fragilisées… Annonce en 2002 de la naissance d’un clone humain au 20h de TF1 (secte Raël) jamais démentie, amplification démesurée des annonces du professeur Didier Raoult sur BFM, contre-vérités sur les effets des vaccins anti-covid sur les réseaux sociaux, propagande aux chiffres erronés sur les fraudes aux allocations sociales, ou sur le coût des migrants… Les exemples ne manquent pas, qui appellent à former au discernement.
  • La dénonciation des « biais de raisonnement tels que la confusion entre corrélation et causalité » m’est bien connue puisque c’est aussi un argument des industriels. Je m’y suis affrontée sur le scandale de l’amiante (jusqu’à l’établissement définitif du tableau clinique de l’asbestose). Et que je m’y affronte encore face aux producteurs de pesticides qui nient la causalité en matière de cancers pédiatriques en Aunis. Cependant la science (génétique) a éloigné toute cause endogène. Et la science (de l’étude des comportements) a éloigné toute cause de pratiques à risques. Aussi faut-il nuancer : il y a un niveau de corrélation (et c’est le travail de la science épidémiologique) où la causalité est plus que probable.
  • Identités (p. 70). La tendance de l’École… à ignorer les savoirs dont l’enfant peut être porteur, les cultures étrangères relevant de chaque communauté qu’il traverse, mais aussi les cultures étrangères au sens large… Souvenir fâché contre le Conseil supérieur des programmes (CSP) qui n’a pas voulu que l’on parle à propos de l’enfant de ses identités au lieu de son identité, et qui supprima le possible recours à la présentation des langues des parents venus d’ailleurs.

[i] Niort. Le célèbre anthropologue Philippe Descola attendu à La Librairie des Halles le 12 avril (ouest-france.fr)



Citer ce billet
curriculum2020 (2022, 22 novembre). Le point de vue de Marie Blandin. Interpellation curriculum. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfqw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.